AccueilAccès au siteRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 IV. Retour à la crasse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sethis
Aventurier
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 02/06/2014

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Sam 30 Mai 2015, 16:41

Lorsque la troupe de vilains se fut assez éloignée, Sethis ne put s'empêcher de ressentir un profond soulagement qui se traduisit par un relâchement manifeste de chacune de ses fibres musculaires doublé d'un soupir sonore. Il en avait presque oublié les deux zigotos que l'Osseux le leur avait refilé ; le médecin leur jeta un coup d’œil en biais et reprit immédiatement contenance, mais les deux bourriques ne semblaient pas avoir suffisamment de cervelle pour que l'attitude décontenancée du ria ne leur mette la puce à l'oreille.

Néanmoins, il était perplexe à leur propos. Bien sur, ils ne pouvaient pas faire office d'espions au vu de leur supposées compétences, mais nul doute que leur petit groupe en mission aurai beaucoup moins de marge de manœuvre désormais. Sans mot dire, il lança un regard inquisiteur à Dilica, un sourcil relevé, afin de déterminer si elle partageait où non ses appréhensions ...

_________________
« Cesser d'apprendre, c'est cesser de vivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Dim 31 Mai 2015, 20:05

Alors que le fracas de la troupe s'évanouissait au loin, les deux Furets restants regardèrent leur nouveau groupe sans cacher leur malaise. La-brique détaillait la silhouette de Dilica tout en se mouchant dans sa manche. Bulbepus, lui, s'approcha de Sethis, assez près pour lui parler sans être entendu des autres.

Parchessim, jusqu'alors raide comme un piquet, s'autorisa à détendre un peu sa grande carcasse. Il souffla longuement avec sa langue fourchue avant de fixer les deux Furets d'un œil inquiet. Il gratifia Dilica et Sethis du même regard, comme pour demander "et maintenant ?".  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Sam 13 Juin 2015, 17:26

Dés:
 


Sethis et Bulbepus s'entretenaient à messes basses, ce qui finit par attisé l'attention des autres. Dilica se racla la gorge tendit que Parchessim semblait se décomposer d'inquiétude.

Mais c'est à ce moment que Sethis entendit un bruit au dessus de sa tête. En se retournant, il pu voir une fente se dessiner dans la voûte du plafond, plus deux, et trois. Finalement, c'est tout un carré du plafond qui se souleva en faisant tomber un peu de poussière. Il semblait que cela soit une espèce de trappe de pierre donnant accès à un autre tunnel, au dessus du leur.

Découpées dans la lumière jaunâtre émanant de l'ouverture, deux visages les lorgnaient. L'un était ovale et mangé par la barbe, l'autre était beaucoup plus long et d'une pâleur étrange. Personne d'autre n'avait l'air de les avoir remarqué.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Sam 27 Juin 2015, 11:39

Sethis mit fin aux messes basses avec Bulpepus. Il ne manqua pas de remarquer le regard de braise de Dilica. Il ne manqua pas non plus de remarquer que le grand pustuleux avait glissé ses doigts sur le manche d'un petit poignard fiché à sa ceinture.

La tension montait. Mais le silence fut brisé par une voix en hauteur. Dans l'encadrement de la trappe que Sethis avait vu s'ouvrir quelques secondes auparavant, une des deux silhouette s'était penchée vers eux. C'était un Elfe-Noir, avec des cheveux et une peau d'un gris très clair. 

— "Aidez-nous ! C'est horrible, nous sommes poursuivis... Aidez-nous, s'il-vous-plaît..."

La trappe se situait à une dizaine de pieds de hauteur : on pouvait sauter sans grands dangers.

Le groupe se contenta de lever les yeux. Parchessim sembla machinalement ouvrir son énorme livre avant de se rendre compte que c'est Dilica qui l'avait. Cette dernière avait d'ailleurs l'air d'avoir furieusement envie de dégainer son poignard mais ses deux mains n'étaient déjà pas de trop pour soutenir le gargantuesque ouvrage. Les deux furets, eux, avaient déjà toutes armes dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Sethis
Aventurier
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 02/06/2014

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Jeu 16 Juil 2015, 14:29

Ignorant le regard inquisiteur de Dilica, le médecin pensait avoir rondement mené la danse en trompant le petit homme répugnant sur la dangerosité de sa supposée chef, leur ménageant un peu de répit ; s'ils parvenaient à se débarrasser du gros balourd en premier sans éveiller de soupçons, il serait alors plus facile au groupe de s'occuper de Bulbepus en profitant de leur supériorité numérique.

Toutefois Sethis n’eut guère le temps de se congratuler car un Elfe noir apparu soudainement. Avant même qu'il n'eut fini sa supplique, le ria s'était avancé par réflexe pour aider le nouveau venu, poussé par la réminiscence de son ami Kres't qui l'avait aidé à s'enfuir, quelques jours auparavant.

« Sautez ! » lui intima-t-il sans hostilité, « Dépêchez vous ! »

_________________
« Cesser d'apprendre, c'est cesser de vivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Ven 24 Juil 2015, 22:50

Il y avait du grabuge au dessus d'eux. Les deux personnages n'étaient effectivement pas seuls, ils semblaient acculés par plusieurs personnes. Des bruits de combats se firent entendre, et une des deux silhouettes obéit à Sethis, elle sauta.

Avant que ses pieds ne touchent terre, un trait surgit depuis l'ouverture et vint se ficher dans la nuque du fuyard. C'est un cadavre qui s'écrasa aux pieds de Sethis. Celui qu'il avait d'abord pris pour un Drow était en fait un Elfe au visage grisâtre et aux cheveux extrêmement pâles. Sethis avait déjà eu l'occasion d'observer des dépigmentations de la peau semblable sur des patients.

