AccueilAccès au siteRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 2. A la pêche aux souvenirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kepesk
Aventurier
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 03/01/2015

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Lun 29 Juin 2015, 11:27 pm

C’est qu’il était vif ce marchand quand on lui parlait d’un possible profit! Enfin, ce n’était peut-être pas vraiment du profit, car il n’était pas sûr que la Kimouss soit si excellente que le prix qu’elle lui avait coûté, mais à voir le langage corporelle du Juste, Kepesk avait peut-être réussi à faire une bonne affaire et ainsi, il pourrait avoir de bonne information et qui dit bonne information dit aussi un peu plus d’avancement dans leur recherche de chaleur et … de secret concernant leur perte de mémoire.
 
Il essaya de se réchauffer un peu pendant que le marchand observait les deux tonnelets. D’accord … l’idée était folle tout simplement. Comment avait-il pu survivre dans la mer et sur les abords du Mont Gô aussi longtemps avant qu’on le retrouve alors qu’il ne semblait pas être capable de passer une simple nuit à l’extérieur vêtu de tout ce qu’il lui restait comme possession? M’enfin … il se pouvait très bien que ce soit la Vague qui l’avait protégé et si c’était bien cela, qu’elle soit bénie de l’avoir sauvé de ce froid!
 
Puis vint l’offre du Juste qui surprit le Capitaine. À moins que Kepesk est sous-estimé l’alcool qu’il possédait … ou bien que le marchand ce sentait généreux. C’était étrange mine de rien … pas qu’il détestait ça, mais depuis qu’il était réveillé, tout le monde semblait le traiter comme un bon à rien ou comme de la racaille que l’on ne voulait pas avoir à Hiloroth … L’offre que lui proposait ce Juste en ce moment lui permettrait de rester au chaud et quelques piécettes de plus ou de moins dans sa faible bourse n’allait pas changer grand-chose.
 
(Est-ce que le vent viendrait de changer de côté? Aurons-nous maintenant le vent dans les voiles? Je ne dirai pas non en tout cas!)

Il tourna la tête et hocha un peu des épaules. Son partenaire ne s’était pas jeter sur la Kimouss pour la protéger, alors il se pouvait que le marché proposé devait lui semblé honnête ou en leur faveur du moins. Il sourit en coin en se retournant vers le Juste tout en détachant sa bourse à sa ceinture. Malgré la saison Yla, ce Juste savait comment apporter le soleil de Lokara.
 
« Je ne sais pas si vous êtes déjà allé à Kanarath mon cher, mais je vous le conseil! Mes confrères sont peut-être dur en affaire, mais je suis sûr que vous réussirez à sortir gagnant de certaines négociations avec eux. Si je suis capable de retrouver ce que je cherche, je pourrais peut-être même vous y apporter! Enfin c’est une tout autre histoire et en ce qui concerne l’histoire actuelle, c’est marché conclu!


C’est très peu de pièce que je peux vous offrir, mais c’est tout ce qui me reste suite à la mésaventure que j’ai eu dernièrement. J’espère que cela aidera votre fille à aller mieux bien sûr! »
 

Il attendit que le Juste tende la main pour lui verser la totalité de sa bourse, c’est-à-dire les 5 dernières pièces de cuivre. Maintenant, il était officiellement fauché! Il n’était pas vraiment sûr que sa fille fût malade, mais c’était un maigre prix à payer pour lui permettre de trouver un endroit où il y aurait un bon feu peut-être, mais surtout d’autres fidèles de Nature.

_________________
"il faut aller à l'avant de la tempête!", Kepesk-Navigateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aroan
Aventurier
avatar

Messages : 1042
Date d'inscription : 04/11/2013

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Mer 01 Juil 2015, 6:44 pm

L’ancien garda le silence tout le temps de l’échange entre Kepesk et le marchand. Il avait tiqué lorsque le draconide avait mentionné son penchant pour le sexe comme étant un vice. Il n’était pas d’accord avec cette affirmation. Un vice fait du mal. A soi même ou à autrui. Et jamais, jamais Aroan n’avait envisagé ce genre de rapport malsain avec ses différentes conquêtes. Décidément, les gens d’ici avaient beaucoup d’apprioris et de tabous tous plus bizarres les uns que les autres. Comment considérer comme mal ce qui fait du bien et qui ne dérange pas les autres ?

Les gens devraient apprendre à moins juger ce que les autres font ou ne font pas de leur temps libre. Aroan n’était pas un pervers qui forçait les gens, qui abusaient d’eux en les menaçant, ni qui profitait de plus faible que lui.

Et la seule douleur qu’il ressentait là, c’est celle d’être tombé amoureux.

Il était triste si son ami malgré tout le voyait ainsi, comme une sorte de malade mental, de junkie accroc aux plaisirs de la chair, de pervers. Bien gentil, pas méchant, mais un peu détraqué au fond.

Et il commençait à avoir sacrément froid. Il n’aimait pas cela non plus.

Le bout de ses tentacules devenaient douloureux et il les frotta dans ses mains pour les réchauffer, avant d’essayer de les enfouir sous sa veste. Il commençait à grelotter. Aroan et son peuple étaient fait pour vivre presque nus, dans l’eau parfois froide, mais jamais glacée. Le froid extérieur c’était une autre histoire. Et sa peau lisse et gélatineuse n’aimait pas tellement ça.

Aussi il considéra le troc mené par Kepesk comme miraculeux.

Il était curieux de découvrir où se situait l’adepte de Nature dont leur avait parlé Celui-qui-Voit, mais la mention de la fille malade du marchant interpella Aroan. Il sortit sa bourse et compta ses sous. Quelques pièces d’argent et de cuivre. Et dire qu’on leur avait promis un tas de druks à leur retour. Belle arnaque. Il faudrait qu’il trouve à travailler rapidement. Il faudrait se nourrir, lui et Kepesk les jours prochains, trouver un costume pour le bal, aussi. Et Kepesk avait lâché ses derniers druks pour la bière et le renseignement. Voilà un draconide aux poches bien percées !

Néanmoins, il ne pouvait se résigner à laisser une enfant malade. Il prit ce qu’il lui restait de pièces de cuivre et les tendit au marchand.

- Elle a quoi ta fille, marchand ? Si tu l’emmènes au temple de Kima, elle aura de bon soins… Les Kimaïtes ne font que peu payer leurs talents de guérison !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Sam 04 Juil 2015, 5:16 pm

Zaebr s'empressa de prendre les fûts sous chacun de ses bras et leur fit signe de les suivre.

— J'éviterai de mettre les pieds à Kanarath. Si les rumeurs sont vraies, là bas on vous égorge pour une dette qui traîne ou un retard sur une livraison ! Non merci, on est bien ici à Hiloroth. Et puis la grisaille, les vagues dans la figure et le sel dans les narines, ah non, très peu pour moi, vraiment !"

Puis, quand Aroan s'adressa à lui, Zaebr sembla d'abord très étonné, mais il se ressaisit très vite.

"Oui je connais les temples de Kima. Mais je n'ai pas d'autorisation d'entrer dans la ville. La garde a encore repoussé ma demande pour cause d'harcèlements répétés sur la voie publique ! Et par Smil, comment veulent-ils que je les vende mes articles ?..."

Le Juste les fit traverser quelques passages étroits entre des baraquements, et ils arrivèrent à une habitation carrée et mal assise. Tout de bois, elle avait un large appentis qui se déployait au dessus de plusieurs rangées d'étals. Aroan et Kepesk purent reconnaître toutes les denrées précédemment énumérées par le commerçant.

