AccueilAccès au siteRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Prologue : Scylla - Voleuse - Enchanteuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scylla
Aventurier
avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 04/12/2013


Passion accumulée: 0

MessageSujet: Prologue : Scylla - Voleuse - Enchanteuse   Mer 23 Déc 2015, 12:14 pm


La Voleuse



C'était il y a trois ans. Trois années déjà…

Ce n’était pas la première fois qu’elle regardait l’intérieur de cette pièce, de ce bureau. Elle en connaissait chaque recoin, chaque détail, de l’odeur du bois précieux qui recouvrait les murs, jusqu’à la texture confortable de ses tapis. Ici, elle trouverait ce dont elle avait besoin, il n’y avait plus le temps d’en douter. Ses doigts fins frôlèrent la serrure, palpant le métal comme on évalue la qualité d’un tissu. Elle n’avait qu’une chance et elle le savait. Déterminée, elle s’accroupit à hauteur et sortit ses crochets. Il était hors de question qu’il lui échappe.

Comment tout avait-il pu se passer aussi horriblement ? A peine trois ans plus tôt, quand ils l’avaient accepté dans leur petite famille, ils n’avaient pas cherché à savoir d’où elle venait. Ils s’en fichaient. Elle n’était qu’une petite adolescente comme les autres, aux grands yeux jaunes expressifs et si maigre que sa seule vue suffisait pour que les marchands lui offre quelque chose. Ils n’étaient pas beaucoup plus, à peine plus indépendants que la moyenne, avec le taudis qui leur servait de repère, à la frange du quartier des Capes. Cils avait été son nouveau prénom, car il y avait quelque chose dans ses battements d’œils, quelque chose qui leur était étranger. Ce prénom avait évolué, eu sa propre vie, jusqu’à Scylla, aujourd’hui. Elle n’avait pas de nom, un orphelin n’a pas besoin de nom.

La serrure céda enfin, Scylla ne doutait pas de réussir à la déjouer. Elle savait que le plus dur venait désormais. Ses mains relevèrent la frange de souples plumes noires qui lui couvraient le haut du crâne, passant doucement sur les écailles de son front. Respirant doucement, elle ferma les paupières, se concentrant. Silencieuse, elle rouvrit les yeux, désormais brillants d’une lueur étrangère. Progressivement, les effluves magiques présents dans le bureau commencèrent à apparaitre, formant fumées, motifs et signes sur les objets et dans l’espace. Tellement de protections dans cet endroit. La jeune Smilly commença à avancer précautionneusement, contournant et esquivant chaque symbole avec souplesse.

Elle n’avait jamais apprécié la mendicité et s’était très vite retrouvée dans le groupe des chapardeurs. Scylla était petite, légère et passait très facilement inaperçu. Sa spécialité était le vol à l’étalage, nécessitant peu d’expertise et de bonnes jambes, deux éléments dont elle était fort bien pourvue. Elle n’avait pas son pareil pour échapper à ses poursuivants, qu’ils soient simples marchands ou gardes organisés. Jamais n’eut elle d’ennui avec les autorités. Les orphelins faisaient parti du paysage de la Fourmilière à même titre que les mendiants. Les gardes et les malfrats n’avaient aucune raison de courir derrière quelque chose de moins nuisible qu’un rat.

Premier obstacle d’envergure, un sortilège barrière se tenait au milieu de la pièce, scellant l’accès des parties intéressante du bureau. Gravé dans le sol, il avait l’avantage de couvrir toute la distance entre les deux murs. En soi, il était en général impossible de passer, mais Scylla connaissait pour l’avoir étudier, son défaut. Il ne montait pas jusqu’au haut plafond de la pièce. Doucement, avec précaution, elle monta sur un guéridon et sauta pour attraper un des croisillons tenant les poutres de la charpente. Puis avec son agilité habituelle, elle commença à se faufiler de poutre en poutre, jusqu’à arriver en dessous du toit. A son point le plus haut, elle se glissa doucement par-dessus la barrière magique.