En tout cas, celui ci n'irait pas plus loin, la flèche avait sans aucun doute sectionné plusieurs veines et nerfs vitaux au niveau de la gorge, il était mort sur le coup. Le groupe entendit une plainte dans le tunnel d'au dessus puis plus rien, jusqu'à ce qu'une nouvelle tête surgisse dans l'ouverture.

C'était un visage d'ogre, rond et énorme. Un tatouage bleu recouvrait une grande partie de son front et de son nez. Il balaya le groupe d'un regard.

"Ça alors, quelle surprise. Lâcha-t-il d'une voix caverneuse. Parchessim, Parchessim le fouineur enfin entre nos mains. Voila au moins une bonne nouvelle pour aujourd'hui.

D'ailleurs, excusez nous de l'impolitesse,
dit il en pointant le cadavre de l'elfe de son énorme index. Des gêneurs que nous avons du supprimer. Vous savez ce que c'est.

Ne restez pas là avec ce cadavre aux pieds. Les Gardes peuvent arriver d'un moment à l'autre. Nous descendons l’échelle, remontez avec nous. Alf n'est pas là mais il reviendra bientôt."



Le visage de l'Ogre disparu dans l'ombre et une échelle de bois en surgit à la place. Deux hommes descendirent, habillés de cuir et armés d'épées, ils avaient l'allure type des petits truands d'Hiloroth. Visiblement méfiants, il jetèrent des regards obliques à Sethis et les autres, puis entreprirent de remonter le cadavre en haut, non sans difficulté.

Sethis vit Dilica, Parchessim et Bulbabu se regarder entre eux et le regarder lui. Tous semblaient se demander : "on fait quoi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Sethis
Aventurier
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 02/06/2014

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Mer 12 Aoû 2015, 00:37

Dilica avait l'air dépassée par les événements ; Parchessim était blême, du moins autant que pouvait l'être un smily ; Bulbepus ne paraissait guère réjouit de la tournure des événements et jaugeait les nouveaux arrivants d'un œil méfiant. La-Brique quant à lui faisait preuve d'une passivité béate et absolue, fidèle à sa réputation.

L'ogre les avait « invité » à monter afin de rejoindre Alf et le médecin savait qu'il n'eut pas été de bon ton de faire attendre leur nouvelle escorte, sous peine de trahir leur mission – voire pire – mais la voleuse, supposée chef de leur petite escouade, ne semblait pas arriver à la même conclusion. Elle donnait l'impression de réfléchir à une bonne excuse pour ne pas s'impliquer davantage mais rien ne vint, aussi se contenta-t-elle d'imiter La-Brique en se murant dans un mutisme total. Il n'en fallu pas plus au nécromancien qui sans mot dire prit alors les devants et s'engagea à la suite des bandits, qui étaient enfin parvenus à remonter le corps inerte par la trappe d'où il était apparu.

_________________
« Cesser d'apprendre, c'est cesser de vivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Mer 19 Aoû 2015, 19:01

Une fois montés, Sethis et ses compagnons se rendirent compte qu'un vrai comité d’accueil était réuni dans un goulot à peine plus large que celui dans lequel ils s'apprêtaient à aller.

Il y avait l'Ogre d'abord. Immense, il emplissait quasiment toute la largeur du tunnel. La lumière de sa torche éclairait son visage par en dessous, faisant luire l'encre bleu qui recouvrait sa face ronde. Derrière, il y avait une demi-douzaine d'Humains, de Smilly, un Drow aussi. Tous étaient armés et avait l'air typique de petits malfrats de la Fourmilière.

Deux d'entre eux remontèrent le cadavre d'en bas, ils le lâchèrent négligemment dans l'impasse du tunnel (il n'y avait pas d'autre issus que la trappe), à coté d'un autre cadavre, un Nain. Une fois tout le monde monté, l'échelle fut remontée, la trappe refermée. L'Ogre lâcha de sa voix grave mais douce :

— "Voila une bonne chose de faite. Nous perdons notre apprenti menuisier, certes mais la livraison du Parchessim-je-sais-tout rattrape bien tous ces petits désagréments. Alf sera content, lui qui n'a pas eu beaucoup de bonnes nouvelles ces temps-ci. En route, il devrait revenir d'une minute à l'autre."

Tout le monde s'éloigna de la trappe et remonta à travers l'étroit tunnel. Une odeur de souffre flottait dans l'air, et cela ne venait pas des torches qui balisaient le chemin.

"— Au fait, qui êtes vous donc ? Je ne me souviens pas déjà avoir vu vos visages, et pourtant, Eventorn sait à quel point j'en connais ici, de visages.

— En fait, je suis seule avec le Furet au cheveux noirs, dit cette fois Dilica en montrant Sethis. Nous avons capturé Parchessim mais les deux autres ne sont que des parasites, ils voulaient nous dérober notre butin... "Nous on pisse à la raie de Alf le nabot" qu'ils nous ont dit, puis vous êtes arrivés."

— Ah oui ? L'Ogre se retourna. Il était ardu de déterminer sa réaction mais le tatouage sur sa face avait l'air de se transformer en un visage inquiétant. Tout le monde s'arrêta, la main posée sur son arme.

— Mais pas du tout ! S'étrangla Bulbapus, C'est elle qui... Des yeux dorés semblèrent surgir au milieu du visage bleu et réduire le Furet au silence.