A penne arrivés sur les lieux, une ombre émergea depuis un coin du mur. C'était une Juste, le visage ovale et hâlé, encadrés de mèches très noires. Mais la chose la plus immédiatement visible était l'arc qu'elle tenait bandé à quelques pas d'eux.

— "Holà mon sucre, pas de soucis, pas de problèmes ! Lâcha Zaebr en sursautant. Ce ne sont que de braves clients, ils viennent chercher leurs marchandises.

La juste abaissa son arme et retourna s'adosser au dos du mur, dans l'obscurité. Le marchand se retourna vers les deux compagnons.

C'est Najaah, ma femme. Pendant que je ne suis pas là, et même quand je suis là d'ailleurs, c'est elle qui garde la boutique. Vous comprenez, ici, le temps d'un battement de sourcil et toute votre marchandise peut disparaître d'un coup ! Mais ma rose du désert est une redoutable archère, elle touche un faucon en vol à plus de cents pieds ! Ça dissuade la plupart des malveillants. Mais revenons à nos moutons ! Ou plutôt nos cabris !
Les manteaux sont là, vous n'avez qu'à choisir ceux que vous voulez."


Il désigna du doigt une tringle où pendait un grand nombre de vêtement. Ceux dont parlait Zaebr étaient des épais par-dessus en laine grise, blanche où brune, parfois des trois à la fois.  

En ne les quittant pas des yeux, Zaebr prit appui sur un des poteaux qui soutenait l'appentis.

— "Concernant Cei Cellino maintenant. Je suis arrivé ici qu'il n'y a trois ans, mais ce nom était déjà connu dans le coin. Ce n'est que depuis une année qu'on entend parler de lui tout le temps. En fait, c'est un peu énervant : ses messagers viennent quasiment tous les jours ici pour nous assommer de leurs dictons et leurs mises en garde.

"Impis", disent-ils. "vous souillez votre corps et votre âme à vivre entassés sous la montagne. Les Humains ne sont pas des termites, et la terre, pas leur terrain de jeu ! Rejoignez la Vive Gagée !" Qu'ils disent. "La Vive Gagée va vous remettre sur la vraie voie ; La Vive Gagée va vous réapprendre à écouter Nature, à ne faire qu'un avec elle ; La Vive Gagée va vous laver de toute la puanteur et les vices de la cité ; La Vive Gagée ceci, la Vive Gagée cela..."

Une fois pourquoi pas, mais tous les matins... Je crois que je préfère encore les gueulements de Gougron le boucher, qui essaie de refourguer son chevreuil frais à tout le monde, alors que ce n'est que du vieux mulet...

Bref, si vous êtes décidés à rejoindre la Vive Gagée, d'abord j'ai envie de vous dire que vous êtes un peu siphonnés, et ensuite de faire de bons étirements, car le Cercle est aux pieds des Monts Gô, dans une forêt au sud. C'est bien à trois jours de marche, et gare à ne pas faire un pas de travers, parce que s'est très escarpé !

Cela dit, vous n'êtes pas mal tombés car j'ai tout ce qu'il vous faut pour partir à l'aventure : Vivres, Bottes à crampons, bâtons de marche, boussoles Draconidiennes, cordes et crochets..."


Zaebr continua la liste pendant encore un bon moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Aroan
Aventurier
avatar

Messages : 1042
Date d'inscription : 04/11/2013

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Ven 10 Juil 2015, 4:33 pm

L’ancien écarquilla les yeux quand Zaebr leur apprit son impossibilité à se rendre dans la ville. Par Yla ! Depuis quand Hiloroth refusait l’hospitalité de Kima à une gamine malade ? La bouche béante d’indignation, Aroan laissa lentement son regard dériver vers son ami en apprenant cette nouvelle, puis referma le gosier en déglutissant bruyamment;

Les deux amis suivirent le marchand jusqu’à chez lui pour récupérer les manteaux qu’ils avaient acheté. Un achat compulsif bien inutile ! Aroan ruminait intérieurement. Il suffisait de rentrer en ville nom de Lô. Il réfléchissait à leur situation et ne vit pas la farouche guerrière sortir de l’ombre.
Aroan sursauta, et enchaîna sur une courbette une fois que Zaebr leur eu expliqué qu’elle n’était autre que sa femme.

- Oh ! Bien le bonsoir, Najaah l’archère. Aroan Mildor, voici mon ami, Kepesk Stormborn, noble Capitaine de navire.

Puis ils fouillèrent dans le stock de manteaux disponibles tout en écoutant les explications de Zaebr sur les adeptes de Nature. Ils avaient tout l’air de fous furieux fanatiques. Aroan savait que Kepesk adorait son Erelith marine, mais bon sang de bois, que voulait-il bien aller trafiquer avec des fous pareils ? Aroan n’avait pas souvenir d’avoir entendu dire Celui-qui-voit que trouver ce… Machin Cei Cellino Truc pourrait les aider d’une quelconque manière. Puis il y avait le bal. Et Helias.Puis le fait qu’ils soient à court d’argent.

Les manteaux étaient soit de bonne facture mais fatigués d’avoir été trop longtemps portés par d’anciens propriétaires, soit neufs et grossiers. Mais tous étaiet propres. De toute façon, pour le prix, ils n’auraient pas beaucoup mieux. Aroan se sentait mieux depuis qu’ils avaient gagnés le foyer de Zaebr mais ça ne durerait pas. Il faudrait qu’ils affrontent le froid de la nuit. Il trouva un manteau bien rembourré, avec des manches assez longues pour ses grands bras et une capuche assez ample pour y enfouir ses tentacules.

Une idée vient à l’esprit d’Aroan.

- Mmmh Zaebr ? Comme vous le voyez, nous sommes bientôt à court d’argent. Auriez vous un travail à nous confier pour la journée de demain ? Moi, j’ai un laisser-passer pour toute la ville, pas seulement la fourmilière. Contre rétribution, nous pourrions vous rendre service. Emmener votre petite au temple de Kima, effectuer quelque démarches administratives ou livraisons, ou vous trouver du stock de marchandises ?
De toute façon, nous devons absolument trouver un boulot demain. Que ce soit pour vous ou un autre…


L’ancien se caressait pensivement le menton, son regard passant de Zaebr à sa femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kepesk
Aventurier
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 03/01/2015

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Sam 11 Juil 2015, 6:53 pm

Il appréciait bien ce marchand en fin de compte. Oh bien sûr, il avait des goûts arrêté sur certaines choses, mais il avait aussi raison sur d’autres. Kanarath n’était pas un endroit pour les tendres et encore moins pour les naïfs, car il était sûrement possible d’y entre comme étant un riche marchand ambitieux et d’y sortir comme … en fait de ne jamais y sortir, car l’on coule maintenant sous les dettes envers d’anciens partenaires. Kepesk n’y avait pas souvent mis les pieds à vrai dire … seulement quelques fois lorsque la troupe de Mathias avait eu besoin de se ravitailler ou bien de réparer quelques pièces d’armures.   Et oui … la capitale de sa propre race était une grande inconnue pour lui!

