AccueilAccès au siteRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Lun 8 Aoû - 15:56

Ce fut un nouveau choc qui réveilla Lihuzane, jetée sans ménagement sur un sol de pierre dure. Elle ne voyait rien, respirait mal, car un sac de jutte grossière lui couvrait la tête et le haut du corps.

"Je ne suis pas sûr que ce sois une bonne idée..."

"L'Ancien l'a demandé et sa parole fait loi. Si il dit qu'elle est dangereuse, alors elle l'est."

"Elle ne s'est pas débattue, elle ne nous a même pas vu."

"On ne va pas cracher sur la chance quand elle nous souris. Les autres arriveront bientôt."

Le sol était poussiéreux et plein d'imperfections de roches. On aurait dit le sol des rues d'Hiloroth. La pièce sentait le renfermé, le vieux, l'oublié. Lihuzane entendit une porte s'ouvrir en grinçant, et les mouvements de la foule au loin.

"Ah ! Ancien, nous..."

"Silence !", croassa une voix avant d'éternuer bruyamment. Une dizaine de personnes semblérent marcher autour de la femme serpent, l'entourant de chaque coté, à une distance respectueuse.

"Enlevez lui ce sac.", intima la voix, et des bruits de pas s'approchèrent. Lihuzane pouvait entendre une personne s'accroupir et des mains fermes attraper la toile autour d'elle avant d'arracher violemment cette protection.

Autour d'elle, une pièce taillée à l'intérieur de la roche. Elle semblait de bonne taille, et son utilisation devait être pour entreposer du matériel, bien qu'il était difficile de voir quoi que ce sois vu la faible lueur des lieux. Lihuzane était entourée de toute part, par facilement huit hommes larges et massifs, la plupart des sauvageons et pèlerins qu'elle avait entraperçu juste avant. Tous la regardaient avec un oeil sévère, certains arborant un doute flagrant sur leur visage.

La lumière venait d'une seule torche, tenue par l'un d'entre eux. Il se déplaça sur le coté, révélant la silhouette décharnée du barde aux yeux opales. Lihuzane pouvait voir une étrange froideur dans ses traits. Aidé de son bâton de pluie, il s'avança, et la dévisagea en silence. A part le bruit des respirations, il n'y avait rien d'autres.


Dernière édition par Smil (MJ) le Sam 15 Oct - 21:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihuzane
Aventurier
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 20
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Lun 8 Aoû - 20:21

Mes trois compagnons s’éloignent de la foule attentive pour gravir les marches menant au temple et au sieur Cei Cellino. Je ne les quitte pas des yeux et observe l’amie de Dagon s’approcher la première de celui qu’ils nomment tous ici la Voix. Comme pour les précédents aspirants, il l’accueille de quelques mots que je ne peux entendre d’où je suis, accompagnés de gestes ressemblant à un rituel. Vient ensuite le tour de Dagon, pour qui le même cérémonial a lieu avant que je ne comprenne par les gestes du jeune chasseur qu’il est en train de présenter Kepesk à Cellino. Je souris lorsque je constate que mon ami est soumis au même rite et qu’il peut comme Solwen et Dagon poursuivre sa route vers l’intérieur du temple.

L’attroupement des autres adeptes ou peut-être de simples visiteurs comme moi ne cesse de s’agiter autour de moi et je me retrouve obligée de battre en retraite sous la pression de la cohue, surtout que de grands hurluberlus sont venus se mettre devant moi, me cachant toute la scène malgré ma grande taille. De toute façon mes trois camarades sont entrés dans le temple et il n’y a plus grand-chose à voir pour moi à part la procession d’aspirants inconnus. J’en suis à me dire que je vais tenter de me frayer un chemin jusqu’à la tente principale pour proposer mon aide lorsque je ressens une vive douleur à l’arrière du crâne comme si j’avais percuté quelque chose. Des tâches jaunes se mettent à danser follement au-dessus du temple et un voile noir s’abat brutalement devant mes yeux…

Mon corps entier se contracte et mes mains se referment brusquement tentant de freiner l’impression de chute dans le vide qui m’envahit. Mais la fraîcheur de la roche sous moi me fait doucement réaliser que je n’ai peut-être pas rêvé ma culbute, je suis bien par terre alors que j’étais… Je dois réfléchir quelques secondes pour me souvenir du cercle de la Vive Gagée. Par tous les Ereliths, que s’est-il passé ? ! Comment puis-je me retrouver sur le sol et dans le noir ? J’ai pourtant l’impression d’avoir ouvert les yeux. Je tente de bouger mais rencontre une rêche résistante et retombe sous le choc de milliers d’aiguilles me transperçant l’arrière du crâne. Je gémis sous la douleur lorsqu’une voix perce l’obscurité, à laquelle je ne peux m’empêcher de répondre en geignant que non ce n’était pas une bonne idée de secouer une tête douloureuse… Sauf qu’une autre enchaîne et je comprends que la première ne s’adressait pas à moi. Mais de qui, par Lô et Yla, sont-ils en train de parler ? Il y a quelqu’un de dangereux dans le coin… Se débattre ? Je tente une nouvelle fois de bouger, plus doucement et mes mains rencontrent une toile de jute. J’ai du mal à reprendre mes esprits mais je me rends soudain compte que c’est peut-être simplement moi le centre de la conversation et que je me suis faite… de nouveau… enlever ! D’une façon encore plus brutale qu’Aladrim.

Une porte s’ouvre et une troisième voix s’ajoute ainsi que la présence de plusieurs personnes, malgré les coups de tam-tam qui envahissent mon cerveau j’en suis arrivée à la conclusion que je suis bel et bien allongée sur le sol, dans un sac de toile comme un pauvre légume. Condition qui ne dure pas puisque la troisième voix donne l’ordre que l’on me débarrasse du sac en question. Le peu de lumière qui éclaire la pièce dans laquelle je me trouve, bien accompagnée, est quand même une torture pour ma tête endolorie et je referme un instant les yeux avant de me concentrer sur mes voisins. Pas de doute, je suis toujours à la Vive Gagée, les gens présents sont semblables à tous ceux que je croise depuis le début de la soirée. Il m’est plus difficile de voir celui qui tient la torche, bien trop lumineuse mais lorsqu’il fait un pas de côté je reconnais le barde dont nous avons écouté l’histoire avec Kepesk et souris bêtement.

« Tiens je voulais revenir vous voir justement… Mais je ne savais pas que vos coutumes entamaient les conversations à bâtons rompus... »

Lentement je pousse sur mes bras pour m’asseoir à même le sol et me masse doucement l’arrière du crâne. Me disant que j’utiliserais bien quelques remèdes de Crevan, je balaye machinalement du regard le sol autour de moi et ma propre personne pour voir si j’ai toujours toutes mes affaires.

_________________
Lihuzane Fharkahn, fille adoptive d'Argaï le Juste
En pause pour cause d'IRL débordant (Présence : une fois par semaine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnets2routards.legtux.org
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Mar 9 Aoû - 16:52


Les paroles de Lihuzane semblèrent épaissir d'avantage le silence de l'assemblée, malgré l'impossibilité de la chose. Certains parmis les larges hommes qui l'entouraient arboraient une complexe expression, moitié horreur, moitié fascination. Dans les mains de l'un, l'herboriste pouvait voir son bâton de marche. Mais vu la blancheur des jointures de ses doigts, le lâcher, ou le rendre serais au dessus de ses forces.

Le vieux barde continuait à la scruter du regard. Un sourire bizarre, vibrant de fascination se dessina sur son visage. Il ouvrit la bouche pour parler, mais Lihuzane put voir que ce n'était pas à elle que cela était adressé.

"Regardez, et apprenez. De ma propre vie, je n'ai jamais pu voir une construction aussi parfaite. L'attitude d'une vraie personne, son langage, ses expressions. Pourtant tout cela est faux, simulé, trompeur... Un écran de fumée !"

Il s'accroupit, dévisageant la Smilly de ses yeux opales. Lihuzane pouvait voir une étincelle obscène dans le blanc de ses yeux.

"Fascinante créature. Ton déguisement est parfait en tout point, sauf un seul, peut être le plus important. Sans ces yeux, personne, à part peut être la Voix, n'aurait deviné ta présence..."


D'une voix forte il ordonna :

"Quelle est ta mission ? Quelle est la raison pour qu'une abomination aussi complexe, aussi parfaitement réalisée vienne infiltrer un cercle de Nature ?"

Il n'y avait aucun sentiment dans cette voix. Aucune émotion à part la violence. Lihuzane pouvait sentir ses paroles éclater à l'intérieur de son crâne, comme brulant son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihuzane
Aventurier
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 20
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Mar 9 Aoû - 23:23

En cherchant mes affaires, je reste assez perplexe devant les mines qu’affichent les huit personnes qui m’entourent. Je vois que l’un d’eux a le bâton offert par Yuri et me retiens de lui demander d’y faire attention. Où est ma besace ?

Je n’ai pas le temps de m’interroger plus longtemps sur le devenir de mes maigres possessions que le barde reprend la parole, s’adressant à ses acolytes. Si sa première phrase peut ressembler à un compliment, je me perds dans la suite de son discours. De quoi parle-t-il ? Lancé dans son monologue, il s’accroupit près de moi, qui suis toujours en train de me masser la tête, comme s’il voulait m’observer de plus près. Je fais de même, m’étant enfin habituée à la lueur de la torche et n’apprécie pas vraiment ce que je perçois dans le regard laiteux. Tous ses mots roulent vicieusement dans mon crâne : écran de fumée, déguisement… Je suis complètement déconcertée par ses propos nébuleux.
Il semble décidé à m’offenser et m’achève en me demandant quelle est ma mission.

