AccueilAccès au siteRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 Rodrigue - 1 - Folie Urbaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1314
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Jeu 06 Avr 2017, 7:07 pm

Rodrigue - 1 - Folie Urbaine


Il se passait quelque chose. Quelque chose d'énorme, de monstrueux. C'était comme si un vent de folie avait pris la Fourmilière.

Lorsque la tête du premier noble tomba sur le sol, tranché par un bourreau improvisé sur la place du Marché au Travail, symbole de l'oppression du peuple, Rodrigue y étais. Il se rappelait encore de la harangue du crieur public, galvanisant la foule autour de lui. Il se rappelait l'air étrange de la victime, un immense chevalier aux cheveux mi longs, son air à la fois choqué et plein de fureur face à la foule, juge et bourreau qui hurlait à sa mort face à son crime. Il se rappelait de la gerbe de sang qui avait suivi la décapitation, aspergeant les citoyens au premier rang, accompagnés des cris de la foule.

Il se rappelait l'émeute, les pillages systématique de toutes les échoppes et entrepôts du Pas du Roi, les émeutiers forçant les verrous, submergeant les gardes, puis jetant à la rue et aux mains avides les monceaux de denrées et d'objets entreposés. Il se rappelait des marchands et leurs familles, tenus à distance par une poignée d'émeutiers, n'ayant plus comme seul recours que leurs yeux pour pleurer. Certains méritaient ce traitement.

Il se rappela encore de l'incroyable festin improvisé directement dans les rues, les gens qui dansaient et buvaient en coeur devant la Reine ou le Bureau Administratifs, mis à sac et dévalisés, jusqu'à la moindre pièce, le moindre laisser passé. Il se rappelait de l'air profondément désabusé de Marianne, la tenancière de la Reine, alors que les émeutiers mettaient en perce ses tonneaux de bière, A même le porche de la célèbre taverne.

Puis il y eut l'enfoncement de la Porte d'Airain, le poste de garde protégeant la Ruche et le Creuset, qui n'avait d'Airain que le nom, les réelles défenses de la ville étant plutôt concentrées sur la Ruche et le Creuset. Il se rappelait des cris à la victoire, à la liberté et aux autres choses, alors que la maigre garnison restante mourrait sous les coups des émeutiers.

Il avait suivi la foule vers la Ruche, mais comme une grosse partie d'entre elle, décida de suivre la route vers le Creuset, suivant les étranges conseils tactiques d'un groupe de personne fort organisé parmi les émeutiers. Le mot d'ordre était de contrôler les outils de production. Ils contrôlaient la porte, ils devaient désormais mettre la ville intérieure en état de siège. Mais pour cela, ils devaient contrôler le Creuset. Ce plan et ces mots savants inspiraient le respect et la foule, docile et pleine d'espoir qui couru en direction des ateliers et des Ouvreurs de Monde, les mastodontes mécaniques qui alimentaient la ville en métal et combustible. Pillant à nouveau, tuant plus que de nécessaire, et se retrouvant face à la première vraie résistance de la Couronne, remise de son premier choc. Dirigé par une poignée de Paladins Royaux, elle avait éparpillé le premier front des émeutiers. Le quartier entier avait viré au chaos.

Rodrigue était au milieu de ce chaos, couvert de suie et de sueur. Il avait trouvé un poignard de facture correcte sur un milicien mort. Autour de lui ça courrait dans tout les sens, les gens se heurtant, criant, fuyant quelque chose qui n'existait pas ou se lançant dans le brouillard à la poursuite d'un ennemi hypothétique. Rodrigue avait été pourchassé par des gardes, des soldats de l'armée, en plus d'un petit groupe de voyous du gang des Tranchoirs dont il avait eu la malchance de croiser la route. Il était seul désormais, dans une allée bordant les énormes bâtiments de la Cantinière, hors de danger.