Il sourit à la question d’Aroan et la réponse qu’il lui fut donné. Il ne relança rien concernant le refus du marchand de prendre la mer et il le suivit tranquillement, se frottant les bras pour se réchauffer un peu. Il fallait dire que la simple pensée d’un bon manteau chaud l’aidait déjà à se réchauffer et… son esprit était ailleurs. La ville avait terriblement changé depuis leur voyage. Ainsi, la majeur partie de la ville était fermé à la population … Quelle justice y avait-il là-dedans. Hiloroth était peut-être la capitale des hommes, mais Mathias lui avait raconté que Falryn était beaucoup plus … ouverte.
 
Kepesk mis rapidement sa main sur la garde de son glaive lorsqu’une femme pointa son arc sur lui dès qu’ils mirent les pieds dans la maison, mais son esprit guerrier savait très bien qu’il ne serait pas assez rapide pour éviter la flèche s’il était pris pour cible principale. Par chance, c’était la femme du marchand. Toute une femme qui était sur le qui-vive! À entendre le juste, cette protection armée était nécessaire … après tout, il y aura toujours des voleurs et des arnaqueurs sur cette terre! Il salua la femme d’un signe de la tête quand Aroan les présenta et lui fit un sourire cordial.
 
Sans se le faire dire deux fois quand Zaebr leur pointa les manteaux, Kepesk se dirigea vers un grand manteau blanc. Il était tout de même confortable et la laine de cabris ne le dérangeait pas trop. Il se le mit sur les épaules et s’assura que son armure ne briserait pas cette nouvelle protection contre la température hivernale. Il réajusta quelques sangles ici et là, mais rapidement, il redonna son attention sur le discours du Juste par rapport au Cercle.
 
(Trois jours! Et merde … je comprends mieux pourquoi l’Oracle commence à s’inquiéter … si le Cercle à de l’influence jusqu’ici comme l’a dit Celui-qui-voit, il doit y avoir quand même bons nombres de personnes là-bas. Bon … le bal est prioritaire par contre.)
 

Néanmoins, le discours que les disciples qui venait au porte de la ville l’étonna un peu. Il était vrai qu’il ne connaissait pas vraiment le culte de Nature, mais il ne s’attendait pas à quelque chose d’aussi dur en termes de discours. Il s’attendait plutôt à des paroles conciliantes et diplomatiques … Enfin, il pourrait se faire son propre avis après le bal … mais pour ça, il aurait de besoin du matériel de Zaebr et pour ça … il avait besoin d’argent. Une chance pour lui, Aroan pensa à son problème de bourse et posa la question que Kepesk se posait aussi. Se faire du contact avec le Juste lui permettrait peut-être d’avoir quelques rabais …

_________________
"il faut aller à l'avant de la tempête!", Kepesk-Navigateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Lun 13 Juil 2015, 11:02 am

L'archère ne répondit pas aux deux compagnons. Peut-elle leur rendit-elle un signe de tête, c'était difficile à dire au vu de l'obscurité qui l'entourait.

Les manteaux qu'Aroan et Kepesk choisissaient dans les étals n'étaient pas vieux, mais ils avaient certes été confectionnés sans le souci du détail. Ils étaient simples et grossiers, encore tenaient-ils chaud.

Quand Aroan fit sa proposition, Zaebr paru véritablement surpris, puis rapidement, cette surprise ne masqua plus la gêne qui s'installait sur son visage.

— "Oh, c'est gentil de votre part, mais comment dire... Notre fille est malade, mais pas vraiment en fait. Enfin, ce n'est pas assez grave pour ça. Et heu...

Voyant qu'il devenait de moins en moins intelligible, le marchand soupira, gratta sa barbe naissante et esquissa un coin de sourire.

Bon, en réalité, elle n'est pas malade du tout. C'était l'argument du marchand retors, vous savez ? C'est filou, c'est filou je sais mais que voulez vous ? La prochaine fois vous serez plus sur vos gardes !

Zaebr parlait sur le ton de la plaisanterie mais il enchaîna très vite avant qu'Aroan ou Kepesk n'ait pu lui répondre :

Mais pour répondre à votre question, et me racheter par la même, oui j'ai bien un travail pour vous ! Un travail que je n'ai pas le temps de faire moi même. J'ai un ami dans la Fourmilière, Al—Hazaan. C'est une sorte de petit artisan bricoleur, il confectionne des bijoux, des parfums, ce genre de choses.

Il a souvent besoin de matériaux ou d'ingrédients bizarres, et nous, nous allons au Fahadji chaque année. La dernière fois, il avait besoin de Sueur-de-feu : une sorte de feu liquide vraiment étrange, et très rare. On n'en trouve que là bas, alors il m'a passé commande...

J'ai finit par en trouver, mais je n'ai pas eu le temps de la lui emmener. Il m'avait payé d'avance, dix drucks d'or. L'autre moitié était sensée me revenir une fois la Sueur livrée de main à main. Je vous en laisse la moitié si vous la lui apportez, qu'est ce que vous en dites ? C'est bien le cas de dire qu'il s'agit d'une occasion en or non ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Kepesk
Aventurier
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 03/01/2015

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Mer 15 Juil 2015, 12:16 am

Kepesk ne fut aucunement offusqué de l’aveu du Juste. Il se doutait bien que sa fille n’était pas malade … Un marchand qui avait à cœur sa fille aurait trouvé un moyen d’aller à l’intérieur de la ville ou du moins, faire quérir un adepte de Kima pour la soigner sans avoir trop de frais monétaire. Kepesk était bien content au moins qu’il est eu le courage d’avouer son mensonge et le Capitaine souria en coin aussi. Zaebr n’était pas un mauvais bougre : c’est simple un marchand.
 
« De toute façon, les informations que tu m’as donnés valaient bien les 5 drucks de cuivre que je t’ai offert. Je suis sûr que tu pourras acheter ou troquer quelque chose qui fera plaisir à ta fille ou à ta femme. Ce ne sont pas toujours de gros montants qui rendent les gens heureux. »

Il nota aussi dans un coin de son esprit la fameuse substance que le marchand parlait. Le désert entourant Lokara n’était pas la porte à coté, que ce soit par la voie terrestre ou la voie maritime … en fait c’était à l’opposé d’Hiloroth même, mais si cette valeur était si précieuse, elle n’était pas à négliger. Quelques livraisons de produits exotiques et banales pourrait permettre à Kepesk de renflouer ses coffres et de recommencer à avoir des ambitions. Il n’avait pas oublié les quelques rêves qu’il avait … il les avait simplement mis de côté.
 
Par contre, il ne fallait pas s’emballer pour l’appât du gain … Le juste avait bien précisé que c’était du feu liquide et même s’il n’était pas alchimiste, loin de là, Kepesk se demandait si ce n’était pas aussi explosif et donc … dangereux pour les transporteurs. Quelque chose d’instable qui peut rapporter gros … mais qui peut causer des dégâts tout aussi importants.
 
(Mais qu’est-ce qu’un bijoutier veut faire avec une telle substance? À moins qu’il ait prévu faire un nouveau parfum flamboyant ou bien des bijoux dangereux pour celui qui le porte sur le long terme … enfin, c’est un monde que je ne connais pas! Ne juge pas avant de voir …)

« En ce qui me concerne, ça me va. L’occasion est belle, mais je me dis que le risque doit l’être aussi. Si c’est connu que tu as avec toi une telle denrée, ça m’étonne qu’il n’y ait pas plus de voleur qui est tenté de te prendre cette cargaison. Tu pourras nous fournir un papier qui confirmera à ton partenaire d’affaire que nous sommes bien les bonnes personnes? Je n’ai pas vraiment envie de me faire avoir par un autre marchand et je ne crois pas que tu aies envie de te faire avoir non plus.
 