Dans la Famille, les plus vieux enseignaient aux plus jeunes, et c’est ainsi que Scylla put apprendre l’art risqué mais lucratif du monte-en-l’air. Courir sur les toits se révéla, pour l’agile demoiselle, être aussi naturel que marcher dans les rues. N’étant plus une enfant, elle apprécia de plus en plus cette nouvelle liberté, loin de la foule et de ses dangers. Et comme beaucoup d’adolescents, elle se découvrit rapidement des sentiments étranges qu’elle eut tôt fait d’explorer. Mais l’indécise demoiselle navigua de rencontre en rencontre sans jamais véritablement s’impliquer, bien plus intéressée par l’exploration illégalement intime que le cambriolage permettait. Finalement, elle eut suffisamment d’expérience pour explorer convenablement la ville.

Descendant souplement sur le haut d’une des armoires, la demoiselle fit le point sur sa situation. Elle devait désormais atteindre le lourd coffre en métal à l’autre bout de la pièce, mais dans cette partie, il lui serait difficile de toucher terre, car un sortilège prison couvrait le sol. Le moindre contact non autorisé, et elle se retrouverait enfermée dans une cage magique. Pas le genre de protections dont elle pourrait s’échapper. Doucement, prudemment, elle se coula sur une table à alcool et sauta sur le bureau, prenant soin de ne pas faire tomber la pléthore d’objets qui trainait dessus. Elle rattrapa de justesse un étui à plume en or qui avait roulé puis sauté du bureau lors de son arrivée.

Un jour, ses désormais agiles doigts subtilisèrent la bourse d’un furtif habitant de la cité, anonyme parmi tant d’autres. A l’intérieur, un étrange bibelot de Magiamite. Intriguée, la demoiselle scruta magiquement l’objet. Très rapidement, et après en avoir conclus l’utilité inoffensive et en avoir fait l’essai sur quelques autres orphelins, il fut déterminé qu’il s’agissait d’un objet interdisant à une personne interrogée de mentir. L’artefact était puissant, le premier qu’elle n’ait jamais possédé de sa vie. Fière, vantarde, elle se prit de bravade et décida de l’utiliser sur une cible influente, pour voir. L’effet fut plus terrible que ce à quoi ils s’attendaient.

Usant de la somptueuse chaise du bureau, elle se rapprocha suffisamment du lourd coffre. Celui-ci était scellé par une serrure et une protection spéciale, mais la voleuse s’était préparée. Délicatement, elle sortit un fin mouchoir teinté par une petite tache de sang puis frotta doucement l’enchantement jusqu’à ce que celui-ci se désactive. Une fois la première protection désactivée, elle commença à crocheter la serrure.

En plus des sordides petits secrets de noblesses, le noble complotait avec plusieurs autres personnalités  contre la couronne. Pleurant et gémissant, effrayé par ses propres confessions, celui-ci proposa de payer les orphelins pour leur silence, ce qu’ils acceptèrent. Sortis gagnants du plus gros coup de leur carrière, il leur fallu un petit moment pour se rendre compte de ce qu’ils s’étaient passés. Une fois la liesse et les félicitations, s’ensuivirent effroi et réflexion. Ils venaient de pénétrer dans un jeu dangereux et commençaient à s’en rendre compte. Mais à la majorité, ils décidèrent de continuer d’utiliser l’objet magique, garant de profits jusqu’alors inaccessibles. Et il s’avéra remplir toutes ses promesses, du moins pendant un temps.

La serrure céda enfin, mais la voleuse ne laissa pas fléchir sa vigilance. Doucement, avec précaution, elle ouvrit le coffre pour vérifier la présence d’un dernier enchantement à l’intérieur. Satisfaite de ne rien trouver, elle l’ouvrit d’avantage et en apprécia l’intérieur. Cela faisait bien une demi-heure qu’elle était là, elle devait se dépêcher si elle voulait avoir une chance de le coincer avant qu’il ne disparaisse. Sans hésiter, elle se saisi d’une courte baguette.