« Mais par tous les Ereliths, de quoi êtes vous en train de parler ? ! Je dois reconnaître, messire, que j’ai du mal à vous suivre. Pardonnez-moi mais êtes-vous sûr de vous adresser à la bonne personne ? »

Je lui ferais bien une réflexion sur leurs étranges traditions, accueillant les visiteurs en leur sein pour ensuite les assommer et les injurier mais je décide d’essayer d’abord d’éclairer la situation avec courtoisie.

_________________
Lihuzane Fharkahn, fille adoptive d'Argaï le Juste
En pause pour cause d'IRL débordant (Présence : une fois par semaine)


Dernière édition par Lihuzane le Ven 12 Aoû - 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnets2routards.legtux.org
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Mer 10 Aoû - 21:35

Le sourire de l'Ancien s'agrandi à la réponse de la femme serpent. Il se releva avec difficulté, gloussant affreusement dans sa barbe, toussant presque.

"A quoi m'attendais je ? Cette réponse est évidente pour une construction aussi parfaite. Oh ton maître à bien fait son travail. La politesse, une réponse construite, à croire qu'il a passé du temps sur ta création, ou bien ..."

Marchant autour de l'herboriste, les hommes autour de lui toujours tendus et silencieux, il sembla avoir une illumination, son regard s'arrondissant dans la lumière de la torche.

"Oh mais c'est bien sûr. C'est si intelligent !"

Il frappa sa canne sur le sol, celle ci s'illuminant à sa pointe d'un éclat blanc aveuglant avant de désigner la magicienne. Celle ci se sentit tout d'un coup paralysée à la base du cou, alors que son corps se levait progressivement par lévitation, sa tête toujours libre de ses actions. Une vive douleur lui saisis le crane, comme des crocs de lumière blanche, lui pénétrant le cerveau. Toute sa vision s'en retrouva fêlée, alors qu'elle montait, sans aucune prise sur ses mouvements, dans les airs. Les yeux de l'ancien étaient froncés d'excitation.

"Tu la contrôles, c'est ça ?! Cela veut dire que je peux t'atteindre par son médium, nécromancien ! Inutile de t'échapper ! J'ai déjà pris le pouvoir sur ton esprit !"

La douleur du sortilège était sans commune mesure. Lihuzane ne pouvait rien faire que subir, alors que le blanc envahissait son esprit, sa perception... Puis tout s'arrêta d'un coup, alors que la femme serpent, pantelante pouvait désormais voir le visage décomposé de l'Ancien, ayant perdu beaucoup de sa superbe. Celui ci recula d'un pas, repointant son bâton, toujours allumé, mais sans plus aucun effet.

Lihuzane retomba brutalement sur le sol, sa besace s'ouvrant sur le choc, dispersant des herbes autour d'elle. Le vieux barde paniqua soudain, hurlant à ses hommes en reculant, alors qu'il essayait de passer entre eux pour se mettre à l'abri.

"Oh Nature ! Tuez là ! Tuez là !"

A peine eut il hurler son ordre que chaque homme autour de la femme serpent sortait une matraque, leurs yeux ayant pris cette teinte sombre et déterminée, de ceux qui s'apprêtent à frapper. Lihuzane se retrouva totalement sans défense, alors qu'ils avançaient, lentement, réduisant le cercle autour d'elle.

Ce fut à cet instant qu'une étrange voix, impératrice, se fit entendre :

"Répète après moi : കാറ്റും റാങ്ങിങ്ങ് എന്റെ ശത്രുക്കളെ ഊതി ലഭിക്കുമോ !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihuzane
Aventurier
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 20
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Ven 12 Aoû - 18:24

La bienséance ne semble avoir aucun effet sur mon interlocuteur, ce qui me peine un peu puisque ce dernier est censé être un représentant de Nature.

« Désolée de vous contredire mais je n’ai aucun maître... »

Mes paroles n’atteignent pas le barde qui se retourne brusquement comme éclairé par Nature elle-même, je n’ai pas le temps de comprendre de quoi il parle qu’il me menace de sa canne dont l’extrémité s’illumine. Le bras qui massait ma tête retombe inerte à mes côtés et je me rends compte dans un début de panique que je ne sens plus mon corps. La douleur de mon crâne s’intensifie tellement qu’elle m’aveugle.

Que Smil me vienne en aide, cet Humain est fou ! Ses hurlements se mêlent aux maux qu’il m’inflige et projettent mon esprit vers le souvenir de mes deux derniers réveils… Tout s’arrête aussi brutalement que cela a commencé et je m’écroule tremblante à même le sol. Dans le vide qui fait place à la géhenne, l’image du vieux Smilly et de la femme-serpent au corps brûlé s’impose à moi… Serais-je… Est-il possible que je sois… restée là-bas ? Que je ne sois qu’une sorte de projection ? !

Le chaos de mes pensées se répercute sur mon environnement physique, le barde semblant s’affoler encore plus que moi ! Je regarde sans être sûre de comprendre ses lèvres articuler deux mots : tuez-là. Ses hommes s’approchent et dans un réflexe de survie je tente de m’éloigner d’eux sans réel succès. Je n’ai pas la force de prononcer un mot pour les faire changer d’avis, ils vont purement et simplement m’assassiner sans que je ne puisse… Tout bascule de nouveau et une voix familière emplie magistralement la pièce ou peut-être seulement ma tête.

Sans plus réfléchir et voyant la fin de ma courte vie arriver, je répète machinalement et d'une voix meurtrie ce que la voix me dicte.

« കാറ്റും റാങ്ങിങ്ങ് എന്റെ ശത്രുക്കളെ ഊതി ലഭിക്കുമോ »

_________________
Lihuzane Fharkahn, fille adoptive d'Argaï le Juste
En pause pour cause d'IRL débordant (Présence : une fois par semaine)


Dernière édition par Lihuzane le Dim 14 Aoû - 8:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnets2routards.legtux.org
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Ven 12 Aoû - 21:56


Les mots résonnèrent étrangement dans la bouche de Lihuzane, roulant sur sa langue, se déversant comme un torrent bruyant dans la pièce, rebondissant sur les murs, leur sonorité étrangère faisant se reculer instinctivement les adeptes autour d'elle. Ils n'eurent pas le temps de frapper. Ils n'eurent pas le temps de fuir. Les mots, les sons, se transformèrent en un vent sourd et puissant qui les emporta comme une tornade arrache les troupeaux de bétail, les faisant tourbillonner et heurter murs, colonnes, plafonds, sols et objets dans une fureur de tout les diables. Lihuzane, dans l’œil du cyclone, se retrouva seule à être épargnée, n'ayant pas la moindre trace d'une quelconque poussière ou brise pour en témoigner.

Autour d'elle, il n'y avait plus que gémissements et corps meurtris. Un résidus puissant d'essence se maintenait dans l'air, comme une poussière en suspension, éclairant faiblement les alentours. La dizaine d'adeptes était neutralisée. Tout le monde semblait respirer. Au milieu des corps, Lihuzane pouvait voir le barde, totalement assommé. Il y avait fort à parier qu'il ne se réveille pas de sitôt. Qu'aucun d'entre eux ne se réveillent de sitôt.

Les résidus d'essence commençaient à disparaitre, mais Lihuzane sentait quelque chose, ou quelqu'un qui l'observaient plus que de raison dans l'ombre de la pièce, comme la forme d'une longue personne, auquel les résidus d'essence se maintenaient, lui donnant un semblant de silhouette. Elle était voutée. Elle la regardait, un léger murmure se faisant entendre dans l'air, dans son esprit, alors qu'elle disparaissait progressivement.

"... Tu retrouveras le chemin..."


La porte laissait de nouveau sentir les bruits au dehors. De fin traits de lumière d'Yla s'imprimaient dans la poussière. Elle était simple, mais pourvue d'un lourd verrou. Lihuzane se rappela avoir vu l'un de ses gardiens avec une lourde clé à la ceinture
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihuzane
Aventurier
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 20
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Sam 13 Aoû - 17:09

Je ne sais pas ce que je suis en train de dire, ni de faire et maintenant que je vois les hommes reculer, une lueur d’inquiétude s’allume au fond de moi. Elle est étouffée par la puissance qui résonne dans les mots incompréhensibles, que je prononce pourtant avec aisance. Mes yeux s’agrandissent lorsqu’une violente rafale naît de nulle part pour emporter mes meurtriers en devenir. Ma mâchoire tombe lorsque je constate les dégâts de cette bourrasque… qu’il semble que j’ai déclenché avec ces étranges paroles. Ou est-ce la voix qui est responsable ? Est-ce que cette voix est ce qu’a vu le barde ? ! Il a parlé de médium, de nécromancien…

Ahurie, je pose mon regard sur chacun des hommes du troubadour, rassurée de voir qu’ils semblent tous respirer mais inquiète de leur santé. Si je n’ai rien senti du vent qui les a mis au sol, je vois voler partout autour de moi comme des milliers de grain de sable lumineux. Ils s’évanouissent petit à petit laissant un seul endroit de la pièce encore éclairé par leur insolite lumière... il est là. Mon regard ne peut se détacher de la forme dessinée par la poussière surnaturelle et la même voix s’élève encore.

« Qui êtes-vous... »
ai-je à peine le temps de formuler, sans même pouvoir demander de quel chemin elle peut bien parler, que l’ombre se dissout. Est-ce vraiment ce vieux Smilly qui se tenait à mon chevet ? Est-ce que ce rêve n'était rien d'autre que la réalité ?

Encore abasourdie je me lève doucement et ramasse le contenu de ma besace qui s’est étalé sur le sol. Je ne suis pas sûre de ce qu’il vient de se passer et je pourrais presque dire que j’ai peur mais je ne vais pas perdre le temps et la chance qui me sont donnés.
Je marche vers l’adepte qui tenait le bâton de Yuri pour le récupérer puis vais d’un homme à l’autre prenant rapidement le pouls de chacun, vérifiant qu’aucun n’a de difficulté à respirer ou de plaie ouverte. Totalement consciente de ce que ces Humains ont voulu faire je ne veux pas être responsable de la mort de l’un d’eux. L’avant-dernier possède à sa ceinture une clé massive dont je me saisis, persuadée qu’elle ouvre la porte qui me sépare de ma liberté.