Oh et … je suppose qu’avec le tout petit mensonge que tu nous as servi, j’espère que ça ne te dérangera pas trop si l’on emprunte le plancher pour dormir cette nuit? Retourner en ville nous ferait perdre du temps demain matin pour commencer la livraison … »

Il ne voulait pas imposer sa volonté de dormir ici … mais il était vrai que retourner en ville dans une auberge allait leur causer encore des problèmes : le prix. Aroan avait sûrement encore des drucks, mais ce n’était pas son cas. Et puis … l’air est bien meilleur à l’extérieur!

_________________
"il faut aller à l'avant de la tempête!", Kepesk-Navigateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Sam 18 Juil 2015, 3:24 pm

Zaebr ne fit pas dormir ses hôtes dans sa maison même. Il leur fourni un imposant tas de couvertures et leur ouvra les portes d'une minuscule cabane à bois. C'était exigu, sombre et plutôt inconfortable.

Le lendemain, les deux amis avaient des courbatures au dos mais n'avaient pas eu si froid. Le marchand leur remit un parchemin vide de toute inscription, mis à part une signature aux lettrages typiquement justes, et difficilement identifiables pour un non-initié. Il leur confia aussi les Sueurs-de-feu. Elles étaient confinées dans une espèce de gourde en métal très épaisse. Zaebr leur expliqua au moins cinq fois qu'il ne fallait surtout pas qu'ils l'ouvrent.

Le matin était d'un gris clair froid et brumeux. Après un petit déjeuné frugal dehors, Zaebr explica à Kepesk que chaque années, ils étaient une cinquantaine de Justes Hilorotiens à faire le voyage jusqu'au Fahadji. Ils n'avaient jamais eu de problème majeurs mais il avoua qu'ils faisaient toujours preuve de la plus grande des prudences.

Aucun émissaire du Cercle ne vint au petit matin. Kepesk et Aroan se dirigèrent donc vers Hiloroth. La chaleur soudaine de la cité les firent suer à grosses goûtes jusqu'à ce qu'ils se réhabituent. Le Laisser-passer falsifier de Kepesk étaient tout gondolé et délavé, il n'avait pas apprécié la baignade du Lac. Mais les Furets présents au barrage ne le regardèrent même pas.

Ils se dirigèrent à l'adresse indiquée par Zaebr : une petite rue discrète jouxtant La Salamandre, grande artère au nord de la Fourmilière.
Il arrivèrent devant une petite bâtisse en rondins, toute en longueur. Un écriteau se balançait au dessus de la porte mais elle était si délabrée qu'on ne pouvait rien y lire.

L’intérieur était très dépouillé, on aurait pu croire qu'il s'agissait d'une boutique abandonnée. Quelques étagères poussiéreuses exposaient quelques bricoles et bijoux disgracieux.

Un Juste monta depuis des escaliers dérobés, et les accueillirent très froidement. Al—Hazaan était grand et tout décharné. Une barbe noire et drue mangeait la moitié de son visage d'ébene et descendait jusqu'à sa ceinture. De nombreux bijoux ornaient ses oreilles, son cou et ses mains.
Il s'avéra que lui et Zaebr étaient fâchés. Selon Hazaan, Zaebr devait lui fournir les Sueurs-de-feu depuis des mois, retardant d'autant la confection de ses articles.

Il ne remercia pas Aroan et Kepesk et ne dit quasiment rien de plus. En réalité il semblait agacé et très impatient qu'ils s'en aillent. Il paya les deux compagnons du montant annoncé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Aroan
Aventurier
avatar

Messages : 1042
Date d'inscription : 04/11/2013

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Jeu 23 Juil 2015, 11:57 pm

Ca alors ! Ce bougre de marchand m’a eu comme un bleu tout à l’heure avec son histoire de fille malade ! Et moi qui lui ai filé toute ma monnaie par pure bonté d’âme ! Espèce de bourrique de sacré nom d’Yla d’âne bâté ! Tu n’apprendras donc jamais ? Un an de misères en tout genre à te faire manipuler par le bout du nez - quand ce n’était pas le bout d’autre chose - et te v’la refait comme un simplet par le premier marchand venu !

Je passe l’éponge. Il est tard, j’en ai plus que sacrément ma claque de toute cette histoire, j’ai froid, même si ça va mieux depuis que nous sommes chez Zaebr et je vais pas chialer pour quelques piécettes de cuivre.

De toute façon, Zaebr se rattrape en nous proposant une livraison a effectuer. Et si je n’ai pas bien comprit quel sera finalement le montant de notre paie, celle-ci se fera en pièces d’or.
Dire que j’en avait tout un paquet à portée de la main avant de partir pour cette foutue expédition !

Laissant Kepesk mener la transaction en bon draconide, je fourre mes mains dans les poches en me balançant sur mes pieds. J’observe l’intérieur douillet du marchand et croise le regard de sa femme. De sa magnifique femme. De sa dangereuse et magnifique femme. Mmmh… je lui décoche un sourire timide, et le chaud me monte aux joues. Mais la guerrière ne fait pas plus attention à moi qu’au tabouret qui se trouve à coté d’elle.

Je suis donc Kepesk et Zaebr à l’extérieur pour passer la nuit. Je ronchonne un peu à l’idée de dormir dehors alors que je pourrais être au chaud chez mes parents. Mais le juste nous installe tant bien que mal, et je passe la nuit à mal dormir, pelotonné au chaud contre le corps massif de mon ami.

Le réveil au matin est d’autant plus dur que le sommeil m’a parût inexistant. Les yeux tous gonflés et collants, je m’extirpe de la cahute. A l’extérieur, Kep et Zaebr prennent déjà le petit déjeuner.
Je me laisse tomber à coté d’eux.

- Mmmh ...’jour.

Le juste raconte à Kepesk ses expédition au sur d’Arathiel. Moi, mal réveillé et ronchon, je m’abîme dans la contemplation du petit feu sur lequel un café passable se réchauffe, tout en mastiquant un bout de pain de la vieille recouvert de mélasse. Un peu duraille.

Je pousse un grand soupir.


Le désespoir de la veille me reprend, porté par le manque de sommeil. J’ai envie de m’allonger là et de ne plus jamais bouger. Yla, douce Yla, qu’a donc fait ton fils pour que tu le punisses si sévèrement ?

Je suis mécaniquement Kepesk quand il se lève et prend la direction de la ville.
Je l’aide à se repérer dans la fourmilière et nous trouvons enfin la boutique que nous cherchons. Le gars est antipathique mais nous paye tout de même la somme convenue. Bon. On est comme qui dirait pas les bienvenues ici. En tout cas, voilà une boutique où je ne remettrai jamais les pieds !
Je regarde Kepesk, les mains dans les poches, en haussant les sourcils, proférant la question muette : “Bon, et maintenant ? Que fait-on ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kepesk
Aventurier
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 03/01/2015

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Ven 24 Juil 2015, 12:48 am

Bon! La nuit aurait pu être meilleure, c’est sûr, mais ce n’était pas la fin du monde pour autant! Il n’y avait pas de feu pour le réchauffer lui et Aroan, mais on moins ils n’avaient pas eu besoin de dormir dans la neige … ou bien de retourner à Hiloroth. Je n’avais vraiment envie de retourner tout de suite me terrer même si je sais très bien que ça devraiendra nécessaire dans quelques jours … dans quelques heures! Si ce n’était que de moi, je m’en irais tout de suite voir le Cercle pour en apprendre plus sur La Vague et sur nos compagnons, mais il y a le Bal … et Hélias sera là.
 