Enfin... Le Danger n'était pas bien loin. Il y avait un bruit incessant de combats autour de lui, résonnant dans l'ensemble de la cave. Ca se battait, férocement, au niveau du Quai Central, l'un des "emplacements stratégiques" du Creuset, comme le disaient les petits chefs. Il y avait des trésors de l'autre coté, si seulement il arrivait au Quai des Orfèvres. Avec le gros des émeutiers qui se focalisaient sur le Creuset, peut être étais ce l'occasion d'en profiter, de trouver un autre chemin, et de rafler un beau pactole avant de disparaitre. Le genre de pactole qui permet de recommencer une vie.


Dernière édition par Smil (MJ) le Mar 23 Mai 2017, 8:30 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Ven 07 Avr 2017, 1:40 pm

L'expression maussade, Rodrigue s'adossa hâtivement contre le mur le plus proche afin d'éviter de se faire surprendre par derrière. La situation était critique. Une seule seconde d’inattention risquait de lui coûter très cher. Et cette fois-ci, ce n'était pas à de simples voyous qu'il avait affaire. Du moins, pas seulement.

« Ils ne sont pas sérieux, quand même ? » Murmurait le brun dans sa barbe.

La situation avait vite dégénérée, c'était la seule chose dont Rodrigue pouvait être sûr à cent pour cent. Pour ce qui était des raisons et de des aboutissements de la chose, cela le dépassait totalement. Sûrement qu'il y avait un lien avec l’exécution dont il avait témoigné plus tôt ce jours-là. Mais, les motivations des émeutiers ne se résumaient certainement pas à cette seule âme, injustement fauchée.

Il y avait anguille sous roche. Cet ordre, cette formation que suivait les émeutiers était tout sauf normale. On aurait presque dit que cet attroupement d'individu était dirigé par un véritable tacticien militaire. Piochant les bons termes pour échauffer les esprits et ciblant ses offensifs sur les points stratégiques de la cité. Cette histoire sentait le complot à plein nez.

Réaffirmant sa prise sur la manche de son arme de fortune, Rodrigue se mit à réfléchir à la marche à suivre. Que devait-il faire dans cette situation ? Le chaos que traversait la ville lui offrait une couverture parfaite pour entamer une carrière de roublard. Et avec un peu de chance, sa première prise serait aussi la dernière. Il lui suffisait simplement de cibler une grande habitation, voire une bijouterie. Et il pourrait facilement trouver de quoi se refaire une vie ailleurs. Hors de ce trou à rat, libre de toute attache.

La tentation était réelle. Rodrigue pensait sérieusement à suivre cette voie-là. Seulement, quelque part, il se demandait ce que penserait Alice de lui si elle venait à apprendre qu'il avait choisi la voie de la facilité ?

La tête de brun se mit soudainement à s'agiter de gauche à droite afin de se changer les idées. Il n'avait toujours pas prit de décision à ce sujet-là. Mais, il savait qu'il allait très vite devoir faire un choix. Pour le moment, il allait se contenter de suivre le mouvement des émeutiers. Assez près pour les avoir à l’œil, et assez loin pour ne pas être assimilé avec eux.

Le dos du jeune homme se décolla donc du muret, pour ensuite charger à toute allure en direction de l'impasse effondrée qui devait se situer juste à côté de la cantinière. Ensuite, il avait dans l'idée d'escalader la Bête d'acier afin d'avoir une meilleur vue sur le quai central. Qui, selon les bruits, devait être en ce moment même assiégé par le gros des troupes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1314
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Dim 09 Avr 2017, 3:13 pm

Jet de dés a écrit:
Rodrigue (Discrétion 12) : 1 Perfection

Prenant bien soin de garder ses distances, Rodrigue se lança dans l'immense voie remplie d'éboulis instables et de débris de rails tordus que constituait l'impasse effondrée. L'endroit était naturellement dangereux à cause de son instabilité permanente, et avec les poches de combat un peu partout, il en était plus dangereux encore. Mais Rodrigue réussi à louvoyer entre les groupes et combattants, sans aucun soucis.