Tranquillisée sur l’état des hommes de Nature je m’approche de l’entrée et après avoir vérifié qu’elle n’était pas restée ouverte, je glisse doucement la clé dans la serrure pour la tourner avec tout autant de précaution que j’en mets à entrouvrir le battant. Je jette un coup d’œil rapide par l’entrebâillement, observant les environs. Je ne veux pas que quelqu’un à l’extérieur me voit sortir de cette pièce.

_________________
Lihuzane Fharkahn, fille adoptive d'Argaï le Juste
En pause pour cause d'IRL débordant (Présence : une fois par semaine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnets2routards.legtux.org
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Lun 15 Aoû - 17:23

Jet de dés:
 


La porte craqua sur son ouverture, laissant la vue libre sur les tentes de réfection, dans un petit renfoncement de la falaise, pas très loin du temple. Il n'y avait pas grand monde alentour, et chacun s'occupait de ses propres affaires aussi la femme serpent put se faufiler facilement dans la nuit. Mais à peine eut elle fait trois pas qu'une main ferme vint emprisonner son épaule.

Tol-Guun la regardait, inquiet. Il était essoufflé, une profonde expression de soulagement sur le visage. Il avait manifestement passé un peu de temps à courir alentour, certainement à sa recherche. Il repris son souffle, avant de parler :

"Lihuzane, je vous retrouve ! Dagon m'a demandé de m'occuper de vous mais je vous ai subitement perdu de vue. Je vous cherche depuis plusieurs minutes maintenant."

Il approcha son visage, la dévisageant, ses narines palpitant comme celles d'un loup trouvant une odeur.

"Vous allez bien ? Je sens une forte peur en vous. Que s'est il passé ?"

Remarquant son geste, il s'éloigna précipitamment, lâchant l'épaule de l'herboriste, remettant une distance plus adaptée entre eux. C'était peut être de la courtoisie, mais Tol-guun avait toujours été étrangement distant avec elle. Ceci étant, son expression semblait indiquer qu'il était vraiment inquiet de son état.

L'entrée du temple était déserte, la foule ayant disparu. Beaucoup de gens étaient désormais du coté des bardes ou se restaurant au niveau de la tente des festivités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihuzane
Aventurier
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 20
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Jeu 18 Aoû - 16:38

Je sers les dents en entendant la porte grincer mais je réussis à sortir en refermant doucement le battant de bois derrière moi sans que personne ne semble me voir. Encore sous le choc je m’éloigne doucement, décidée à quitter le cercle de la Vive Gagée au plus vite, quitte à attendre Kepesk à l’extérieur… Sauf que le Kepesk que j’ai rencontré n’est peut-être qu’une projection de mon esprit… Pourquoi n’ai-je pas vu Aroan ?

Je sursaute lorsqu’une main se saisit de mon épaule, dans l’état où j’ai laissé mes ravisseurs, il est impossible que ce soit l’un d’entre eux… Je laisse échapper un discret soupir en voyant le visage du père de Dagon. Sa sincère inquiétude me ferait presque pleurer après ce qu’il vient de se passer. Mon visage doit montrer mon émotion ou c’est le lien qu’ont les Dranglois avec les loups qui permet à Tol-Gunn de se rendre compte que quelque chose ne va pas.

J’hésite un bref instant me disant que j’aurais préféré me confier à Kepesk, illusion ou non, mais si tout ceci n’est qu’un mirage qu’importe la personne à qui je m’adresse…

« Eh bien sieur Tol-Gunn, je ne suis pas sûre de par où commencer mais… Si vous ne m’avez pas trouvé c’est que j’ai été tout bonnement enlevé au beau milieu de la foule par quelques uns des adeptes... »

Je fais la moue, me rendant compte que je porte une accusation sur des membres du culte de Tol-Gunn mais j’ai derrière moi une pièce remplie de dix preuves.

« Je sais que cela peut vous paraître insensé mais je vous assure que je suis sincère… Seulement je suis en train de m’interroger sur moi-même… J’ai l’impression que quelque chose ne tourne pas rond… Ne le prenez pas mal mais je suis en train de me demander si je ne suis pas en train d’imaginer tout ça... »

D’un geste maladroit j’indique les environs et adresse un sourire timide à Tol-Gunn : il va me prendre pour une cinglée. Mais quelque soit les risques de dévoiler ce qu’il vient de se passer à l’un des affiliés de la Vive Gagée, je ne peux mentir à celui qui m’a accepté à ses côtés et m’a fait confiance pour me mener jusqu’ici. Advienne que pourra.

_________________
Lihuzane Fharkahn, fille adoptive d'Argaï le Juste
En pause pour cause d'IRL débordant (Présence : une fois par semaine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnets2routards.legtux.org
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Jeu 18 Aoû - 18:57


Tol-Guun resta étrangement silencieux durant les explications de la femme serpent. Il se contenta d'acquiescer doucement, ses yeux n'exprimant aucune émotion, autre qu'un désormais léger soulagement. Pas de surprise à la mention d'adeptes violents, pas d'interrogation à la mention de la perte de repères de Lihuzane. Au contraire, son expression semblait d'avantage celle d'une personne qui avait déjà fortement envisagé tout cela, au point où la suite des événements lui semble la plus banale du monde. Et il ne s'en cachait pas.

Il chercha le regard de la magicienne, avant de répondre, sa main venant se remettre sur son épaule, apaisante. C'était un peu ironique car il était légèrement plus petite que la femme serpent, sa tête lui arrivant au niveau du regard.

"Vous n'êtes pas en train d'imaginer tout cela."

Il pris une grande inspiration, comme si il lui était difficile de choisir ses mots.

"Depuis que je vous ai rencontré, j'ai senti que quelque chose n'allait pas. Il y a quelque chose dans votre aura qui n'est simplement pas... normal. Vous êtes différentes, Lihuzane, différente de nous tous. Et je dois vous avouer... J'étais persuadé qu'il se passerais quelque chose au cercle. D'où mon inquiétude à votre égard."

Ses yeux se levèrent vers la magicienne, et il dévoila deux pupilles d'un jaune animal, brillant légèrement sous l'astre de nuit.

"Les adeptes de Nature servent la Déesse de toute vie sur cette terre. Nous autres, chasseurs, avons le devoir de protéger la vie animale. En ce sens, nous possédons la capacité de comprendre la part animale des créatures vivantes, de la sentir précisément. Vous, Lihuzane, en êtes dépourvus. Il n'y a pas d'animal en vous. Et je n'ai aucune idée de ce que cela veut dire.

Mais cela vous rends vulnérable vis à vis de notre communauté. Contrevenant à notre compréhension de la Nature, vous représentez un Danger. Et une part d'entre nous existe pour prévenir ces Dangers : Les servants de L'Unique. C'est leur rôle que de protéger la communauté de ce qui est extérieur, étranger, contre Nature. Par tout les moyens."


Il déglutit, une légère honte dans son regard.

"J'ai pris beaucoup de temps pour réfléchir à votre situation. L'une des raisons pour laquelle je suis resté en retrait durant votre arrivée, était pour consulter quelques connaissances, leur demandant conseil vis à vis de votre situation. Je suis désolé, Lihuzane, mais même maintenant je ne sais pas encore si je dois vous protéger, ou protéger ma communauté."

Sa main se raffermi sur l'épaule de la magicienne. Quelque sois sa réflexion, une chose était sûre, il ne voulait pas la voir partir.

"Je ne sais pas quoi faire mais je suis convaincu que la Voix saura juger correctement la situation. Après ce que je vous ai dit, je comprendrais que vous ne me fassiez pas confiance mais... Accepteriez vous de la rencontrer ?"

Il y avait toujours une profonde indécision dans ses yeux, et une certaine peine aussi, que ce sois pour sa promesse peut être rompue avec Dagon, ou simplement pour l'état de la Magicienne. C'était difficile de savoir l'étendue de ses émotions intérieures. Aucune menace ceci dit, à part peut être la force peu commune qui se faisait ressentir par sa main refermée sur l'épaule de la femme serpent.

Le chasseur et la magicienne était seuls dans leur recoin. Lihuzane pouvait voir le reste de la soirée se passer délicieusement bien pour le reste de la communauté. Personne ne faisait attention à eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihuzane
Aventurier
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 20
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Ven 19 Aoû - 10:48

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le père de Dagon hoche la tête à ma réplique comme s’il savait que j’allais dire cela. Ses premières paroles et sa main qui se veut rassurante me font pousser un soupir de soulagement…. Avant que je me rende compte que même dans un rêve, mon imagination pourrait me faire dire ça à n’importe qui. J’écoute cependant la suite du discours de Tol-Gunn, mes yeux s’arrondissant à son explication mystique sur mon absence de part animale, je ne peux m’empêcher de laisser échapper un murmure.

« Un comble pour une femme-serpent... »

Je fronce les sourcils à la suite de ses explications, déçue une seconde fois par les mœurs des adeptes de Nature.

« Parce que vous me percevez différente, je suis immédiatement classée comme un danger ? ! Nature n’est-elle pas un tout ? »

Est-ce de cette perception que semble avoir honte le Dranglois ou du comportement qu’ont eu ses semblables envers moi ? Quoi qu’il en soit, moi qui m’attendait à rencontrer des gens avec une large ouverture d’esprit, acceptant tout ce qui pousse, va ou est sur Arathiel, j’en suis pour mes frais. Je modère mes pensées en me disant que ce n’est qu’un des cercles de Nature et que l’être vivant a un long chemin à faire pour aller vers la sagesse des Ereliths. Qui plus est, je suis peut-être en train de tout imaginer.