De mon point de vue, il est clair qu’Aroan semble être le plus suceptible de nous deux avec ce qui s’est passé  avec le marchand la veille. Et bien oui quoi … Il venait de se faire avoir, mais ce n’était pas tant la mer à boire pour autant et les deux compagnons auraient d’autres occasions de se refaire de l’argent. Après tout, l’occasion que leur présentait Zaebr n’était-elle pas intéressante? Cela faisait bien une petite éternité qu’il n’avait eu une telle somme sur lui et s’il voulait s’assurer de pouvoir s’habiller un tantinet comme quelqu’un de convenable, il fallait avoir des drucks!
 
Au final, l’allée-retour à Hiloroth ne fut pas si longue que ça. Outre le malaise qu’il y avait visiblement entre les marchands, tout c’était quand même bien passé. Un petit travail bien simple et pour une fois, je me sentais un peu plus comme un guerrier. L’entraînement que Mathias m’avait donné devait bien servir après tout. En toute vérité … même si pour la santé de mon corps écaillé ça doit ne pas lui manquer, tirer le fer et combattre me manque un peu. Pourfendre des ennemis et combattre pour sauver sa vie et protéger celle des personnes importantes … J’aurai très bien pu combattre Aralrim, mais son surnom était assez clair et le deseign de son armure démontrait qu’il aurait été un adversaire un tantinet coriace.
 
Même si Zaebr semble être bien heureux de les voir partir, je ne me gêne pas pour les saluer lui et sa femme gentiment. Je ne désire pas laisser tant de mauvais souvenir à ce couple qui a bien pu nous aider. Certes … on a peut-être abusé de l’hospitalité, mais bon! Ce qui est fait est fait et il faut avancer maintenant. Ma bourse est de nouveau remplie … même si je sais très bien qu’elle va se vider assez vite! Ç n’en vaut la peine, il faut que je me dise ça. Aroan quant à lui a l’air encore rabougri, mais il faudra bien qu’il se motive un peu sinon c’est la ville qui va le dévorer au complet.
 
« Qu’est-ce qu’il se passe avec toi? Nous n’avons pas dormi dans la neige au moins et maintenant, nous avons de quoi nous mettre un peu plus beau pour le bal … Je peux comprendre que rencontrer Hélias, celui qui nous a causé tout ce qui nous arrive d’une certaine façon, ne t’enchante guère, mais on n’ira pas très loin si nous ne sommes pas un peu motivé.
 
Et puis … entre nous deux, c’est toi qui devrait être content que l’on retourne à Hiloroth finalement. Je ne crois pas que l’on va trouver une quelconque boutique de couture élégante à l’extérieur de la ville. Allez viens … chaque minute qui passe nous rapproche de quelques bribes des réponses que l’on désire peut-être! »
 

Le tirant un peu par la manche pour qu’il sorte ses mains de ses poches, je l’entrainais tranquillement vers les portes de la Ville pour rejoindre l’échoppe de Zaebr. Je lance quand même quelques coup d'oeil à gauche et à droite si je ne verrai pas des boutiques intéressantes pour plus tard. On ne sait jamais après tout ...

_________________
"il faut aller à l'avant de la tempête!", Kepesk-Navigateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Sam 25 Juil 2015, 11:41 am

A votre retour, Zaebr parut très anxieux. Il avait passé un bon moment à épier les environs, comme de peur que quelqu'un vous ait suivi. Même méfiance vis à vis de l'or que vous lui aviez ramené. Il le mordilla dans tous les sens et vérifia même qu'il ne fondait pas au feu des torches.

Pas vraiment rassuré, il vous assomma de questions : "Ce n'était pas trop compliqué ? Comment a-t-il réagi ? Il était fâché ?"... Ce n'est qu'après un grand thé brûlant — et aux saveurs très étranges — qu'il se calma un peu. Il finit par vous remercier, en disant que vous étiez des gens biens, honnêtes, qu'Hiloroth en avait bien besoin.