— Et ce Furet là, comment se fait-il qu'il ne soit pas du lot des malpolis ? Qu'as tu donc de spécial l'ami ?" Les pupilles d'or eurent l'air de rouler vers Dilica, comme pour lui interdire de répondre elle-même. Et ça avait l'air de marcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Sethis
Aventurier
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 02/06/2014

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Jeu 20 Aoû 2015, 18:23

Ce n'est qu'après qu'il fut monté que le médecin réalisa à quel point la situation était délicate. D'un rapide coup d’œil, il évalua le nombre de nouvelles têtes – tous des tire-laine d'un genre ou l'autre – à plus d'une demi-douzaine, chacun d'entre eux armés et visiblement sur le qui-vive ; et puis il y avait l'ogre. Énorme d'abord, sa carrure titanesque obstruait complètement le tunnel, à tel point qu'il paraissait miraculeux qu'il pusse s'y mouvoir avec autant d'aisance. Mais ce qui stupéfia le nécromancien bien d'avantage c'était sa présence, à la fois charismatique et terrifiante, elle semblait émaner de lui de façon presque palpable ; était-ce ses yeux dorés et perçants ? son tatouage étrange aux motifs quasi-vivants ? ou bien sa voix caverneuse, aux accents hypnotiques ?

Sethis comprit vite qu'il serait impossible à leur petite équipée de fausser compagnie à ce nouvel ennemi et sa bande – du moins dans l'immédiat. Mieux valait obtempérer, et faire profil bas …

Pourtant, en dépit de ses efforts, l'attention du mastodonte se reporta sur lui. Dilica avait habilement résumé la situation tout en faisant passer Bulbepus et La-Brique pour les imbéciles qu'ils étaient ; elle ne put cependant pas divertir suffisamment l'esprit de l'ogre pour déjouer sa méfiance – à moins que ce ne fusse de la curiosité ?


D'un regard impérieux, le gigantesque monstre défia la voleuse de répliquer avant de braquer sur le ria le feu de ses prunelles dorées. Celui-ci soutint son regard l'espace d'un instant, avant de brusquement détourner la tête, l'air soumis du troufion dont il endossait le rôle. Il prit son temps pour répondre, bégayant d'un air benêt pour se donner une contenance tandis qu'il cogitait ardemment à une bêtise qui satisferait son inquisiteur sans éveiller de soupçons.


- « Heu … ben … c'est que … des fois j'aide le boss … J'ai une bonne tête, ça met les gens à l'aise qu'y paraît … et puis j'connais deux-trois trucs, je recouds des sales entailles, ça sauve, enfin … parfois. Et puis … enfin voilà quoi. »
conclu-t-il d'une voix gênée, en jetant un regard leste vers Dilica, un sourire niais aux lèvres

Oh ! il en coûtait au nécromancien de jouer cette farce, mais les truands étant ce qu'ils sont, il espérait que la carte de la luxure tromperait efficacement l'ogre et ses sbires ...

_________________
« Cesser d'apprendre, c'est cesser de vivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Lun 31 Aoû 2015, 23:03

Sethis - Baratin : 49

— "Ce que tu dis est étrange, pour être tout à fait franc, je ne suis pas sur d'y croire. Le visage de l'ogre semblait avoir tout à fait disparu derrière la peinture bleue aux yeux d'or. L'énorme personnage appuyait ses mots comme pour être sûr d'avoir bien été compris. Il se redressa.

Çà ne fait rien. Alf m'emploie pour lui éviter d'être entouré de parasites décérébrés. Tu n'as pas l'air d'en être un. Ni l'Humaine. Eux par contre en sont l'illustration parfaite, et sur cela, je n'ai aucun doute.

Le colosse referma ses mains autour de La Brique. Avant que le Furet n'eu le temps de faire quoi que ce soit, l'étau des gargantuesques phalanges lui dévissa la tête. Bulpepu tenta bien de s'enfuir mais un gredin lui crocha les pattes et un autre le réceptionna au fil de sa lame. En un instant, le groupe de Sethis s'était considérablement réduit.

Tout en se massant les mains, l'Ogre lâcha :

— "C'était des miliciens de seconde zone, je les ait souvent vu traîner aux grolles de lieutenants terreux. C'est le genre d'imbécile encombrant et qui peut vite vous faire des histoire. Entassez-les avec les autres. Les vers en feront leur affaire.

Les subalternes obéirent puis tout le monde suivit l'Ogre. Le tunnel était étroit mais filait droit. Des torches étaient posées aux murs tous les cents pas. Ils passèrent quelques tournants avant d'arriver dans une salle.

Taillée en un rectangle moyen, elle était encombrée de nombreux tonneaux, de quelques établis et outils, et une très forte odeur de souffre emplissait l'air ambiant. Le groupe emprunta un escalier qui montait à travers le mur droit. Ils arrivèrent dans une autre salle, infiniment plus vaste.

Cela ressemblait d'avantage à une sorte s'entrepôt : des piliers de sapin tordus soutenaient une charpente aussi haute que croulante, le tout joint d'un enduit de terre sombre. Un grand nombre de caisses, poutres et fourrages emplissaient l'espace, transportés et rangés par d'autres mercenaires du même acabit que ceux qui accompagnaient Sethis et son groupe.

L'ogre les mena plus loin encore. Ils traversèrent une placette bordée de hangars bancals. Ils entrèrent dans l'un deux, lui aussi encombré de tonneaux puant le souffre. Un grand crochet de boucher se balançait du haut d'un treuille métallique. Mangé par la rouille, il avait l'air de ne pas avoir servi depuis des lustres. Une grande cage ronde scellée au fond du bâtiment présentait le même aspect. Des portes se présentaient sur trois des quatre murs, certaines cadenassées, d'autres non. Quelques mercenaires étaient là, à rouler des tonneaux, il y avait des Furets aussi, qui regardaient Sethis avec curiosité.