Je m’apprête à répondre à Tol-Gunn que je vais quitter sans tarder le cercle de la Vive Gagée lorsque je sens sa main qui se voulait amicale, serrer un peu plus mon épaule. Je le regarde avec étonnement lorsqu’il me propose de rencontrer Cei Cellino. Me retrouver face à un illuminé décidé à m’exorciser comme le barde ne m’enchante guère mais les paroles de Kepesk concernant la Voix me reviennent en mémoire… Et si les réponses à toute cette situation étaient là ? Et s’il pouvait m’aider à retrouver le chemin dont a parlé le vieux Smilly. Mais ce dernier m’a protégé contre eux, le fera-t-il encore si je me remets en danger ? Je sens un étau me serrer la poitrine et je continue d’observer silencieusement Tol-Gunn, ne sachant que faire.

« Vous m’avez fait confiance en m’amenant jusqu’ici. Je préfère accorder ma foi en mon prochain même si une personne sur dix peut y faire défaut plutôt que de ne croire personne et manquer neuf occasions... »

Je ne suis pas non plus née de la dernière pluie, celle-ci ayant d’ailleurs coulé sur le mauvais souvenir de notre fuite dans les bois avec Aroan, et je ne vais pas me jeter dans la gueule du loup, qu’il soit humain ou non, sans une possibilité de repli.

« J’accepte de rencontrer le sieur Cellino à une condition sieur Tol-Gunn. S’il n’a pas de solution ou me perçoit comme un danger pour votre communauté, vous me promettez de me laisser quitter la Vive Gagée sans heurt. Je partirais séance tenante et ne reviendrais plus jamais ici, vous ne me reverrez plus. »

J’observe le visage du Dranglois sans faire aucune geste pour me débarrasser de sa pesante main et me demandant si je prends la bonne décision.

_________________
Lihuzane Fharkahn, fille adoptive d'Argaï le Juste
En pause pour cause d'IRL débordant (Présence : une fois par semaine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnets2routards.legtux.org
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Lun 22 Aoû - 21:23

Lihuzane put sentir la main de Tol-Guun se relacher. Ses yeux, par contre, ne lachaient pas son regard. Il y avait de l'indécision dans ce regard. Il pris son temps avant de répondre.

"Je ferais mon possible pour garantir votre sécurité, Lihuzane."

Le choix des mots était ambigu, mais le ton était vrai. Tol-Guun ne sembla pas vouloir commenter l'autre proposition de la femme serpent. Il lui fit signe de la suivre, la conduisant à un recoin enfoncé, derrière l'entrée du temple. A cet endroit, un petit escalier montait, retrouvant une simple porte derrière l'un des magnifiques piliers.

"Cette porte sers aux disciples pour la manutention. Dans la situation actuelle, ce passage nous permettra de ne pas attirer l'attention."

Tol-Guun fit passer la femme serpent devant lui avant de rentrer à son tour, fermant la porte après eux. Ils se retrouvérent dans une anti-chambre haute et large, à peine un large couloir. D'un coté, les lourdes portes du temple. De l'autre, deux larges ouvertures protégées par des gardes, leurs tournant le dos. Ceux ci jetèrent un vague regard à leur arrivée, mais revinrent d'un haussement d'épaule à leur garde, leurs yeux rivés sur la multitude de corps allongés dans le coeur du temple.

La scène était étrange. Une trentaine de personnes était allongée sur ce qui semblait des plateformes de prières. Ils gémissaient, se retournaient bruyamment, comme si tous étaient pris de terribles cauchemars. Un nombre considérable de disciples étaient à leur chevets, formes blanches dans la pénombre. Tout autour de la pièce, des torches illuminaient un nombre considérable de soldats caparaçonnés. Chacun portait un pilum et un bouclier rond, leurs armure d'un brun orangé leur protégeant le torse, les bras et la tête, brillant de mille feux, polis à se voir dedans. Lihuzane pu voir Solwen, allongée immobile, son visage pale d'angelot ressemblant à celui d'une statue d'albatre. Un hurlement animal se fit entendre, de l'autre coté de la pièce, mais il faisait trop sombre pour voir d'où cela venait précisément.

Tol-Guun tourna la tête, inquiet, regardant dans la direction du cri, mais la détourna aussi vite, une certaine honte dans son regard. Sans un mot, il souffla de soulagement, avant de s'approcher d'un garde, lui soufflant quelques mots à l'oreille. Celui ci acquiesça et indiqua une anti chambre dans un coin de la rotonde.

Les deux intrus descendirent dans le cercle, longeant les murs, le chasseur ouvrant le chemin. Lihuzane vit Kepesk, endormi, ses traits anormalement tirés, inquiets. Au dessus de lui, un étrange nuage noir tourbillonnait, en une sorte de fine queue de tornade éthérée, montant de son corps au plafond. Aussi près, elle remarqua que chaque aspirant avait son propre tourbillon. Multitudes de tentacules, montant doucement vers une pénombre plus sombre que la nuit. Mais elle n'eut pas le temps de s'attarder d'avantage car Tol-Guun l'amenait avec lui hors de la rotonde, dans un vaste couloir avec une poignée de portes de chaque coté, toute identiques.

Avant même qu'elle n'ait eu le temps de détailler la pièce, ils arrivèrent à une nouvelle rotonde, plus petite. Celle ci était ouverte à moitié, donnant sur un étrange défilé, long passage de roche remontant doucement vers le haut de la falaise. Un fin courant d'eau descendait, rejoignant une mare hémisphérique, l'eau bloquée par un escalier taillé dans la roche. En haut de son escalier, sur une petite plateforme, la voix se tenait, fragile forme assise en tailleur, regardant la lumière d'Yla se refléter dans l'eau. Une certaine tension se faisait sentir sur sa silhouette. Elle ne méditait pas. Elle gardait le temple.

La Voix entendit les deux compagnons arriver, et elle sursauta presque en se retournant. Ses yeux se rivèrent vers Tol-Guun, interrogatifs, puis vers Lihuzane, puis vers Tol-Guun à nouveau, perçants et désapprobatifs. Elle les interpella :

"Chasseur, que veux tu ? L'importance de ta visite méritait elle de déranger l'épreuve ?"


C'était la première fois que Lihuzane entendait la Voix. Grave, féminine, il y avait une étrange sonorité dans ses intonations. Le visage sévère et ancien était maigre, taillé à la serpe, androgyne sous le regard d'Yla. Tol-Guun s'arrêta net, déglutissant. Il s'inclina profondément, ses yeux écarquillés n'osant pas se détacher du sol.

"Mes excuses, Voix... Mais cela ne peut pas attendre, non. Je viens vous demander conseil au sujet de mon amie, ici présente. Et vous demander d'user de votre influence pour lui accorder protection."

La Voix, s'aidant difficilement de son bâton, se releva, avec un grognement de douleur. Elle s'approcha doucement, relevant Tol-Guun en passant à coté de lui, d'une petite tape apaisante sur l'épaule. Ses yeux ne quittaient plus Lihuzane, comme happé par la magicienne.

"Je comprends. Je comprends pourquoi... C'est très étrange en effet."

Elle resta silencieuse, curieuse, sa main libre venant frotter son menton. Elle scrutait Lihuzane comme si son existence même était une curiosité.

"Sais-tu ce que tu es, mon enfant ?"

Il n'y avait aucune animosité dans sa voix, ses deux mains venant se cramponner à son bâton pour soulager ses jambes. Tol-Guun se releva également, manifestement trop gêné pour oser dire un mot supplémentaire. Il vint silencieusement se positionner près de la Voix, encourageant Lihuzane d'un geste de parler en toute confiance.


Dernière édition par Smil (MJ) le Jeu 8 Sep - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihuzane
Aventurier
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 20
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Lun 5 Sep - 8:17

Je ne cache pas ma moue à la réponse de Tol-Gunn, faire son possible n’est pas une promesse que rien ne m’arrivera. Et lorsqu’il me fait signe de le suivre comme si j’avais donné mon accord, j’hésite longuement et tourne mon regard vers le passage menant à l’extérieur. Retourner à Hiloroth ? Continuer mes recherches ? Sortir de ce peut-être rêve ? Mais si tout cela est bien réel, j’abandonnerais Kepesk alors que moi je lui ai promis d’être là à sa sortie du temple… quoi qu’il arrive.

Résolue à tenir ma promesse, je suis le Dranglois vers le temple justement, dans lequel il me fait pénétrer par une entrée dérobée, m’expliquant sa fonction habituelle. Je franchis la porte avec un dernier regard appuyé à Tol-Gunn, lui rappelant que je fais ceci en partie parce que lui m’a accordé sa confiance lors de notre rencontre.
Une fois à l’intérieur, je ne peux m’empêcher d’admirer le vestibule mais surtout la pièce principale du temple où je peux voir ce que sont devenus tous les aspirants de Nature. Je les regarde intriguée, presque soucieuse de les entendre gémir et de les voir s’agiter. Mais ni les gens qui s’activent autour d’eux, ni le nombre impressionnant de soldats dont je me demande l’utilité, n’ont l’air inquiets et cela doit être le fameux rite que tous doivent passer. Après tout Dagon avait l’air fébrile lorsqu’il évoquait l’épreuve et planant sur son discours, un danger de ne pas en revenir… Un frisson me parcourt et j’essaye de trouver le Capitaine parmi toutes ses formes allongées mais je n’aperçois que la jeune amie de Dagon avant qu’un hurlement ne me fasse presque sursauter.