Il arriva à proximité du gouffre imposant débouchant sur ce qu'il restait d'Ufül, la bête d'acier. L'énorme machine naine gisait depuis plus de 5 ans sous une véritable avalanche de rochers, qui recouvrait sa partie inférieure presque en entier, bloquant l'accès principal à la plus grosse veine de fer de la ville. Le monstre d'acier s'enfonçait sous le sol de la cité, inerte et inutile, mais un effort important de terrassement fonctionnait toujours, afin de le remettre en service. De fait, un nombre considérable de passerelles précaires et de grues de chantiers existaient dans la zone, permettant de passer, même si avec difficulté, d'un bord du gouffre à l'autre.

Le soucis c'est que Rodrigue n'avait pas été le seul à avoir eu l'idée de passer par là. Le bruit des affrontements sur le Quai Central remontait le gouffre jusqu'à sa hauteur, impressionnant, incessant et brutal, et amenait avec son raffut, son lot de gens rusés et préférant éviter les ennuis. Sur les passerelles, voire les grues, des grappes de gens se déplaçaient. Certains tentant de traverser, d'autres se contentant de surveiller le champ de bataille. Il lui suffisait de suivre l'un de ces groupes et donc d'être à découvert pour arriver de l'autre coté.

Autre inconvénient, les gangs de la Fourmilière étaient aussi de la partie. Alors qu'il sortait de la zone de sécurité, Rodrigue eut juste le temps de se remettre à couvert avant que trois voyous aux tranchoirs bien visibles à leur ceintures ne le découvrent. Il suffit d'une petite minute pour que le chasseur de rat ne comprenne qu'il était encerclé par pas moins d'une vingtaine de membres du gang des Tranchoirs, sans qu'aucun de ces gentilhommes n'aient remarqué sa présence, ou même ne lui prête attention. A première vue, la plupart d'entre eux étaient occupés à sécuriser un chemin vers le reste du quartier, certainement en vue de l'utiliser comme zone de repli. Mais certains patrouillaient, ou en tout cas étaient activement vigilant.

Ils contrôlaient les chemins les plus sûrs. D'autres existaient pour traverser, mais avec leur relative discrétion, le danger était également plus présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Lun 10 Avr 2017, 12:42 am

Manœuvrant au mieux de ses compétences rudimentaires en furtivité, Rodrigue couru à toute allure en direction de l'ancienne machine naine dans l'espoir d'y trouver une opportunité circonstancielle qui lui permettrait de tourner la situation à son avantage. Évitant soigneusement de croiser la route des individus armés qui arpentaient les rues de la cité en ce moment, il freinait son avancée régulièrement de façon à éviter toute rencontre importune sur le chemin. Les sens aux aguets, il restait paré à dégainer son arme ou à faire demi-tour au moindre signe de danger. Gardant le dos contre le mur et la tête au niveau du buste, le jeune rôdeur en herbe espérait ainsi camoufler sa présence grâce aux ombres crées par les bâtiments adjacents.

Le jeune traqueur de rat n'était pas spécialement entrainé à camoufler sa présence, il laissa simplement son corps se mouvoir de façon instinctif. Rétractant ses membres vers son corps et émettant le moins de bruit que possible lors de ses déplacements.

Finalement, il parvint à rejoindre sa destination sans accuser d'altercation. S'arrêtant abruptement dans sa course, l'homme aux dreads brunes faisait désormais face à Ufül, la bête d'acier qui respirait la splendeur de ses temps passés. Le regard anxieux, le jeune bretteur se mit rapidement à examiner l'engin nain à la recherche d'un point de départ afin d'entamer son escalade. Cependant, l'état pittoresque dans lequel se trouvait la machine laissait Rodrigue songeur quant à la légitimité de son plan.

Déconcentré par les bruits des batailles et des hurlements venants de tout part, Rodrigue détourna son attention de l'assemblage métallique afin de focaliser son attention sur son entourage. Son ouïe l'alerta aussitôt que des bruits de pas se rapprochaient dangereusement de sa position. Sans attendre de confirmation visuelle, Rodrigue sauta instinctivement derrière les rochers entourant la bête d'acier espérant y trouver refuge.

Quelques secondes plus tard, plusieurs individus armés de tranchoirs finirent par débouler devant le regard perplexe du brun. Les personnes en question ne lui étaient pas inconnues. Après tout, il s'agissait là de ses admirateur de toujours, les tranchoirs. Ces derniers devaient certainement espérer profiter de l'agitation courante afin de transmettre leurs amitiés au jeune chasseur de rat. Ce qui bien évidemment, n'accommodait guère la personne en question.