L'Ogre demanda à un groupe si "le patron" était là. La réponse fut négative.

— "Il va falloir attendre, donc. Quelque chose à boire pour patienter ? Kimouss, liqueurs des bois dorés, lambic ogre... Nous avons tout ce que le continent fait de bon ici."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Sethis
Aventurier
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 02/06/2014

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Sam 03 Oct 2015, 09:48

Le médecin n'avait pas réussi à convaincre l'ogre de sa bonne foi. Lui qui s'était mutilé l'égo afin de parfaire son rôle constatait toute la vanité de son action et cela le mit d'une humeur massacrante. Il se contenta d'abord d'esquiver le regard du mastodonte tandis que celui-ci lui faisait part de ses soupçons à haute et intelligible voix. Message reçu. Sethis savait de toute façon fort bien qu'à la moindre incartade, il lui coûterai bien plus que la réussite de la mission.

Ce n'est qu'ensuite, alors que leur groupe déambulait dans les couloirs, que le nécromancien se prit à ruminer sur ses erreurs et lécher les plaies de son orgueil blessé; il se mordait les lèvres, presque jusqu'au sang, l'inquiétude le disputant à la rancœur, pendant qu'il marmonnait des imprécations inaudibles pour quiconque d'autre que lui.

La mort - aussi brutale que rapide - des deux benêts qui les avaient accompagné jusque là n'avait guère ému le ria, qui n'avait même pas sourcillé alors que l'ogre dénuquait La-Brique. Grand bien leur fasse, par Eventorn, ils étaient trop laids et trop bêtes pour continuer à vivre.

Le groupe marcha un moment dans le tunnel et dans le silence, avant d'arriver enfin à destination. L'endroit était pour sur une planque bien cachée des officiels, et nul doute qu'il s'agissait d'un entrepôt par lequel transitait toute sorte de marchandises plus ou moins légales. Le magicien se tendit lorsque le chef d'expédition prit la parole, mais il se décontracta presque instantanément quand il comprit qu'on leur proposait simplement quelque chose à boire; la méfiance naturelle du médecin reprit rapidement ses droits cependant, aussi refusa-t-il l'offre d'un simple hochement de tête.

_________________
« Cesser d'apprendre, c'est cesser de vivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Mer 07 Oct 2015, 14:50

— "Méfiants, hein ? Nous sommes certes à Hiloroth, mais ne faites pas l'insulte de penser que cette ville à pu faire d'un honnête Ogre un vulgaire menteur et assassin. L'Ogre se gratta la panse, son visage bleu avait perdu toute trace d'agressivité. Mais à votre bon gré, si vous changez d'avis, demandez à l'un de ces bougres, et dites que c'est de la part d'Öta-Buera.

L'Ogre s'en fut en donnant quelques ordres aux mercenaires du coin, puis disparu tout à fait du bâtiment. Quand il fut sûr que personne ne pouvait les entendre, Dilica lança :

— "Nous n'aurions jamais du procéder de la sorte. On s'est directement jeté dans la gueule du Drangol. J'ignorais qu'il y avait autant de petits tunnels et caniveaux dans Hiloroth. Si ils sont tous aux mains d'Alf et ses hommes, on est pas sortit de l'auberge.

— En fait ce sont des dispositif de défense, comme je vous l'ai dit. Très basse de plafond, seuls les Nains pouvaient y circuler. Il y en a des basses, où les Nains pouvaient faucher les pieds des assaillants, et des hautes, où des pierres et des sceaux de magma pâteux étaient balancés".

Dilica fit un geste exapséré à Parchessim pour lui intimer de se taire.

"Oui bon, ce n'est peut être pas le sujet le plus préoccupant du moment. Je veux simplement dire que de tels chemins, ils en existe une infinité dans Hiloroth, plus les voies secondaires et les égouts. Je suis tout à fait certain que l'organisation que nous combattons ne contrôle qu'une infime partie de ces passages. Plus de la moitié n'ont sans doute pas encore été redécouverts par les Hommes, d'ailleurs.

— Peut être, toujours est-il que cet heureux hasard nous as mit dans de beaux draps. Nous décidions des événements, et maintenant nous sommes dans l'attente. La froideur et la rapidité avec laquelle ces gars ont liquidé nos deux boulets ne me dit rien qui vaille, on est sur un fil..."

Parchessim aquieça avec un sifflement de sa langue fourchue, tout en jetant un oeil aux voyous qui s'afféraient dans la salle. Il se retourna vers Sethis :

— Et vous, Sethis ? Qu'est ce que vous pensez de la situation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Sethis
Aventurier
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 02/06/2014

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Mer 07 Oct 2015, 16:49

Ce n'est que lorsque l'ogre s'en alla que Sethis put enfin se détendre.
Bien sûr, ils étaient loin d'être tiré d'affaire, mais l'absence de l'ogre rendait – somme toute – les choses plus faciles. Quelques mercenaires de bas étages seraient quantité négligeable à bonimenter s'il fallait prendre la poudre d'escampette.

Après avoir jeté un coup d’œil un peu partout dans l'endroit où le groupe se trouvait, le ria décida qu'il était temps de souffler un peu ; il se laissa glisser le long d'un tonneau afin de s'asseoir sur le sol froid et lisse du tunnel et regarda quelques secondes durant le manège des contrebandiers, qui s'affairaient de ci, de là, observant leur routine.