Je n’ai pas le temps de poursuivre mon observation que Tol-Gunn m’invite à poursuivre le chemin après avoir parlé à deux gardes que je salue poliment. Nous passons dans le cercle et mes yeux tombent avec soulagement sur la massive forme du Draconide, son aspect n’est pas engageant mais je n’ai hélas pas le temps d’analyser plus en détail le tourbillonnement qui plane au dessus de son corps comme de celui des autres adeptes.
Je continue de marcher dans les pas du Dranglois, mémorisant le chemin et étudiant avec attention mon environnement jusqu’à ce que nous parvenions à une jolie petite pièce où se tient Cellino. Il n’a pas l’air satisfait de nous trouver là, je me doute qu’il a d’autres choses à gérer avec tous ces aspirants dans le temple. Lorsque son regard se pose sur moi, je ne sais pas trop quelle attitude adopter et je décide de m’incliner depuis la taille, considérant qu’il est une personne d’importance et que mon avenir dépendra peut-être de lui.

Je suis surprise lorsque celui qu’ils appellent tous la Voix la fait justement entendre. Elle est étrangement… semblable à la mienne, bien que basse elle n’a rien de masculin. Troublée par cette tonalité, je regarde intriguée le visage de Cellino dont on ne peut dire s’il est homme ou femme. Ses traits sont aussi secs que les miens.
Lorsque Tol-Gunn reprend la parole, je tourne un visage chaleureux et souriant vers lui, ses mots me touchent. Plus tôt, il n’a peut-être pas voulu faire des promesses qu’il ne pourrait tenir et il m’a mené vers celui qui pourrait le faire. Je murmure un « Merci. » à l’attention du Dranglois avant de retourner ma tête vers la silhouette assise.
Il s’approche de nous, plus calme qu’à notre arrivée et me fixe étrangement. Je lui retourne son regard, sans affront, juste contemplant comme lui et retiens une exclamation à ses mots. Par tous les Ereliths, qu’ont-ils tous à me trouver bizarre ? ! Je souris sincèrement malgré tout et réponds à la question de mon interlocuteur.

« Sans offense aucune sire Cei Cellino, la dernière fois que j’ai vérifié j’étais une Femme-Serpent répondant au nom de Lihuzane Fharkahn. Je porte le nom du Juste qui m’a élevé, Argaï. Je n’ai pas la sagesse que vous devez avoir car je suis encore bien jeune pour ma race, vingt années tout juste, je n’ai pas encore mué… ou je ne m’en souviens pas.
Mais si vous voulez parler de quelque chose de plus… comment dire… philosophique ? Non, je ne sais pas vraiment ce que je suis. Jusqu’à ce que je sois enlevée de Hiloroth, j’allais et venais dans ses rues, rendant des services à droite, à gauche, jouant avec mon ami Aroan, mais je n’avais pas de but particulier. Depuis je pourrais peut-être me qualifier d’aventurière… On ne m’a pas vraiment demandé mon avis. »


Je fais une pause et considère la Voix.

« C’est ce qui m’a plus ou moins amené ici aujourd’hui. Une expédition dont je n’ai de souvenirs que grâce au récit de mon ami Kepesk, un réveil… Non plusieurs réveils, d’abord au beau milieu de ce qui semblait être le désert de Fahadji où je n’avais jamais mis les pattes, avec à mon chevet un Smil… Qui dégageait peut-être autant de calme et d'intelligence que vous messire, et une autre Femme-Serpent, blessée. Puis ici dans la forêt de Marlik, au milieu du ban du chevalier de Durin, qui m’ont offert ce que je transporte et m’ont laissée partir à la recherche d’éventuels survivants de cette aventure effacée de ma mémoire... »

La légèreté du début de mes explications est retombée, je sens que je m’emmêle en tentant de dire qui je suis et surtout ce que je fais là à Cellino. Car je suis moi-même tout emberlificotée depuis quelques jours, encore plus depuis quelques heures.

« L’un d’eux est Kepesk, il espérait que vous pourriez nous aider pour ça, je l’ai donc accompagné. Puis j’ai été enlevée par certains des adeptes de Nature ici même devant le temple, qui m’ont traitée d'abomination et ont tenté de mettre fin à mes jours jusqu’à ce que… ça va vous paraître bizarre, mais je crois que le vieux Smil dont je vous ai parlé m’est venu en aide. Je croyais qu’il n’était qu’un rêve… Mais maintenant je me demande où est la réalité ? ! »

Je refoule une soudaine envie de pleurer et prends une grande respiration pour retrouver mon calme. Souriant timidement, j’ajoute :

« Vos amis vont bien, j’ai vérifié, ils sont juste sonnés… Et je m’excuse d’avoir fait cela… Quoi que je ne suis pas sûre que ce soit vraiment moi… L’ombre du vieux Smil m’a dit que je retrouverais le chemin… Je ne sais pas vraiment lequel... »

Je scrute le visage de Cei Cellino, espérant y voir des réponses, une compréhension. Puis hausse les épaules comme pour m’excuser d’avoir tant parlé.

_________________
Lihuzane Fharkahn, fille adoptive d'Argaï le Juste
En pause pour cause d'IRL débordant (Présence : une fois par semaine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnets2routards.legtux.org
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Jeu 8 Sep - 23:59


La Voix écouta avec une attention sèche le discours de Lihuzane. Ses yeux ne quittaient pas la porte derrière la femme serpent, qui donnaient au temple, et malgré l’intérêt réel que la femme serpent arriva à lui arracher durant ses passages sur son réveil, il était bien visible que la Voix considérait avoir d'autres choses à faire. Elle fût surprise lorsque fut mention de ses agresseurs et tourna un regard inquisiteur vers Tol Guun qui s'empressa de détailler :

"Des servants de l'Unique, Voix."

La Voix eructa presque, d'une voix eraillée de vieille grand mère fachée.

"Je ne m'attendais pas à ce genre de protection, Chasseur ! Cela rends les choses beaucoup plus compliquées..."

Elle se tourna vers Lihuzane, ses yeux comme des fentes. Sa voix se fit grave et sévère, rehaussés par la lumière faible des torches entouran la porte dans le dos de la femme serpent, qui faisaient danser des ombres sur son visage.

"Tu ne sais pas qui tu es, Lihuzane Fharkahn, et cela risque de te poser problème dans un futur proche. Je ne sais pas comment te le dire avec douceur alors je préfère le dire aussi simplement que la vérité..."

La Voix serra son bâton, ses yeux se fermant un instant avant de se réouvrir, leur bleu profond s'illuminant dans les lueurs des torches.

"Tu es morte, femme serpent. Ton âme a quitté ton corps, ne laissant plus que l'esprit et la chair..."


Ses yeux étaient figés dans ceux de Lihuzane, comme pour la soutenir dans cette révélation. Elle entendit plus que vit le glapissement d'horreur de Tol Guun a ses cotés.

"Voix... Vous vous devez vous tromper."

"C'est pourtant la très simple vérité. Mes yeux lisent l'âme des gens. Je ne lis que le vide en elle. Et je sais que tu le ressens aussi, chasseur, à ta manière. Elle n'est rien de plus qu'un cadavre animé."


La Voix n'avait pas lâché Lihuzane du regard, ses yeux étaient terribles, froncés et presque effrayants. Pourtant il n'y avait aucune agressivité sous jacente. Une certaine pitié, doublée d'un étrange sentiment de curiosité. La Voix relacha son regard, avant de se tourner vers l'astre lunaire, et là où se trouvait sa place, gardant le défilé.

"Maintenant tu sais, Lihuzane Fharkahn. Si les servants de l'Unique te chassent c'est parce que ta nature réelle est un danger à Nature. Tout ce qui vis doit mourir. Tout ce qui meurs ne dois plus vivre. L'Unique se charge de traquer et renvoyer à l'Au delà toute entité tentant le contraire. C'est le devoir sacré de ses servants, et ils nous protègent des ennemis de Nature, quelque sois l'opinion que nous avons de leurs méthodes.

Les hauts servants de l'Unique peuvent traquer la corruption à loisir, mais les domaines des Voix leur sont interdit d'accés. Tu seras donc protégée dans ce temple, tant que tu y resteras. Mais c'est tout ce que je peux faire pour toi. La solution réside dans l'entité anathème qui t'as ramenée de la Mort. Elle semble te faire confiance pour retrouver le chemin ? Retrouves la."


La Voix fronça le nez, ses mains s'agrippant à son bâton de cérémonie. Elle semblait impatiente de revenir à sa tâche. Tol-Guun a ses cotés ne savait plus vraiment sur quel pied danser, son regard fuyait et ses mains tentaient désespérément de trouver quelque chose à faire. Son silence gêné n'apportait pas grand chose de plus. La Voix dévisageait Lihuzane, attentive à la moindre de ses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihuzane
Aventurier
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 20
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Ven 16 Sep - 14:35

Je note l’intervention de Tol-Gunn lorsque je parle de mes agresseurs, sans être absolument sûre de qui est l’Unique. Pas plus de la protection évoquée par Cei Cellino. La mienne ou la leur ? Il ne peut parler de l’intervention du Smil ou il sous entendrait qu’il était au courant de ce que voulaient faire ces servant de l’Unique.

Je n’aime pas le ton que prend la Voix lorsqu’elle s’adresse de nouveau à moi… et reste bouche bée à son affirmation. Je fronce les sourcils en observant le visage de Cellino, moi qui me croyais devenir folle, en voilà un qui semble plus avancé que moi ! Morte ? ! Comment pourrais-je me mouvoir, penser, respirer ?

J’ai bien envie de lui répondre qu’avec l’âge qu’il doit avoir ses yeux ne sont peut-être plus aussi bons et que ce n’est pas parce qu’il ne voit rien qu’il doit me traiter de cadavre animé mais je m’abstiens en me demandant dans quel cercle d’illuminés nous avons bien pu mettre les pattes avec Kepesk. Mes pensées volent vers ce dernier en espérant qu’ils ne lui ont rien fait de trop grave.