Il vous conseilla plusieurs boutiques pour faire vos emplettes, mais selon lui, La Parure du Paon était le meilleur choix. Ayant suivi ses conseils, c'est là même que vous vous trouvez en ce moment.


~~~


C'est une grotte spacieuse, creusée juste à coté de la Patte Folle. Dès votre arrivée, une odeur d’encens vous emplissent les narines. De lourdes tentures recouvrent la pierre des murs et, dans le coin, un barde masqué joue du psaltérion.

— "Oyé, oyé, braves aventuriers ! Chanta-t-il, vous aussi, venez donc vous parer de mirages, faire oublier vos beaux visages ? Trouverez vous les plus belles et colorées des soies, celles qui au bal feront de l'ombre jusque sur le Roi ?

Tout autour de vous, les étals sont remplis de tous les accessoires possibles et imaginables : perruques, onguents et poudres de maquillages, habits extravagants, masques innombrables...

Il y a beaucoup de monde qui comme vous vient chercher le déguisement idéal. Il y a des clients modeste mais aussi bourgeois et des personnages clairement issus de la petite noblesse. Une femme plutôt petite et très ronde vient vous aborder. Elle porte une robe rose avec un col de fourrure et un chapeau coiffé de plumes de paon.

— "Bien le bonjour, seigneurs ! S'exclame-t-elle de vive voix. Bienvenue à la Parure du Paon. J'imagine que vous venez pour le bal ? Puis-je vous aider ou vous conseiller ?
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Kepesk
Aventurier
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 03/01/2015

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Dim 26 Juil 2015, 8:08 pm

Tout est bien qui finit bien avec la livraison de Zaebr. Bon, les deux marchands ne semblaient vraiment pas en bon terme et c’était bien dommage entre deux personnes du même peuple. On ne peut pas s’entendre avec tout le monde après tout! Néanmoins … d’un point de vue marchand, un marché venait de s’ouvrir et Kepesk ne pouvait s’empêcher de le noter à quelque part dans sa mémoire. Une substance rare, sûrement instable, ça ne pouvait qu’amener à un profit qui pourrait servir à améliorer l’Odysseus … quand il le retrouverait bien sûr.
 
Après avoir rassuré Zaebr que tout était en ordre et que les deux compagnons aient empoché leur dû, il était maintenant le temps de faire les boutiques. D’accord, ça sonnait un peu étrange dans l’esprit de Kepesk, mais il n’avait pas trop le choix. Comme la Dame de la veille l’avait mentionné, il ne pouvait pas vraiment faire une apparition banale et qui plus est, il était un Draconide, un des peuples qui attiraient sûrement le plus de méfiance en ce moment. Il se devait d’être impeccable … même s’il savait très bien qu’il aurait peut-être des paroles corsées avec le Conseiller Hélias.
 
« Tu vois Aroan, tout ce passe bien. Il faut prendre les étapes une à la fois si on veut comprendre ce qui nous arrive. Si tu veux mon avis … le bal sera sûrement une des étapes les plus difficiles et pénible à affronter. »
 
Grâce aux indications du marchand juste, ils n’eurent aucune difficulté à trouver la boutique du tailleur. Il fallait dire qu’avec l’odeur qu’il y avait! Il ne savait pas comment son cerveau était en train de réagir à cette attaque d’odeur, mais jamais il n’avait senti d’odeur aussi différente … et bonne … à un même endroit. Il était habitué à des odeurs plus rurales, de combat ou des mers, mais là, ça sentait la délicatesse et la finesse. Était-il vraiment à sa place ici? Pas 56 façons de le savoir.
 
Il salua poliment la jeune femme qui vint les voir pour les accueillir dans la boutique et se demanda bien comment elle pouvait bouger ou même tout simplement vendre avec un tel attirail. N’était-ce pas un peu trop encombrant? Enfin, qui était-il pour juger. Il ne répondit pas tout de suite, au cas où Aroan aurait une idée déjà faite du genre de costume qu’il voulait. Le capitaine regarda à gauche … à droite … mais aussi au fin fond de lui. À quoi voulait-il rassembler? À un Draconide? À une représentation de la Vague? À un riche Marchand? Les choix étaient multiples.
 
Ne laissant pas la vendeuse attendre trop longtemps comme son compagnon ne semblait pas être décidé, Kepesk se lança dans la description d’un bel attirail d’un Capitaine de navire corsaire. Pas un habit de pirate non! Un flibustier indépendant  bien nanti pour charmer les belles demoiselles, mais qui est capable de montrer à ses adversaires qu’il est un bretteur hors pair.
 
« Je ne sais pas si ça peut rentrer dans mon budhet, mais j’aimerai bien y rajouter un petit télescope… vous savez, pour donner un plus à l’air marin? Et pour le masque, car c’est bien un bal masqué ce soir si je me rappel bien, vous auriez quelque chose qui pourrait représenter, sous un bon angle bien sûr, la facette de la Vague? »
 

Il était qui il était et il l’était jusqu’au bout.

_________________
"il faut aller à l'avant de la tempête!", Kepesk-Navigateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aroan
Aventurier
avatar

Messages : 1042
Date d'inscription : 04/11/2013

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Lun 27 Juil 2015, 3:01 pm

Finalement, nous avons quelques druks d’or en poche. Bien que je ne fus pas ravi de retourner dans le froid caillant de la saison d’Yla, il fallait bien achever notre mission et rapporter l’argent convenu à Zaebr. Je n’ai même pas eu besoin de convaincre et argumenter pour motiver Kepesk. J’aicrû qu’en bon draconide, la vue de 10 druks d’or lui tournerait la tête, et que je devrait batailler ferme pour avoir ma part, et qu’il ne retournerai jamais rendre la monnaie au marchand… mais non ! Ce bon vieux Capitaine à un esprit droit comme la justice et il est allé s’aquitter de sa dette honorablement. Je préfère ça. Au moins, Zaebr, s’il e devient pas notre allié de fortune, ne devient pas non plus notre ennemis. Pas envie d’avoir trois brutes à mes basques prêtes à me pêter les jambes au détour d’une ruelle pour quelques pièces d’or !

Il est vrai que je n’ai pas décroché un mot depuis ce matin, mais j’ai mal dormis. Les remarques à demi voilées de reproche de Kepesk n’aident pas. Mais que voulez-vous ! Mais retourner dans la ruche, et pour une séance de shopping me redonne un peu de baume au coeur. Même si le bal de ce soir risque de marquer nos destin au fer rouge, l’idée de participer à une fête de qualité au milieu de gens importants me redonne courage. Car après tout, voilà le monde dont je viens ! La nuit ! La fête !

Dès l’entrée dans la plume de Paon, un léger sourire béat vient éclairer mon visage. Kepesk, un peu perdu, se précipite sur la vendeuse - par ailleurs plutôt charmante, façon modèle réduit et formes généreuses, habillée avec goût - pour lui soumettre son idée. Haha en fait de costume, le filou en profite pour s’attifer d’un costume complet de Capitaine au long cours ! A mon avis, ces oripeaux ne serviront pas que pour le bal… Le Capitaine a les idées longues !

Quand à moi… Je parcours la boutique, effleurant du bout des doigts les soiries délicates et les broderies précieuses. Il s’agît de faire mouche ! Ce bal sera-t-il conventionnel et guindé ou exentrique et libéré ? Faut-il créer la surprise avec un costume légèrement décalé mais respectueux des conventions ou oser la légèreté et la tentation ? Mmmh choix délicat. Et impossible à faire seul.

Un milliard d’idées se pressent à mon esprit : costume traditionnel et très léger des Ereryn ? Créature mythique des fond marins ? Ce serait la paire avec Kepesk ! Ou encore une tenue très cérémonieuse d’officiant d’Yla, mais juste assez retouchée pour épouser mes formes et les suggérer ? Un déguisement de nobliau, ou de chevalier en armure factice ? Un déguisement de centaure, avec un corps de cheval marchant derrière moi ? Non, il faudrait demander à Kepesk de jouer l’arrière train, et, jetant un oeil à mon ami, je doute qu’il approuve l’idée… Ou quelque chose de plus criminel ? Un voleur ténébreux ou un assassin drow ? Avec une perruque de crins blancs ? Ou encore un Erelith mineur mal intentionné et sulfureux, venu des profondeurs de l’Erethiel ! Ou encore un travestissement ? Une princesse légendaire ou une des premières nées ?