La discussion entre la voleuse et Parchessim n'avait guère éveillé son attention de prime abord, et le médecin eu quelque peu l'air surpris lorsque son nouvel ami à écailles et compagnon d'infortune lui demanda son avis ; il réalisa alors que depuis quelques temps déjà, c'était comme s'il avait prit la tête de leur petite équipée. Avec un soupir sonore, le nécromancien se redressa, épousseta son déguisement minable – plus pour se donner contenance que par réel souci de paraître – avant de répondre à voix basse, non sans oublier de jeter un regard furtif à la ronde pour s'assurer que nul ne les écoutât.

« En ce qui me concerne, je pense que la situation n'est pas si mauvaise que cela. Bien sûr, la mission semble plus que compromise, et sans Éric nous pouvons oublier toute tentative musclée ... » lâcha-t-il d'un ton légèrement acerbe, avant de reprendre, plus optimiste, « … mais comme vous l'avez dit Parchessim, ces tunnels sont multiples et pour la plupart inconnus de tous. Ils nous sera aisé de nous échapper, si les choses devaient tourner au vinaigre. »

Puis il se tourna vers le smily avec gravité.

« Vous sauriez nous guider, le cas échéant ? » lui demanda-t-il d'u air conciliant, mais sérieux.

_________________
« Cesser d'apprendre, c'est cesser de vivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Dim 11 Oct 2015, 22:28


— Moi non, lâcha Parchessim, mais les Annales du monde, si. Il montra l'énorme reliure que tenait toujours Dilica. Elles compilent tout ce que j'ai pu entendre dire sur ces tunnels. Tous les témoignages, les lectures que j'ai pu faire sur le sujet, en plus de mes propres observations.

— Formidable, coupa Dilica. Vous semblez oublier, mes chers sorciers en herbe, que nous sommes entourés de grosses brutes armées jusqu'aux dents. Vous misez peut être toutes vos chances sur la magie, mais pour le moment je n'ai pas l'impression qu'elle ait vraiment fait le poids face aux lames de nos ennemis...
De plus, eux aussi ont des mages dans leurs rangs, et on ne sait même pas si on peut faire confiance à ceux de notre camp...


Parchessim lança un regard surpris et interrogateur à la voleuse.

— Que voulez-vous dire ?

— Tiens ! Parchessim le roi des fouille-merde, enfin entre nos main !" Railla une voix inconnue dans leurs dos.

C'était un Nain, plutôt petit même pour un représentant de sa race. Il avait les cheveux couleur rouille, plaquée sur un visage potelé. Des arcades massives surplombaient ses yeux sombre et encadrés de cernes plus liées à la fatigue qu'à l'âge. Deux gros anneaux dorés pendaient aux lobes de ses oreilles, ils venaient chatouiller une barge rougeâtre et hirsute.
Il était habillé de manière tout à fait banale, il serait passé tout à fait inaperçu parmi les va-nu-pieds de la Fourmilière.

Il venait seul, sa petite silhouette se découpant dans le contre-jour des torches de la place, au dehors.

Tous les hommes aux alentours continuaient de travailler à leurs tâches, mais il ne faisait aucun doute que tous avaient un œil braqué sur le nouvel arrivant.

— "Je t'ai prévenu une fois, chiure rampante. Puis deux, puis trois. Tu sais mieux que personne que je suis un gars très occupé, et pas très patient. Bref, j'ai le volcan qui dégueule vite comme on dit à Bershmek. J'ai du employer des manières plus... directes.

— Vous ne m'avez pas fait de mal avant, Alf. Je ne pense pas que vous m'en ferez maintenant. Parchessim était très calme. Vous êtes intelligent, vous craignez, à juste titre, l'Ordre d'Hiloroth.

Alf haussa les épaules.

— Tu te goures, sac à merde. L'Ordre nous fait plus peur. Même les cloches du Ghetto savent qu'il a plus aucune poigne sur le Royaume. Les rapports de force vont s'inverser, en fait ça à déjà commencé.

Mais j'ai pas le temps, et pas envie de parler avec toi. Faut que je félicite et trinque avec mon associée que je croyais disparue. Dilica, si je me souviens bien, hein ? Je pensais que tu t'étais débinée, comme les autres. Mais te voila avec Parchemerde, et un autre gus, qui me revient pas d'ailleurs.


Dilica esquissa un "oui" vague de la tête. En fait, elle fixait le Nain mais n'avait pas l'air d'avoir vraiment entendu ce qu'il avait dit. Son visage était crispé, comme si elle était concentrée sur autre chose.

Parchessim la scrutait d'un œil étrange, mi-inquiet, mi-intéressé. Mais vite, il tourna la tête vers Sethis, avec un air disant comme "dis quelque chose !".


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Sethis
Aventurier
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 02/06/2014

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Mar 13 Oct 2015, 16:57

Sethis n'eu guère le temps de réfléchir et répondit du tac-au-tac.
« Je m'en carre que ma tête te revienne ou non, le nain. » commença-t-il d'un air agacé, en haussant les épaules, « Le boss avait besoin de moi pour mettre la main sur l'écailleux et son gros bouquin ; Öta-Buera n'a rien trouvé à y redire non plus et la mission est accomplie, alors trêve de salamalecs. »

Le médecin n'attendait plus grand chose de la part de Dilica, aussi tâcha-t-il de négocier à sa place, en faisant preuve d'autant d’opiniâtreté et de bagout qu'il lui était possible. Il montra le smily du doigt : « On te le dépose quelque part, on t'allège de quelques drucks et basta ! Si t'as un problème, tu va voir ça avec l'ogre. Bon, alors, on y va ? » conclu-t-il sans ambages, espérant que le nain allait les mener de lui même dans un endroit plus propice.