« Pour une morte, je me sens bien vivante... »

Je ne parle pas fort mais être entendue ou non m’importe peu. J’ai juste envie de quitter cet étrange temple et ces abracadabrants adeptes…

« Merci pour votre avis sieur Cellino, quoi que tout cela me semble fort singulier… Si vous m’accordez une dernière question : combien de temps peut durer l’épreuve des adeptes ? »


Je veux partir mais ne peux me résoudre à simplement abandonner Kepesk. Au fond de moi l’idée d’un voyage vers le sud est née, car s’il est une chose presque censée qu’a dit la Voix c’est que je devais retrouver le Smil… Que ce dernier soit le fruit de mon imagination ou pas, peut-être qu’un pèlerinage vers la terre de mes ancêtres serait une bonne chose. S’il existe, j’ai l’intime conviction qu’il est dans le désert de Fahadji, s’il n’est qu’imaginaire, j’ai besoin d’aide spirituelle auprès de gens qui ne me qualifieront pas de macchabée mobile.

Je n’oublie pas Aroan, mais je sais par Kepesk qu’il a survécu au naufrage ou quoi qu’il ait pu se passer...

_________________
Lihuzane Fharkahn, fille adoptive d'Argaï le Juste
En pause pour cause d'IRL débordant (Présence : une fois par semaine)


Dernière édition par Lihuzane le Jeu 15 Déc - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnets2routards.legtux.org
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Dim 18 Sep - 14:40

La Voix fit une moue renfrognée à la question de Lihuzane. Elle n'y répondit pas, se détournant tout à fait pour revenir à son poste de garde, maugréant :

"Peuh ! Les jeunes et la vérité..."

Laissant la place à Tol-Guun, plutôt gêné, et circonspect. Le vieux meneur de loup s'approcha de Lihuzane, son visage grisé par les évènements. La femme serpent avait déjà pu voir cette expression. Il l'avait eu quand il l'avait rencontré. Il l'avait eu quand ils s'étaient séparés. Une profonde impression de détresse personnel. Pas par rapport à la réalité, par rapport à sa foi. Elle était la responsable de cette détresse. Le vieux meneur lui indiqua par geste de reprendre la route vers le temple.

"Lihuzane, je m'excuse de ne pas pouvoir vous protéger de la manière que vous attendiez, mais je suis du même avis que la Voix à votre sujet. Pour vous avoir côtoyé, je sais que vous ne voulez aucun mal à notre communauté, mais vous êtes ce que vous êtes, et cette seule existence me donne constamment un profond sentiment de malaise. Je crois la Voix quand elle dit que vous êtes... Enfin, bref. Vous en avez l'apparence... hum... Enfin l'apparence intérieure... C'est incompréhensible, je sais, mais je n'ai pas les mots pour l'expliquer comme il faut."

"Ah !"
, grogna la Voix, encore à portée d'oreille : "Elle est morte, elle a été ramenée à la vie. Mais cela va à l'encontre de Nature. Il n'y a rien à comprendre, il y a juste à l'accepter."

La vieille Voix se retourna pour dévisager de nouveau la femme serpent, assise en tailleur, son bâton dans les mains. Un craquement désagréable se fit entendre le long de sa colonne vertébrale nue.

"Il n'y a pas de procédé naturel pour revenir de la mort. C'est contre Nature. La solution réside dans la Magie, artificielle et s'affranchissant des Lois. Mais la Magie n'est pas parfaite. Comment pourrait elle l'être !? Elle est issue de l'imperfection de nos ancêtres..."

Une toux subite pris la Voix, qui craqua plusieurs éternuements bruyants. Elle repris une respiration profonde avant de continuer.

"Mais l'imperfection de la Magie permet de la comprendre, et de s'y accrocher. Parce qu'elle laisse des traces. Que l'on peut étudier... Tu parles de réveils successifs, femme serpent. As tu pensé que c'était peut être le chemin que tu recherchais ?.. Peut être que la solution était en toi depuis tout ce temps, ah ! Ça correspondrait tellement avec l'idéalisme de la jeunesse..."

Elle tenta de rire, mais une nouvelle quinte de toux l'en empêcha. Son regard changea, plus profond, moins égoïste. Elle porta ses yeux sur Tol-Guun.

"Chasseur, elle ne peut plus sortir du temple durant la cérémonie. Toutes personnes s'incluant dans l'épreuve est responsable de ce qu'il peut se passer, et il n'est pas question qu'elle devienne notre maillon faible. Amène là dans une chambre de prière, qu'elle se repose un peu..."

Son regard se reporta avec vitesse vers Lihuzane, froncés.

"Tu n'es pas prisonnière, et je t'aiderais à partir une fois la cérémonie terminée, si tel est encore ton désir. Mais tu n'es actuellement d'aucune utilité pour nous, surtout dans cet état de stress. Quand je dis que tu devrais te reposer, c'est un vrai conseil, quelque sois ton hostilité à mon sujet. Tu as besoin de méditer ce que tu as appris... Maintenant partez."

Elle fit un signe de la main à Tol-Guun. Celui ci fit un geste précipité de salut, avant d'attraper Lihuzane, la poussant vers la porte du temple, hors d'une Voix maugréant, reprenant sa garde du défilé.

Le chasseur et l'herboriste se retrouvèrent de nouveau dans le couloir ramenant vers la rotonde principale. Autour de Lihuzane, les quelques ouvertures austères, taillées à même la roche, menaient vers de petites salles intimes, chacune avec ce qui ressemblait, de loin, à des représentations sculptées de Nature. Toutes étaient vides, de grands rideaux ouverts permettant de regarder facilement à l'intérieur. Tol-Guun ne la poussait plus, et attendait à ses cotés.

"J'imagine que n'importe laquelle de ces salles pourrait faire l'affaire... Je suis vraiment désolé pour la Voix, mais elle est une figure d'autorité très respectée. Et je ne peux m'empêcher d'être d'accord avec elle à votre sujet..."

Il semblait agité, rassuré pour Lihuzane, mais préoccupé par sa présence ici.

"Je vais vous laisser. Je m'inquiète pour Dagon et comme je ne peux plus partir non plus... Je vais tenter de donner un coup de main dans la salle principale. Vous serez en sécurité ici, et je reste à proximité...

Je peux vous laisser ?"


Il y avait dans sa voix une vraie sollicitude, et une inquiétude non feinte. Il se faisait vraiment du soucis pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihuzane
Aventurier
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 20
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Mer 21 Sep - 19:55

Mes arcades sourcilières se soulèvent à la réaction de la Voix qui m’étonne par son manque de maturité et d’ouverture mais je me garde bien de lui en faire la remarque. Je me tourne vers le pauvre Tol-Gunn qui a l’air tout angoissé.

« Ne vous excusez pas messire Tol-Gunn, vous avez fait ce que vous avez pu. Je ne comprends pas mieux que vous pour l’instant... »

Cellino que je prenais pour un sage pondéré me surprend encore par son comportement. Le voilà qui se met à grommeler dans son coin comme un vieillard aigri, il me ferait presque rire et malgré le dramatique de son précédent discours, je dois me pincer les lèvres pour ne pas laisser échapper un sourire.
Bien qu’il décrète qu’il n’y ait rien à comprendre, il prend la peine d’essayer de m’expliquer ce que j’ai encore du mal à croire possible : revenir d’entre les morts.

« Je ne savais pas encore que j’avais un chemin à chercher avant mon brusque entretien avec les représentants de l’Unique… Mais votre érudition m’a mise dans la bonne direction en m’expliquant qu’il me fallait retrouver celui qui serait responsable de mon état. »


Sa tirade suivante ne m’ébranle pas, il n’est pas question que j’entreprenne quoi que ce soit tant que Kepesk, Dagon et Solwen sont encore en pleine épreuve. Je lui jette par contre un regard étonné à la suite de son sermon.

« Merci Voix mais je ne me sens pas stressée, interloquée certes. »
J’ajoute en secouant la tête. « C’est encore de la curiosité que je ressens envers vous et votre Culte mais sûrement pas de l’hostilité. »

J’incline la tête, espérant que mon comportement parfois peut-être un peu trop décontracté n’a pas froissé celui qui est après tout mon hôte. J’agrippe alors mes affaires, surprise par la poussée du vieux chasseur pour me sortir au plus vite de la salle. Alors que nous nous éloignons je ne peux m’empêcher de faire une remarque sincèrement inquiète à Tol-Gunn.

« Votre Voix n’a pas l’air en grande forme, j’espère que sa toux n’est pas chronique ? »

Je hoche la tête lorsqu’il me présente les pièces autour de nous.

« J’ai déjà pris assez de votre temps messire. Je suppose que vu les circonstances il vaut mieux que je ne propose pas mon aide… Un cadavre déambulant au milieu des adeptes de Nature, ça ferait désordre... »

Je souris pour essayer de remonter le moral à mon interlocuteur mais ce n’est pas sûre qu’il apprécie l’humour noir venant de quelqu’un qu’il ne voit que comme une enveloppe vide… ou presque.

« Allez Tol-Gunn, cessez de vous inquiéter pour moi… Mais aussi pour votre fils, votre inquiétude ne fera que vous ronger inutilement quel que soit le résultat. »

Je lui adresse mon plus chaleureux sourire et attends qu’il s’en aille pour entrer dans la plus proche salle et me diriger vers l’ouverture afin de regarder ce qui se passe à l’extérieur.

_________________
Lihuzane Fharkahn, fille adoptive d'Argaï le Juste
En pause pour cause d'IRL débordant (Présence : une fois par semaine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnets2routards.legtux.org
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Sam 24 Sep - 2:43

Tol-Guun acquiesça sans un mot avant de prendre congé, laissant la femme serpent seule dans le large couloir. Alors qu'elle rentrait de la salle, le coin de son oeil vit l'éclat de l'arme de l'un des gardes, dans l'obscurité de la grande salle. C'était fugitif, presque furtif. Mais les gardes semblaient avoir monté d'un cran dans leur tension, suffisamment pour tirer leurs armes au clair. On aurait dit que tout le monde à part elle s'inquiétait plus que de mesure de la suite de la cérémonie.