Alors que je parcours la boutique, j’arrive à la hauteur du troubadour. Il n’y a qu’à demander ! M’arrêtant pour le dévisager, je cale mon poids sur ma jambe gauche, le coude du même coté négligemment appuyé contre le montant d’un meuble, venant soutenir ma mâchoire. Je lui décoche mon fameux sourire à la Aroan, ce léger sourire désarmant, autant réalisé avec la bouche que le regard, qui amadoue tout le monde, et si j’ai de la chance, charme les plus réceptifs. Les donzelles des bars n’y résistent en général pas… et même un certain Capitaine Elfe froid comme la glace y a succombé. J’essaie de ne pas faire paraître ma tristesse à l’évocation de Nyenor. Ce n’est pas le moment d’envoyer des signaux contradictoires à ma cible.

- Dites, mon ami, vous qui avez l’air d’être un homme de goût… oh et troubadour ! Quelle chance ! Vous êtes sans doute un habitué de ces grands événements ! C’est la première fois que j’ai l’occasion de m’y rendre… Je ne voudrais pas commettre d’impair en choisissant mon costume. Cette fête, c’est quel genre ? Si… vous voyez ce que je veux dire ?

J’assortis ma question d’un imperceptible mordillement de lèvre inférieure et d’un clin d’oeil. S’il n’est pas trop à la masse, le troubadour devrait comprendre que je suis à peu prêt ouvert à toutes les suggestions tant qu’elles me permettent de faire le meilleure effet sur place !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Jeu 30 Juil 2015, 9:35 pm



La boutiquière écoutait kepesk avec la plus grande des attentions, aquiescant à chacune de ses phrases.

— "Messire, j'ai tout ce qu'il vous faut, s'extasia-t-elle. Elle l'emmena faire le tour de tous les rayonnages d'habits. Ce veston d'abord, il est en cuir de Griak avec une teinture noire. Les boutons sont rehaussés de feuilles d'or, n'est-il pas splendide ? Ici, ce complet rouge et noir est un fabuleux habit confectionné par Sonia, notre couturière. Voyez l'ouverture dans le dos, c'est un Draconide de la Banque de l'Ecaille qui nous l'avait commandé, mais il n'est jamais venu le chercher... Par la Lumière Vive, il à l'air taillé pour vous ! Enfin par ici, suivez moi. Regardez ces faux crochets. Faux, pas vraiment, ce sont d'anciens crochets de bouchers, rendus totalement inoffensifs bien-sûr. Nous les avons tant nettoyés qu'ils brillent comme de l'argenterie royale, on ne verra que vous seigneur !

Pour le masque je vois tout de suite ce que vous voulez, Annabelle peut vous peindre un masque sur commande, nous avions prévus que des clients auraient des envies spéciales. Choisissez juste votre modèle, et nous vous le rendons prêt à porter dans moins d'une demi-heure."

La dame montra à Kepesk un éventail impressionnant de masques. En bon Draconide, il était évident qu'une grande partie d'entre eux ne tiendraient jamais sur son museau, mais certains semblaient avoir été faits spécialement pour des hommes-dragons. Il y en avait des argentés, des ambrés à reflets, des mauves pailletés, des cornus, des à plumes, des cloutés, des tout simples aussi.


Dés:
 

De son coté, Aroan avait réussi à attirer l'attention du barde. Ce dernier posa son instrument et se massa le menton, lequel était surplombé d'une énorme moustache blanche comme neige et peignée avec soin.

— "je vois très bien ce que vous voulez dire, oui. Il avait une voix claire et rieuse. Eh bien cela dépend de tant et tant de choses. Réfléchissons un instant. D'abord, de quelle main tenez vous votre invitation, ensuite qui espérez-vous y trouver, et qui voulez-vous y éviter ? Enfin les motivations : Y-allez vous vous montrez ? Jouer aux jeux des masques ? Espionner quelques nobliaux véreux, extorquer de riches bourgeois ?

Nous jouons tous des rôles sur ces bonnes terres d'Arathiel, mais pour ce soir, réfléchissez bien à celui que vous voulez endosser. Les réponses à toutes ces questions peuvent vous mener aussi bien jusqu'à un serviteur en livrée assommante qu'à une duchesse plus vêtue de bijoux que de tissus.

A vous de voir, voulez-vous qu'on y réfléchisse ensemble ?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Aroan
Aventurier
avatar

Messages : 1042
Date d'inscription : 04/11/2013

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Ven 31 Juil 2015, 12:55 pm

Bingo !

Le ménestrel est un bon. En homme d’art habitué à évoluer dans le beau monde, il est fin et observateur, non dénué de jugeotte. Mais que diable ce bougre fait-il à faire de la réclame dans une vulgaire boutique ? Son âge l’a-t-il écarté des hautes sphères d’Hiloroth ?

- Volontiers ! Deux esprits valent mieux qu’un. Voyons-voir...

Songeant aux questions pertinentes du troubadour, je fais quelques pas en réfléchissant, la main parcourant mon menton, le doigt s’arrêtant par moment sur ma bouche.

- C’est la baronne de Trya, sur laquelle je… suis tombé bien par hasard qui a insisté pour que je sois son invité. Mmmh je pense que la Lady s’est entiché des gens de mon peuple et que… je crois que je lui ai tapé dans l’oeil.


Je fais un geste de la main signifiant “passons”.

- Bien sur, dans l’idéal, je préférerai finir ma soirée avec son jeune et charmant neveu qu’avec la vieille dame. Enfin soit, c’est une question secondaire… non…


Demi-tour, trois pas, appuyage contre une garde robe, bras et jambes croisés.

- Mon ami et moi souhaiterions surtout avoir une discussion avec le conseiller Helias… Disons, que nous avons, ce que nous appelons dans ma langue une “Eune Fini Chedbiz Ness”. Une affaire en cours, quoi. J’imagine que je croiserai Ô Ûnroden, mais je n’aurai pas de mal à l’approcher, quelque soit mon déguisement, vu que nous appartenons au même peuple. Quand à éviter quelqu’un en particulier… non je ne crois pas. Mais, après, je suis ouvert à toutes les rencontres possibles, pourvu qu’elles soient fructueuses… Il est toujours intéressant d’avoir des contacts dans les sphères importantes. Et… les serviteurs en livrée sont des gens qui en savent beaucoup plus que ce que l’on croit.


Je pose mon regard amusé sur le musicien.

- Alors, qu’en pensez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yla
Admin
avatar

Messages : 3679
Date d'inscription : 30/10/2013

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Mar 04 Aoû 2015, 1:50 am

— "Ce que j'en pense... Le barde reprit son instrument et laissa ses doigts courir le long des cordes, esquissant une douce mélodie. J'en pense que vous parlez bien trop franchement pour quelqu'un qui va à la cour du Roi, et que si je ne noie pas notre conversation sous une joli morceau, quelques vilains pourraient bien vous entendre.

Dans un tel endroit, les informations et les ouï-dire valent plus que le Druck. Que vous ne le sachiez pas en dit long. Vous êtes pure, franc et honnête. Eux sont l'antithèse de tout cela. En un instant, vous avez enfoncé la rumeur qui dépeint Denevone Baelmark comme une vieille betterave ridée et lubrique, vous avez lancé celle qui trempe Ediomos Helias dans des histoires de marchandages louches avec les Anciens, et pire que tout, vous avez étalé au grand jours vos désirs profonds, donc vos faiblesses. Mon bel ami, les masques de soie et de tissus sont de piètres atours. Les vrais masques sont l'allure, l’intonation et surtout, les mots.

A votre place, j'opterai pour un déguisement des plus discrets. D'abord parce que n'imaginez pas encore à quel point vous voudrez échapper aux griffes ridées de la vieille Baelmark. Mais gardez de la prestance, jouez avec les détails : vous voulez aussi attirer l'attention du conseiller Helias. C'est un homme de goût, et un grand observateur. A ma grande Honte et ma grande tristesse, j'ignore tout ou presque des Anciens. Mais je sais que Ô Unroden est le plus étrange d'entre eux, le plus insaisissable et le plus énigmatique. S'il ne veut pas que vous le trouviez, vous ne le trouverez pas, pour cela et bien d'autres choses, il est très fort.

Mais par dessus tout, soignez vos phrases, polissez vos mots. Ne dites jamais la vérité, où dites là en faisant croire que vous dite du mensonge. Prenez le plus et cédez le moins."




De son coté, Kepesk avait mené une rude bataille avec la tenancière de l'échoppe. Les prix annoncés atteignaient des sommets astronomiques, et le navigateur n'avait pas réussi à abaisser les coût à moins cinquante neuf Drucks d'argent*. Ceci étant dit, son masque promettait d'être une fameuse réussite.

Sous les pinceaux de l'artiste en arrière salle, il prenait des teintes de noir et de bleu nacré. Une vague en spirale prenait en son centre le trou de l’œil droit et se déroulait sur la moitié du masque. Il avait un aspect fier mais aussi un peu inquiétant.