_________________
« Cesser d'apprendre, c'est cesser de vivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Mar 13 Oct 2015, 22:41

Tendis qu'il parlait, Sethis voyait sans mal les mercenaires aux alentours siffler entre eux, secouer la main comme si ils se préparaient au pire.

Parchessim et Dilica — qui semblait être revenue de son instant d'égarement — lancèrent un regard furieux au médecin. Alf, lui, cracha au sol.

— "Non mais... "le nain" ? Tu dois être un nouveau Furet parce que je te connais pas, et surtout parce que toi t'as pas l'air de me connaître.

Alf s'avança dans le hangar. Sethis remarqua que son oreille droite était recouverte d'un bandage imbibé de sang.

Ecoute moi bien petite merde, tu te crois peut être encore avec tes copains du Cercle mais ici t'es rien du tout, t'es personne. Je pourrai accrocher ta tête sur ce crochet de boucher, là, personne y trouverai à redire.

Les gars...


Aussitôt, tous les mercenaires se redressèrent comme un seul homme, cessant toute activité.

Emparez-vous ce ces singes."

En un éclair, les trois compagnons furent submergés de toute part. Une quinzaine de bonhommes les saisirent avec brutalité sans leur laisser d’échappatoire.  

Attachez la fille au poteau ici, mettez le Furet dans sa cage et le menottez le rampant au tas de chaîne au fond. Mettez lui un chiffon dans le gosier tant qu'à faire, des fois qu'il ait envie de faire sa magie de mes deux".

Les bandits exécutèrent les ordres. Avec des cordes, ils attachèrent Dilica à la grosse poutre qui soutenait la panne du toit, celle là même d'où pendait le crochet. Parchessim fut conduit à l'écart, près d'un amoncellement de cordes, chaînes, poulies et autres filets. On le ficela à une énorme chaîne ramassée sur elle même, bien trop lourde pour être déplacée par un seul homme. Les Annales du Monde furent négligemment laissées sur une caisse non loin.

Sethis fut poussé sans ménagement dans la grosse cage du fond. Posée sur une espèce d'estrade en pierre, elle formait une vague demi-sphère de barreaux rouges de rouille. L'espace autour de la cage était dégagé jusqu'à un cercle de caisse de bois où circulaient de gros rats aux dents aiguisées comme des rasoirs. La porte de la cage fut refermée au moyen d'une corde aussi épaisse que le poignet du médecin, plusieurs tours furent faits, finis par une série de nœuds complexes.

— "Maintenant cassez-vous, je veux plus voir vos vilaines trognes. Tout le monde obéit et ils ne furent vite plus que quatre dans l'entrepot.

— Qu'est ce que tu fais Alf ? Hurla Dilica en tentant de défaire ses liens. J'ai honoré ma part du marché, c'est comme ça que tu honores la tienne ?! Détache nous !

Alf avança vers elle et la gifla avec force.

— Te fous pas de ma gueule la gueuse. Ça fait des jours que je t'attendais. Je viens tout droit du Cercle et j'y ai croisé l'Osseux. J'aime pas faire appel à lui parce qu'il est cher et moins malléable que les autres... Mais ces derniers temps, j'ai eu que des emmerdes alors je devais passer outre, tu vois ?

Puis voila qu'il me déballe son histoire, que le fouille-merde était déjà aux mains d'une donzelle, et que c'était... bizarre. Mais le plus dingue dans tout ça c'est qu'il avait avec lui un Garde Ria de l'Ordre ! Une sorte de grosse baraque avec qui y vous avait trouvé chez Parchemerde. Alors me prenez pas pour un drôle, je sais d'où vous venez.


— T'as mangé trop de champignons hallucinogène Alf, j'ai mis plus de temps que prévu parce que c'était plus compliqué que prévu, justement ! J'avais ce monstre de Ria aux basques et j'ai essayé de le semer comme j'ai pu !..
.

— On verra bien... En ce moment, il est cuisiné, et pas à feu doux tu peux m'croire. Quant à toi si tu me ment je te filerai en pâture à mes gars, tu verras qu'ils sont doués pas que pour faire des nœuds.

Il se retourna vers Parchessim puis Sethis.

Pour le sac à main, il a dépassé les bornes. Il va rejoindre son copain le gros Garde, mes patrons sauront quoi faire de lui. Quand au Furet-grande-gueule, je l'accrocherai au crochet comme j'ai dit. Quand on me parle comme ça, les conséquences tombent vite... Mais avant je veux te faire causer mon ami, tu caches quelque chose de pas net, et mon intuition trompe rarement dans ce genre de cas."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Sethis
Aventurier
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 02/06/2014

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Dim 08 Nov 2015, 20:38

« Tch ! »

Sethis fusilla le nain du regard.
Il n'avait pas la moindre idée de ce qui allait arriver désormais, mais une chose était certaine : ils étaient dans la merde – et pas que jusqu'au cou. Une autre chose, tout aussi certaine, était qu'Alf commençait à inspirer une profonde animosité au médecin, et celui-ci, à court d'option, ne se priva pas de le lui faire sentir ; le ria s'était contenu trop longtemps, afin de maintenir un semblant d'entente dans le groupe et dans le but de faire réussir leur mission, mais à présent qu'ils étaient sur la corde raide il se fichait bien des apparences. D'une voix dégoulinante de mépris, il déversa sa bile sans mâcher ses mots dans une dernière tentative de tromper le chef et ses sbires.