L’atmosphère de la Fourmilière commença à devenir oppressante pour les orphelins. A mesure de méfaits, ils se sentirent observés. Puis on commença à les suivre. Certains d’entre eux disparurent, d’autres, dont Scylla, échappèrent de justesse à de très persistants poursuivants. Les orphelins se replièrent sur eux même, leur chef devenant de plus en plus paranoïaque et suspicieux. Toute impression de sureté s’effaça dans le repaire, de jour en jour.

Admirant l’objet en main, la demoiselle l’étudia un moment avant que son œil ne capte autre chose. Une forte couleur émanait du coffre, accompagnait d’un sifflement étrange. Présageant du pire, elle tenta de se séparer de l’objet. Il resta collé dans sa main ! Handicapée, elle tenta de sauter de la chaise sur le bureau mais l’objet semblait comme attaché au coffre et la fit repartir en arrière. Elle tomba durement sur le plancher, et ne put que regarder avec horreur la prison magique s’élever autour d’elle. Hurlante de désespoir, elle se jeta dessus de toutes ses forces, rebondissant comme un sac de paille sur la protection.

Ils étaient venus avec les dernières lueurs d’Yla. Méthodiques, professionnels, ils officièrent avec rapidité et brutalité. Ils partirent sans laisser de trace. Scylla n’était pas là. Elle ne put que contempler tétanisée les cendres de ce qui avait été leur repère, son repère, sa maison. Ses camarades, sa familles, gisaient dans les décombres, leurs corps à moitié carbonisés témoignant d’une violence absurde et de leur totale impuissance face à ce massacre. Scylla avait perdu tout ce qui était important pour elle : Une Famille qui ne l’avait jamais jugé, jamais rejeté, et qui assurait sa protection. Elle failli sombrer dans le désespoir et la folie, mais cela aurait été jouer le jeu des agresseurs. Une rage sourde et terrible l’envahit et elle décida de chercher coûte que coûte le coupable. Toute la journée, elle courut dans la Fourmilière, remuant toute la ville. Heureusement, les orphelins avaient gardés quelques très bons contacts. Elle découvrit qu’elle n’était pas la seule à avoir survécu.

Scylla pleurait frénétiquement, ses mains en sang à force de battre contre la protection magique. Il allait disparaitre. Leur propre chef les avait trahis, succombant à la pression et vendant ses camarades contre l’objet, et sa vie. Il devait payer ! Répondre de ses crimes, mais elle était impuissante ! Enfermée, incapable d’user de magie, incapable de sortir. Folle de douleur, elle ne pouvait s’empêcher de repenser aux cadavres de ses camarades, mais plus encore à sa propre culpabilité dans toute cette affaire. C’était elle qui avait trouvé l’objet. Elle s’était galvanisée de sa puissance. Elle avait décidé de l’utiliser pour son propre profit. Elle n’avait pas écouté la voix de la raison. Et elle était désormais prisonnière à cause de sa propre impulsivité. Elle était impuissante ! Elle avait toujours été impuissante !

Une éternité sembla se passer avant que des pas agités vinrent vers le bureau, ouvrant avec violence la porte. Deux silhouettes se découpèrent dans la lumière. Scylla sentit les larmes lui monter de nouveau aux yeux.

« Qu’est-ce que .. ?!

– Chérie ! Qu’est-ce que tu fais là ?!

– Papa ! Maman ! »

Scylla, vive et indépendante Scylla, se précipita dans les bras de sa mère. Dans cet écrin d’amour, chaud et maternel, elle laissa de nouveau couler toutes les larmes de son corps.

C’était il y a trois ans...

_________________
Scylla : Avatar par SybLaTortue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Aventurier
avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 04/12/2013


Passion accumulée: 0

MessageSujet: Re: Prologue : Scylla - Voleuse - Enchanteuse   Mer 23 Déc 2015, 12:15 pm


Scylla


Age : 21 ans
Race : Smilly
Motivations :
- Trouver et faire payer les responsables du meurtre de ses camarades.