*Dés:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arathiel.forum-officiel.com
Kepesk
Aventurier
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 03/01/2015

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Dim 09 Aoû 2015, 6:06 pm

Il n’était vraiment pas dans son monde ici! Il y avait tant de vêtement qu’il ne comprenait pas à quoi il pouvait servir dans des situations de tous les jours. Il voulait bien comprendre que ce n’était sûrement pas des situations de tous les jours qui attiraient les personnes ici, mais quand même! C’était des vêtements qui coûtaient une petite fortune et le Capitaine se doutait bien que la grande majorité de la population d’Hiloroth ne pourrait jamais  se payer ce qu’il allait se payer lui-même aujourd’hui. Être aventurier et risquer sa vie devait bien avoir quelques avantages.
 
Il fallait dire que ce bal ne serait pas une promenade de santé pour autant. Il n’allait pas là-bas pour se pavaner et se montré à la haute population de la Ville. Bien sûr, s’il retrouvait l’Odysseus ... non quand il allait le retrouver, avoir des contacts dans la haute société pourrait lui être utile pour atteindre son objectif, mais il allait avant tout là-bas pour le Conseiller Hélias.
 
(Je ne dois pas exploser là-bas … Je dois être calme et serein … mais ce qu’il a fait est si horrible. Qui sait … nous verrons bien.)
 
Il tourna un peu la tête vers Aroan pour voir comment avançait ses propres courses, mais il semblait un peu occupé avec un ménestrel à tourner autour et à lui poser quelques questions visiblement. Il n’entendait pas ce qu’il disait, mais Kepesk commençait à bien connaître cette facette de l’Ancien pour savoir que son compagnon avait des idées lubriques derrière la tête. Rien d’étonnant au final en plus que Kepesk lui avait coupé l’herbe sous le pied la veille. Cette petite pensée le fit sourire avant qu’il reporte son attention sur la vendeuse.
 
Ce n’était pas rien ce qu’elle lui proposait malgré tout. Les banquiers draconides sont sûrement les plus influents draconides d’Hiloroth, alors il ne faisait aucun doute que ça allait être un produit de qualité.
 
« Et bien et bien. Je serai fou de ne pas m’intéresser un peu plus à ce magnifique veston en effet. Le malheur des uns fait le bonheur des autres comme on dit. »
 
Il essaya l’ensemble, mais repoussa tout de suite l’idée de crochet. Ce n’était pas le genre de capitaine qu’il prévoyait être et qui donnait beaucoup plus une allure de pirate imprudent. Il faut dire que ça faisait vraiment cliché et ce n’était pas avec quelque chose d’aussi rustique que Kepesk serait capable de se faire des contacts, voir des amis. Ceux qui voulaient s’amuser et faire des farces pourraient en profiter plus que lui.
 
Ce qu’il lui parut étrange, c’était de ne pas porter son armure. Il se sentait …à nu. Hiloroth n’était pas une ville tendre, surtout avec les Draconides, et même s’il se doutait bien que le bal aurait son lot de protection, il aurait bien aimé être un peu plus protégé que ça. Au moins, il pouvait se consoler en se disant que comparé à beaucoup des convives, il avait une armure naturelle avec ses écailles et même si c’était une mince consolation comparé à son armure, c’était mieux que rien!
 
« Vous êtes sûr que vous ne pouvez pas me faire de meilleur prix que ça? »
 
C’était ce qu’il avait répondu lorsqu’elle lui avait annoncé son premier prix. Il regrettait presque de ne pas avoir fait plus attention à ce que Mathias … et son père biologique … lui avait dit autrefois. Les draconides étaient réputé pour être de féroce marchand, mais Kepesk faisait bien pitié. En toute vérité, il n’avait aucune idée s’il était en train de se faire arnaquer, comme avec Zaebr, ou bien si le prix que lui proposait la marchande était en tant soi peu honnête. Il devait bien avouer que ce qu’elle lui proposait était quand même des vêtements de haute qualité qui pourrait lui servir à d’autres occasions, s’il lui faisait attention, mais quand même …
 
« Je suis sûr que vous pouvez me faire un meilleur prix quand même. On parle quand même pour le veston d’une commande qui pourrait dormir sur un mannequin si je ne serai pas passée. »
 
Il essayait de ne pas paraître trop fou devant la vendeuse et au final, il ne réussit pas à faire descendre le prix autant que lui et sa bourse l’aurait voulu. Ça le faisait rire malgré tout. Aussitôt rempli, aussitôt elle se vidait. Il en aurait souri si c’était pour s’acheter un meilleur équipement, comme à son habitude, mais là c’était tout autre chose. Il entendait presque le rire de Mathias dans sa tête aussi. Que deviens le monde! Il finit par ouvrir sa bourse et à donner le montant final à la vendeuse.
 
Il lui en restait quand même un bon petit montant et pour une petite mission qui n’avait pas été trop compliqué, Kepesk ne pouvait être grognon. Le masque aurait sûrement des impacts lors du bal … peut-être même trop … mais il faisait confiance à l’artiste. Il voulait redorer l’image de la Vague au sein d’Hiloroth et c’était une première étape sur un long chemin ardu.
 

Maintenant, il restait simplement à attendre son compagnon et que son paquet soit près. Le temps avançait et bientôt, le bal aurait lieu!

_________________
"il faut aller à l'avant de la tempête!", Kepesk-Navigateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aroan
Aventurier
avatar

Messages : 1042
Date d'inscription : 04/11/2013

MessageSujet: Re: 2. A la pêche aux souvenirs   Ven 14 Aoû 2015, 7:37 pm

Mmmh.

Touché.

Alors que j’arrête les cents pas que je suis en train de faire pour écouter la réponse du ménestrel, mon sang ne fait qu’un tour. Je garde la main sur mon menton, me frottant la lèvre pour écouter ce que ce ménestrel a à me dire. Mes yeux s’étrecissent comme deux fentes en entendant sa réponse. Et seule une question s’impose à mon esprit, comme flottant au dessus de sa tête. Ou plutôt, une foule de question. A commencer par :

“ Qui est cet homme ?”

Tout de suite suivit de :

“Pourquoi prend-il la peine de m’aider si franchement au lieux de me donner deux vagues conseils vestimentaires ?”

Je jette un coup d’oeil autour de moi, me rappuie de l’épaule contre l’armoire, me penche légèrement vers lui et lui murmure :


- Et si nous voulons être franc du collier l’un envers l’autre, mon cher, je vous trouve beaucoup trop rusé pour travailler ici. Mais chacun ses petits secrets. Et j’avoue prendre un certain plaisir à me transformer en grain de sable venant gripper cette belle mécanique Hilorothienne. Mais je vais écouter vos conseils… Je crois avoir une idée.


Exécutant une courbette des plus élégantes, je salue le ménestrel.  




- Merci beaucoup pour votre précieux… éclairage. Je peux me fier à un homme de goût comme vous pour ma tenue, vous qui êtes un homme d’art.


Sur un ton beaucoup plus bas j’ajoute :




- Je suis sûr que nous seront amenés à nous recroiser, dans de plus hautes sphères que cette petite boutique, au demeurant fort charmante…


Reculant vers le centre de la boutique, j’avise la marchande qui en a finit avec mon ami. Je ne peux m’empêcher de jeter des coups d’oeil vers le coin de la boutique où le ménestrel continue son animation, l’air de rien. Mes tripes se figent. Raides. Glaciales. Ce type, ce type est trop intelligent. Trop rusé. Trop calculateur. Mais il a raison sur plein de points et c’est ma fierté personnelle qui vient se d’en manger une pleine poire. Reprends-toi mon vieux !

Adressant un sourire amical à la vendeuse, j’expose mon choix :


- J’ai bien réfléchi, je repense à une connaissance faite récemment et je me dit que les atours de son peuple seraient la meilleure idée. J’aimerai louer une tenue de prince Juste du Fahadji. Quelques belles soieries aux couleurs vives et chaudes pour contraster avec mon teint. De belles broderies, rehaussées de quelques perles, et pour l’anonymat du bal masqué, une de leur belles coiffes enturbannées qui laissent seulement les yeux apparents. Avez-vous cela ? 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

2. A la pêche aux souvenirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Les Limbes des souvenirs.
» Entrevue douloureuse et Souvenirs refoulés. {Achevé}
» Quelques souvenirs de fête ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes d'Arathiel :: Le coin RP :: Anciennes Aventures :: Souvenirs oubliés-