Lihuzane pénétra dans l'une des salles de prières, en fait une petite cavité circulaire de quelques mètres de diamètres. Bousculant les rideaux qui encadraient la porte, l'un d'entre eux se refermant derrière elle, elle se rendit compte que ce qu'elle avait pris pour une fenêtre était une étrange vitre de prière. Cela ressemblait à un long vitrail, dans un verre très épais, qui s'élevait comme une stèle au fond de la salle. Derrière, plusieurs bougies, aléatoirement posées, faisait bouger l'image du vitrail, dans une onirique symphonie de couleur. Les illustrations n'étaient pas familières à la femme serpent. Elle distinguait des poissons entrelacés, de longs serpents, d'autres créatures marines totalement étrangères, des hommes, des femmes, tout cet amas d'entités s'entrelaçant dans une tresse stylisée, montant de bas en haut vers ce qui semblait un cercle de transparence, plus lumineux que les autres. Le dessin était fascinant de détails, et demandait à être étudié, poussant l'oeil de l'observateur à se perdre dans ses mouvements.

Le reste de la salle était plutôt vide. Quelques tapis épais étaient sagement posés contre les murs, certainement pour que les adeptes aient un peu de confort dans leur priére. Une brise inaudible passait dans la salle, venant du couloir en tourbillonnant rapidement avant de ressortir par la même issue, faisant fremir les flammes à son passage. Le plafond s'élevait au dessus d'elle en un demi cercle parfait, et elle pouvait voir un nombre considérable de tessons de verres sombres et clairs figés dans la roche tout autour d'elle. Ils réfléchissaient la lumière des bougies, dans une symphonie de reflet aussi attirantes que la stèle, reproduisant à leur manière, ce qui semblait être le simple spectacle de l'eau.

A ses pieds, un tapis de prière était posé, tentateur par son apparente épaisseur. Un étrange endroit de paix, intérieur et isolé, coupé du monde et accueillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihuzane
Aventurier
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 20
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Dim 2 Oct - 12:30

Alors que je regarde Tol-Gunn s’éloigner, un reflet sur une lame que j’aperçois au loin me fait penser que j’aurais dû demander au chasseur pourquoi le rituel nécessitait la présence d’une faction armée aussi importante. Les aspirants semblent tous être entrés dans une transe chimérique, que pourrait-il bien leur arriver ? Si l’épreuve est un si grand danger, pourquoi la renouveler ? !

Toute à mes interrogations, j’écarte la tenture qui ferme l’entrée de l’une des petites chambres pour y pénétrer et mon regard fait le tour de la ronde pièce. Je m’arrête au milieu, les yeux posés sur le panneau par lequel je pensais pouvoir observer dehors. Les chandelles placées tout prêt semblent donner vie aux dessins gravés à même la vitre par je ne sais quel procédé. Je reste un moment sous le charme de ces teintes chatoyantes, observant les êtres vivants que l’artiste a représenté et dont certaines me sont inconnues avant d’arrêter mon examen sur le cercle placé tout en haut. Représente-t-il Lô ?

Détachant à regret mon regard de cette œuvre splendide, j’observe rapidement le reste de la salle pour constater qu’à part quelques tapis il n’y a rien d’autre. La décoration du plafond cependant me tient quelques secondes et je me dis que si j’ai l’occasion, je demanderais bien à la Voix ou Tol-Gunn qui est l’architecte de ces lieux. Ces petits morceaux de verres donnent un aspect très sympathique à l’endroit et s’ils peuvent refléter la lumière des bougies ils seraient de toute beauté dans un mur prenant les rayons de Lô !

Bien que le tapis à mes pieds semble fort confortable et que quelques minutes de contemplation me feraient sûrement le plus grand bien pour apaiser la tempête de pensées qui souffle dans mon crâne, je ne peux me résoudre à seulement me reposer. Après tout si je suis morte, pourquoi aurais-je besoin de repos ? !

Je reviens vers l’entrée et passe la tête par la tenture pour essayer d’observer ce qu’il se passe dans la salle principale, jetant également un regard en arrière vers le lieu où j’ai rencontré la Voix.

_________________
Lihuzane Fharkahn, fille adoptive d'Argaï le Juste
En pause pour cause d'IRL débordant (Présence : une fois par semaine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnets2routards.legtux.org
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Dim 2 Oct - 17:58


Le plafond était doux et apaisant, et l'oeil de Lihuzane se trouva un instant comme happé par les fluctuations de la lumière et du vent tourbillonnant dans la petite cellule de prière. Un instant les morceaux de verres se transformèrent en un véritable tourbillon de vagues et de sable, avant de se transformer en tempête plus claire, plus aérienne. Mais un autre détail attira l'herboriste et l'impression s'évanouit comme elle était venue.

La femme serpent passa la tête dans l'ouverture, examinant de nouveau le large couloir menant de la salle principale au promontoire de la Voix, la femme serpent put voir celle ci au loin. Toujours gardant sans relâche le désormais très sombre défilé qui remontait le long de la falaise. Elle voyait le dos nu de la Voix se tendre, et son bras se raffermir sur son long bâton de prière. On aurait dit qu'elle voyait quelque chose au dehors. Quelque chose qui ne lui plaisait pas. Mais elle se détendit, et Lihuzane tourna la tête vers le centre du temple.

Elle vit le bord de deux hallebardes brillantes dépasser de l'ouverture. Deux gardes de bonne taille devaient se tenir là, regardant l'intérieur de la salle, où les aspirants, auparavant calmes et endormis semblaient se retourner dans leur sommeil, en proie à ce qui semblait être de puissants cauchemars. De loin, elle pouvait en voir certains restant stoïques, d'autres hurlant faiblement ou gémissant, faisant de grands mouvements en se retournant, alors que les acolytes faisaient de leur mieux pour les maintenir, parfois aidé par ce qui semblait être les gardes en armure pour les plus remuants. Une voix rauque se fit entendre dans la pièce, celle de Kepesk, sans que Lihuzane ne put le voir.

"... Jamais ! Ondine !.."

Fut les deux mots que Lihuzane put entendre, ainsi qu'un bruit de ferraille tombant sur le sol, puis plus rien. Le Draconide semblait donner du fil à retordre aux acolytes et gardes s'occupant de lui. Lihuzane ne pouvait voir aucun de ses compagnons de là où elle se tenait. Ses yeux faisant le tour du couloir, elle remarqua quelque chose d'étrange passer juste devant son regard. Des grains de sables voletaient dans l'air. Ils semblaient venir de quelque part dans la petite salle de prière. Une étrange lueur sortait du vitrail.

Du coin de l'oeil, elle remarqua un changement également au niveau du promontoire, la Voix s'était levée, menaçant quelque chose de son bâton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihuzane
Aventurier
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 20
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Jeu 6 Oct - 21:18

La Voix est bien sûr toujours à son poste et il ne se passe pas grand chose d’intéressant de ce côté là. De l’autre par contre, un sentiment d’agitation semble naître et je trouve une explication possible à la présence de tant de muscles. Certains soldats sont obligés de maintenir les adeptes aiguillonés par je ne sais quelle expérience onirique. Ma main sert le rideau lorsque j’entends la voix de Kepesk et j’hésite un instant à me rendre dans la salle principale. Étant presque sûre de n’être, hélas, pas la bienvenue, je décide de faire confiance aux gens présents pour garder la situation bien en mains.

C’est alors que ce qui ressemble fortement à un grain de sable passe dans mon champ de vision, me faisant cligner des yeux à plusieurs reprises. Cette étrange sensation que j’ai eu lors de mon observation de la pièce n’était pas un rêve ! Je me l’étais tu à moi-même, mettant cela sur le compte de la fatigue mais pendant un bref instant les verres colorés m’avaient semblé s’animer.
Je lâche la tenture et fais volte-face, apercevant brièvement le sieur Cellino s'agiter, pour poser mon regard sur le vitrail qui semble maintenant briller de lui-même sans l’aide des bougies.

Je me rapproche intriguée et observe avec plus d’attention l’étrange phénomène. Je m’arrête au niveau du tapis de prière moelleux déroulé au sol devant la stèle, me demandant si ce sable pourrait par je ne sais quel charme venir du désert du Fahadji ou de la rive où le ban du chevalier de Durin m’a retrouvé… Ou serait-ce le sable de l’île mystérieuse dont m’a parlé Kepesk ? Ou de façon moins miraculeuse de la crique où nous nous trouvons...

_________________
Lihuzane Fharkahn, fille adoptive d'Argaï le Juste
En pause pour cause d'IRL débordant (Présence : une fois par semaine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnets2routards.legtux.org
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Sam 15 Oct - 20:47


Jet de dès:
 

A mesure que la femme serpent s'approcha du vitrail, celui ci s'illumina d'avantage, happant totalement son champ de vision. La lumière était douce, chaude et agréable. Invitante, trop invitante. Par un réflexe, une intuition, elle détourna le regard.

Ses sens reprirent le dessus, alors que la lueur s'estompait un peu, redevenant les traits de lumières discrète qu'elle regardait auparavant. Elle pouvait les voir désormais pour ce qu'il était : Un portail, enfin... Une porte tout du moins. La lueur suivait son regard, s'imprimait sur ses rétines, et mettait une seconde à s'estomper lorsqu'elle braquait ses yeux dans une autre direction. Il n'y avait rien de physique dans cette manifestation, la porte se trouvait dans son esprit, et il lui suffisait de se concentrer pour l'ouvrir et se laisser happer. Le fait que la lueur se retrouve constamment sur le vitrail semblait surtout adapté. Le vitrail était déjà très méditatif par défaut, et cette porte dans l'esprit semblait être activée par un état de méditation focalisée. Un peu comme lorsqu'on utilisait des magies d'esprit.