Buts :
- Vivre indépendamment.
- Découvrir et étudier tout ce que la magie a à offrir.


Apparence:
 
Psychologie:
 


Contacts



Valentine "La Paume"
Signes distinctif : Manchot. A part ça ressemble à une honnête commerçante de la fourmilière.
Personnalité : Valentine a un oeil de lynx. Excellente évaluatrice, elle aime user de son art pour évaluer ses clients et ses fournisseurs. Plutôt débonnaire, elle n'a qu'une seule règle : On ne ment pas lorsqu'il s'agit du boulot. Ceux qui dérogent à la règle sont prié d'aller voir ailleurs. Les autres... Les autres, on peut discuter.
Métier : Receleuse
Relations : Valentine est le premier receleur de Scylla. Bien établie, avec un bon réseau de contact, son influence s’étend sur tout Hiloroth, comme la voleuse a pu le confirmer plusieurs fois. La Paume a fait partie de la troupe d'orphelin de Scylla et partage son désir de revanche. Leur entente est amicale, mais reste dans un cadre strictement professionnel. Valentine restant très secrete sur sa vie privée.

Garret "La Jacte"
Signes distinctif : Jeune brute des gangs, cicatrice sous la mâchoire. Beau et fringant.
Personnalité : La Jacte est un beau parleur. Le poitrail à l'air, le sourire ravageur, il a la langue facile et sais en profiter. C'est un flambeur, facilement attiré par les jeux d'argents et les femmes faciles. Rusé, souvent entouré, mais pas très courageux.
Métier : Lieutenant d'un des gangs des capes.
Relations : L'ancien chef du groupe d'orphelin a bien grandi. Il fait partie des proches Lieutenant de l'un des caïds du quartier des capes. A ce jour, Scylla ne sais toujours pas a qui il a vendu le refuge. Elle est bien décidé à le savoir un jour. Il paiera, comme tout les autres.


_________________
Scylla : Avatar par SybLaTortue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Aventurier
avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 04/12/2013


Passion accumulée: 0

MessageSujet: Re: Prologue : Scylla - Voleuse - Enchanteuse   Mer 23 Déc 2015, 12:17 pm


Aventures Secondaires


Scylla est une voleuse indépendante. En ce sens, elle a toutes les capacités nécessaires pour accomplir toutes tâches nécessitant discrétion, subtilité, agilité d'esprit et de corps, et une moralité discutable. La femme serpent aime les plans courageux et rusés, et n'a pas de soucis à être une mercenaire même si sa langue a du mal à rester dans sa poche.

Scylla n'est pas une assassin. Faire preuve de violence la gêne et le meurtre la révulse. Cela ne l’empêche pas de savoir se défendre si besoin est, mais il est très rare qu'elle se salisse les mains en personne. Egalement, elle a une certaine réserve par rapport aux misérables et laissés pour compte et aura du mal à leur nuire d'une manière ou d'une autre.

La ville est son terrain de prédilection, mais une forte curiosité du monde extérieur la dévore. Elle n'aura pas peur des longues expéditions, surtout si des trésors et secrets sont à la clé.



Aventures envisagées



Aucune pour l'instant, en attente d'autres joueurs. Rien n’empêche d'en discuter par MP entre temps si vous êtes intéressés.  drunken

_________________
Scylla : Avatar par SybLaTortue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prologue : Scylla - Voleuse - Enchanteuse   

Revenir en haut Aller en bas
 

Prologue : Scylla - Voleuse - Enchanteuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [LOI] Lois héraldiques royales : prologue
» Ernst Monventeux - Vavasseur du bourg de Froifaissier (Scylla)
» Maelya [Pirate, voleuse & Assassin]
» Eleys [Voleuse et aventurière]
» Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes d'Arathiel :: Le coin RP :: Aventures Secondaires :: Présentation des Aventures-