« Toi la brosse à merde, tu fais une grave erreur … »
, commença-t-il d'un ton calme qu'il espérait aussi assuré que possible, avant de reprendre d'un ton menaçant, « Gaze ne va pas être content. »

Le nécromancien avait lancé ce nom comme un pavé dans la mare, espérant qu'il ferait réagir le nain d'une manière ou d'une autre.


« Tu ne sais pas à qui tu te frotte, crois-moi. »
reprit-il d'un air hautain, défiant toujours le rouquin hirsute du regard, comme pour appuyer ses propos, « Tu pense que je te cache quelque chose ? Ha ! Si tu savais. »

« Mais je vais te faire une fleur ... »
poursuivit-il sur le ton de la conversation d'un homme s'adressant à un enfant ignorant, « Tu voulais la vérité ? En voici une : je suis un ria infiltré dans l'Ordre de Quartz, et nécromant de surcroît. Tu dois sûrement savoir ce que ça signifie, j'imagine ? Ou tu veux que je te fasse un schéma ? » conclu-t-il en faisant mine de commencer une incantation.

_________________
« Cesser d'apprendre, c'est cesser de vivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Jeu 12 Nov 2015, 22:46

Les yeux de Alf dessinèrent des soucoupes de plus en plus grandes au fur et à mesure que Sethis parlait.

— "Je, qu... Attends, non ! Öta ! Les gars ! Revenez, MAINTENANT ! Le Nain hurlait et reculait vivement vers la sortie. A partir de là, tout se déroula très vite, tellement de choses se passèrent en même temps que Sethis n'eu pas le temps de saisir les détails.

Une boule de feu apparut au centre de l'entrepôt. C'était de la magie de Colère, sans aucun doute. Sethis n'en était pas sûr, mais le sort avait semblé émaner de Dilica. L'immense amas de flammes tourbillonnantes fondait vers Sethis. Le médecin sentait déjà la chaleur lui lécher le visage, mais la sphère ardente ne l'atteignit pas.

Au lieu de cela, elle explosa ; plutôt, elle fut elle même soufflée par une explosion. Cette dernière fut soudaine, et d'une violence inouïe. En un instant, la seule chose que les yeux de Sethis purent voir n'était qu'un immense monochrome de feu en expansion. Des flammes et des débris furent projetés dans tous les sens, griffant la peau du magicien en plusieurs endroits. [-4 pv]

Le médecin ne voyait rien, ses pupilles aveuglées par cette inondation soudaine de lumière. Il n'entendait plus rien non plus, à part un sifflement sourd au fond de chacune de ses oreilles. La chaleur insoutenable le faisait suer à grosse goûtes, et les vapeurs toxiques des fumées le faisait tousser de manière incontrôlable.

Au bout d'une poignée de secondes, les yeux du Ria s'habituèrent un peu à la lumière ardente, assez en tout cas pour analyser la situation. Tout n'était que feu : les murs, la charpente, les caisses... Les tonneaux s'étaient volatilisés, la large porte d'entrée s'était effondré dans un amas crépitant, la poutre où était Dilica s'était transformée en bûcher ardent qui ne tarderait pas

La voleuse, toujours attachée, était inconsciente ; un gros débris de bois lui avait perforé le flanc. Parchessim ne valait guère mieux. Plus proche de l'explosion initiale, il avait l'air d'avoir été littéralement arraché du sol, son crâne avait heurté un ensemble de chaînes d'acier derrière lui, et saignait. A ses pieds, les Annales du Monde voyaient déjà leur couverture se transformer en flammèches vivaces.

De l'autre coté, Alf rampait au sol fumant. Lui aussi criblé d'échardes plus ou moins imposantes, il se dirigeai vers une espèce de trappe de fer dissimulée à l'origine par un amas de sac en toile de jute, désormais plus semblables à des feux de pailles.


Les oreilles de Sethis captaient de nouveau des sons. Crépitements, craquements, souffle déchiré des flammes... Pour un peu, il ne pourrait presque pas entendre les hommes dehors :

— "Feu ! Feu ! Dégagez, tout va exploser !"

Sethis, lui était encore enfermé dans sa cage. Mais la corde qui fermait la porte se transformait peu à peu en serpentin de flamme qui ne retenait plus grand chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Sethis
Aventurier
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 02/06/2014

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Mer 18 Nov 2015, 15:33

Un orbe de feu.
Sethis reprit soudain ses esprits. Combien de temps avait-il été assommé ? Une minute ? Une seconde ? Il n'aurait su le dire. La violence du choc, la surprise, un flash aveuglant ; l'événement s'était déclenché sans prévenir, la déflagration balayant tout sur son passage, projetant de ci des éclats meurtriers dans tous les sens, embrasant de là tous les objets hétéroclites auxquels les flammèches pouvaient s'accrocher. Une douleur vive lui battait le torse, les flancs et le visage ;  mordu par d'innombrables dents saillantes, il n'avait pas eu le réflexe de se protéger de ses bras, ni même de se retourner à temps et avait subit les projections de plein fouet.

Il ouvrit les yeux, mi-clos, encore aveugles, pour ne distinguer que chaos et désolation au milieu des flammes et des fumerolles qui se répandaient rapidement dans toute la pièce. Ses sens lui revinrent petit à petit, en même temps que ses pensées. Il devait s'enfuir ! Il était coincé dans une cage au beau milieu d'un incendie, et personne ne viendrait à son secours ! Dilica. Parchessim. Tous deux dans un état critique. Alf prenant la tangente. Les yeux du ria, malmenés par la chaleur, s’écarquillèrent soudain. La trappe ! Il y avait une porte de sortie !