Ceci étant, la manifestation était forte comparé à l'effet habituel. On sentait que quelque chose, de l'autre coté, faisait de grands efforts pour lui montrer le chemin. Maintenant que la femme serpent savait, il lui suffisait de s'asseoir sur le tapis de prière, et de regarder la porte. L'idée s'imprima dans son esprit comme une empreinte dans de la glaise et avant même qu'elle ait terminée de réfléchir, elle était déjà assise en tailleur, ses yeux se projetant dans le motif.

Le vitrail s'écarta à nouveau, la lueur, d'un jaune passant au blanc immaculé emplit de nouveau son champ de vision. Elle se sentit soulever, partir, avant de se réveiller de nouveau, ses yeux, son corps sans aucune douleur. Presque sans aucune sensation, non plus. Comme sur un nuage, comme dans un rêve.

Autour d'elle, il n'y avait plus de murs, plus de vitrail, plus de plafond de pierre. Le vent était toujours là, faisant tinter les carillons de bois pendus sur les poutres de bois fins, tenant une toile de tente battant au rythme des courants. Elle était assise, devant une table basse circulaire, avec tout le nécessaire dessus pour une collation. En face d'elle, elle reconnu les traits de l'ancien Smilly de ses premiers réveils.

Ses traits étaient bien plus nets que dans ses souvenirs. Il était ancien, la vieillesse tirant ses traits en des milliers de légers plis, à un niveau largement supérieur à ce que Lihuzane avait pu voir chez les vieux Smillys de la communauté Hilorothienne. Ses écailles avaient une couleur tirant de l'or à l'argent, et avait dû arborer d'autres couleurs auparavant. Il portait une vieille tunique de peau et de tissus, d'excellente facture, dans un état plutôt convainquant, mais délavée de la plupart de ses couleurs, reprenant les tons naturels de ses composants. Il se massait les tempes, manifestement fatigué par un réel effort, Et il lui souriait.

"Un peu plus longtemps et le thé allait être froid..."

Se contenta t il de dire, ses yeux, pâles et sans âges, rieurs, dévisageant l'herboriste. Il se tourna pour toucher brièvement du revers de la main une théière fumante, sur un petit feu. Derrière lui, Lihuzane pouvait voir la forme endormie de la Smilly, toujours porteuse de ces étranges cercles d'un noir profond, s'entrelaçant sur son visage et ses mains. On ne l'entendait pas.

La théière vint se poser sur la table, le Smilly sortant deux tasses ainsi que ce qui ressemblait à des biscuits secs de sous la table basse. Les disposants à coté, sans les imposer. Puis il revint à une position plus digne, ses bras s'alignant sur la table, les doigts se touchant en un triangle reposé.

"J'imagine que tu as beaucoup de questions ? Par quoi veux tu commencer ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lihuzane
Aventurier
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 20
Localisation : Limbes

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Dim 6 Nov - 14:57

Tout près du vitrail, je suis complètement subjuguée par sa présence et ses chatoyantes couleurs. Je dois faire un effort pour éloigner mes yeux de la stèle avant de pouvoir y reposer un regard plus calme.
Ma bouche s’entrouvre de surprise lorsque mon cerveau fait enfin le rapprochement avec quelque chose que j’ai déjà rencontré. L’œuvre devant moi ressemble étrangement au portail magique que j’ai franchi sur la plage avec Aroan pour monter à bord du vaisseau des Elfes… Du moins était-ce mon intention puisque ma mémoire s’arrête précisément lorsque je me suis avancée dans le portail. Mais tout en y étant semblable, celui qui se dresse devant moi a un je ne sais quoi de différent...

Comme si une voix me soufflait que faire, je m’assois presque inconsciemment en tailleur sur le confortable tapis de prière. Plaçant le dos de mes pattes sur le genou opposé, ma main droite dépose mon bâton de marche et vient se poser dans le creux de ma main gauche et les deux reposent dans l'espace entre mes genoux, mes pouces griffus se rejoignent. Tout ceci dans un mouvement harmonieux comme si j’avais l’habitude de prendre cette position quotidiennement, mes yeux n’ont pas quitté le vitrail.

J’ai presque aussitôt l’impression d'abandonner mon corps et d’être projetée ailleurs, pourtant mon enveloppe semble me suivre et en un rien de temps c’est mon environnement qui est complètement chamboulé.

Je suis toujours assise  à même le sol et mes yeux restent fixés sur la table ronde devant moi. Le battement de mon cœur s’est légèrement accéléré, je n’ai pas besoin de lever les yeux pour savoir ce qui m’entoure. Je sais où je suis et je sais qui me fait face. Suis-je aux portes de la folie ? Suis-je vraiment morte ? Suis-je en train de rêver depuis le début ? Je prends une grande inspiration et relève doucement la tête pour faire face à mon interlocuteur… Toujours aussi vieux, il a du largement dépasser sa quatrième mue !

"Un peu plus longtemps et le thé allait être froid..."

Le thé allait être froid… Il m’a déjà fait boire quelque chose, est-ce que cette boisson aurait provoqué en moi une projection chimérique ? Est-ce que les journées écoulées n’étaient qu’un rêve ? Est-ce que je suis vraiment là ? Est-ce que c’est moi là-bas allongée en mauvais état ?

"J'imagine que tu as beaucoup de questions ? Par quoi veux tu commencer ?"

Sans y réfléchir je prends la théière que l’Ancien vient de sortir du feu et verse son contenu dans les deux tasses, commençant par celle de mon aîné. Je la repose doucement et saisit l’un des biscuits pour le faire tremper dans le chaud liquide. J’observe la matière se décomposer sous l’effet de l’eau juste à peine pour ne pas qu’elle s’émiette dans la tasse mais assez pour que le biscuit soit imprégné de thé. Je recommence jusqu’à faire disparaître le petit gâteau avant de briser l’aimable silence qui s’est installé.

« Je dois vous avouer que je ne sais plus où donner de la tête… Je ne suis d’ailleurs même pas sûre d’où se trouve actuellement ma tête… Ou s’il m’en reste une... »

Je souris timidement et regarde la Smilly endormie avant de reporter mon regard sur l’antique Smilly.

« Je ne sais plus dans quelle dimension je me trouve et ne pense pas judicieux de vous demander si je suis ici dans la réalité… Suis-je vraiment décédée ? »

Je me sens un peu bête de demander cela, mais si deux caractères dans deux endroits différents me confirment ce fait, je vais peut-être commencer à le prendre en considération et accepter le fait qu’un corps peut continuer de se mouvoir alors que son hôte est mort...

_________________
Lihuzane Fharkahn, fille adoptive d'Argaï le Juste
En pause pour cause d'IRL débordant (Présence : une fois par semaine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnets2routards.legtux.org
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens   Lun 7 Nov - 23:34

L'ancien Smilly accepte avec un petit hochement de tête la tasse. Lihuzane pu le voir attendre patiemment qu'elle se serve à son tour, la laissant commencer tranquillement sa collation, ses propres mains, diaphanes, parcheminées, entourant la tasse de thé brulant comme si le breuvage était le plus précieux, le plus fragile des trésors. Le silence coulait autour des deux smillys, comme les sables infinis descendant les dunes.

Il était calme, n'exprimant aucune émotion aux questions de la femme serpent, sa tête acquiesçant doucement. Il pris aussi son temps pour répondre :

"Les questions que tu te posent, chacune d'entre elles sont complexes, chacune à sa manière... Commençons par la première."

Il tendit le bras autour de lui, désignant la tente, la porte, lui même, la Smilly endormie, Lihuzane.

"La réalité n'est pas une unité. C'est le premier des enseignements à accepter. Elle est constitué de dimensions, certaines accessibles aux moyens des sens, d'autres par l'usage d'artifices surnaturels. D'autres encore sont inaccessibles ou simplement trop différentes pour que l'esprit ne les comprenne. Tu es dans l'une de ces dimensions."

Son bras revint se placer près de son corps, sa main reprenant la douce protection de la tasse.

"Nous sommes dans les Limbes, l'espace interstitiel du rêve et de la folie, où les rêveurs viennent et se perdent dans les constructions de l'esprit. Ici, tout est réel, et rien ne l'est. Ici, tout est permis, mais seulement si cela est imaginé. Il n'y a pas de portes dans cet univers. Pourtant chaque entité y passe brièvement, très régulièrement, le temps d'un sommeil. Il n'y a pas de vie, pas de mort non plus, pas même de néant. Seulement les constructions de l'esprit, des milliers de mondes éphémères qui se construisent et disparaissent à chaque passage. La clé de cette dimension..."


Il releva la main, piquant plusieurs fois du doigt son crâne avec le sourire, avant de le reposer en silence, les yeux taquins.

"Je peux ainsi répondre à ta première question : Tu as toute ta tête, et il y a de grandes chances que nous soyons dedans. Ce qui nous amène ensuite à ta deuxième question."

Ses yeux rieurs s'éteignirent sur cette dernière phrase, se parant du sombre de la tristesse.

"Tu n'es pas morte, mon enfant, mais cela ne veut pas dire que tu es vivante non plus. Ta condition réside dans l'entre deux philosophiques d'une des questions les plus fondamentales de l'existence. Peut être peux tu y répondre par toi même ?"

Il se redressa légèrement, ses yeux sondant ceux de la femme serpent, infinis, remplis d'univers.

"Qu'es tu, Lihuzane ? Qu'est ce qui fait de toi... Toi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

3 - Lihuzane : Le sourire des Anciens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Soeur Sourire
» Un sourire démoniaque pour une lumière divine : Lakusas Dreyar
» Un sourire malicieux éclairant un visage ridé
» * sourire machiavélique *
» Videos qui vont vous donner le sourire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes d'Arathiel :: Le coin RP :: La Conjonction-