Chancelant, il fit un premier pas en direction de la grille. La fumée âcre l'étourdissait chaque seconde d'avantage. Il rassembla ses forces, fit un autre pas vers l'entrée de sa prison et balança un puissant coup de pied dans la porte qui ne semblait plus maintenue que par une ficelle carbonisée sans substance.

Libre, il se précipita vers les Annales afin de les couvrir avec son déguisement de Furet dans l'espoir d'étouffer les flammes – qui commençaient à le lécher avec avidité - avant de se tourner vers leur propriétaire. Il saignait abondamment, mais le médecin n'avait guère le temps d'ausculter son ami. Il le hissa sur ses épaules, ramassa tant bien que mal l'imposant grimoire magique et entreprit de se traîner jusqu'à la trappe par laquelle le nain s'était échappé ...

_________________
« Cesser d'apprendre, c'est cesser de vivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Jeu 19 Nov 2015, 20:11

Sethis - force : 82

Parchessim n'avait ni muscles ni graisses, mais il était très grand, bien plus grand que Sethis. Il pesait un poids certain et les Annales du monde donnaient à Sethis l'impression d'avoir une énorme brique dans son sac.

Le médecin ne pu faire autrement que de traîner péniblement le Ria entre les obstacles ardents qui les séparaient de la trappe. Tout brûlait autour d'eux, et la chaleur devenait intenable. A plusieurs reprises, Sethis dû passer à travers les flammes qui leur occasionnèrent des brûlures plus ou moins sévères. [-5pv]


Quand enfin ils arrivèrent à la trappe, le magicien ruisselait de sueur autant due aux flammes qu'à l'effort.
L'ouverture donnait sur un vague escalier en colimaçon qui descendait jusqu'à une plateforme. De cette dernière partait une sorte de large toboggan de pierre qui plongeait dans le néant.

Alf était toujours là, rampant sur la plateforme en contrebas. Il était mal en point. Le Nain leva fébrilement la tête vers Sethis et lui lança un regard noir.

— "Qu'est ce que vous avez fait, maudits... Qu'est ce que vous avez fait... Plus le choix...maintenant. Il faut que... je disparaisse."

Sur ces paroles éraillées, le bandit se laissa couler misérablement dans la glissière et disparu en un instant dans les ténèbres. Autours du médecin, les flammes formaient des murs, les tisons saturaient l'air irrespirable. La structure de l'entrepôt grinçait de plus en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Sethis
Aventurier
avatar

Messages : 900
Date d'inscription : 02/06/2014

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Lun 23 Nov 2015, 20:06

Bien que les smilys eussent le sang froid, Sethis doutait que son ami n'appréciât la fournaise qui faisait rage autour d'eux, aussi, dans un effort surhumain, remorqua-t-il la carcasse dégingandée de Parchessim jusqu'à la trappe encore ouverte.

A peine avait-il traversé l'ouverture qu'il aperçu le nain, salement blessé, qui rampait misérablement sur une plate-forme en contre-bas, laissant dans son sillage une traînée vermillon. Il les vit lui aussi, marmonna quelque imprécation futile avant de se laisser tomber dans ce qui semblait être un toboggan en pierre ;  une échappatoire salutaire, mais où cela menait-il ? Le smily avait besoin de soins urgents ...

Le nécromancien n'avait pas le temps de s’inquiéter de ça. La situation exigeait d'agir avec prudence mais aussi - et surtout - rapidité. Il descendit tant bien que mal l'escalier en colimaçon, bataillant toujours avec son fardeau avant de déposer celui-ci sur la plate-forme puis de remonter en trombe, résigné mais ferme, quant à aller chercher la voleuse. Bien sûr, il ne l'appréciait guère – et c'était vraisemblablement réciproque – mais par tous les Ereliths, qui était-il pour abandonner une femme sans défense en proie aux flammes ?

Passant d'abord la tête par la trappe afin de s'assurer que la voie était libre, enfin, aussi libre que possible, il jeta un regard circulaire à l'entrpôt ; une mer de flamme s'offrait à sa vue, tant et si bien qu'il ne distinguait même plus le poteau auquel la jeune femme avait été accrochée tantôt. L'horreur de la situation frappa soudain le ria comme un coup de marteau dans le ventre.

Lentement, presque à regret, il agrippa la poignée métallique qui commençait à chauffer et referma la trappe derrière lui, non sans jeter un dernier regard dans la direction supposée où se trouvait Dilica, comme s'il s'attendait à la voir surgir du rideau écarlate pour se précipiter vers lui. Après deux secondes interminables d'attente, dégouté et impuissant, il se détourna pour rejoindre l'homme-serpent et son énorme livre, qui l'attendaient toujours en bas, immobiles.

Non sans peine, enfin, Sethis s'affaira à pousser son compagnon dans le toboggan et de le suivre juste derrière, dans une position qui leur assurerait – espérait-il – une réception sans anicroches ...

_________________
« Cesser d'apprendre, c'est cesser de vivre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: IV. Retour à la crasse   Mar 24 Nov 2015, 20:16

La trappe refermée assourdit d'un coup le vacarme des flammes et assura à Sethis et son ami un regain de fraîcheur. En contrepartie, le changement brutal de luminosité faisait qu'il n'y voyait quasiment rien, et ses poumons, eux, étaient encore pleins de fumée.

C'est ainsi quasiment à l'aveuglette qu'il s'élança dans la glissière. La pierre qui le formait avait été sculptée avec une grande expertise : la surface était lisse et régulière et tout alla tout seul lorsque le médecin donna l'impulsion nécessaire à leur descente.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
 

IV. Retour à la crasse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes d'Arathiel :: Le coin RP :: Anciennes Aventures :: La source du Mal-