Optant toujours pour une approche furtive, le jeune bretteur resta caché dans l'ombre et se mit silencieusement à compter les ennemis qu'il parvenait à apercevoir. Non pas que cela allait lui servir à quoique ce soit, mais simplement car il n'avait rien d'autre à faire en attendant qu'ils s'éloignent de sa cachette. Il en profitait également pour examiner ce qui l'entourait à la recherche d'une sortie de secours au cas où sa couverture viendrait à être compromise.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1314
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Mer 12 Avr 2017, 10:14 pm

Le petit trio de voyous continua sa patrouille sans voir ni percevoir la présence du chasseur de rat.

Tapie dans l'ombre, Rodrigue continua à regarder son environnement à la recherche d'informations. Les membres du gang des Tranchoirs semblaient avoir jeté leur dévolu sur un long sentier renforcé qui sinuaient entre les éboulis et était suffisamment grand pour pouvoir manoeuvrer à peu prés correctement. Ils avaient postés des sentinelles sur les grues alentours, mais celles ci regardaient vers l'est, et le reste du quartier. Ils hélaient de temps à autre leurs collègues en contrebas, pour rendre compte de la situation. Un petit groupe, dont faisait partie le trio, patrouillait dans la zone d'entrée, afin de chasser la foule et les curieux. Ils étaient tendus, mais pas plus que les grappes d'émeutiers qui passaient par là. Enfin, un nombre difficile à situer de voyous allaient et venaient sur le chemin, certains portant des caisses de petites tailles mais aux gabarits différents. Cela semblait être une très simple et très rapide opération de cambriolage du quartier opposé. Rodrigue compta 16 gars de ce coté, et ne compta pas les passeurs. Il devait certainement y en avoir autant de l'autre coté.

Mais ça c'était pour le coin controlé par le gang. Pas très loin, il y avait d'autres chemins à travers les éboulis, moins habituels, et donc plus dangereux. Il était certain qu'en passant par là, il ne tomberais pas sur le gang. Ceci étant dit, il remarquait aussi que les grappes d'émeutiers ayant eu l'idée de passer par là, revenaient souvent dans l'autre sens, bredouilles comme si un obstacle avait bloqué leur chemin, parfois avec les vêtements déchirés ainsi que quelques plaies. Mais il semblait y en avoir certains qui arrivaient à passer.

Rodrigue avait suffisamment repéré le chemin pour se déplacer où il l'entendrait. Le chemin des gangs était sûr, mais il faudrait rester discret. Les chemins oubliés semblaient plus aléatoires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Jeu 13 Avr 2017, 10:39 pm

Grâce à son rapide examen de la situation, Rodrigue avait désormais en tête un schéma clair du quartier. Deux routes s'offraient à lui. La première était contrôlée par le gang des tranchoirs, qui avaient jeté son dévolu sur les résidences du coin. Tandis que la secondes voie était bien plus hasardeuse que la première, et risquait d'être plus hasardeuse à emprunter au vu des émeutiers qui arrivaient en contre-sens.

Le choix était difficile. Devait-il se jeter dans la gueule du loup, s’aventurer dont une route dont la destination était incertaine, ou alors allait-il revenir sur ses pas à la recherche d'une meilleur solution ?

La première option était certainement la plus mortelle de toute. Aussi, au vu des faibles compétences du traqueur en matière de furtivité, il décida de mettre de côté cette alternative-ci pour le moment. Après tout, c'était déjà un miracle qu'il soit arrivé aussi loin sans se faire interpeller par des membres du gang. Il avait eut la chance du diable, c'était tout. Aussi, il refusait catégoriquement de mettre une seconde fois sa vie entre les mains de dieu.

La décision étant à moitié prise, Rodrigue décida de remettre à tout à l'heure sa prise de décision définitive le temps de récolter d'avantage d'information au sujet de la voie bloquée. C'est donc avec cette idée en tête que le brun s’avança discrètement vers les émeutiers qui revenait depuis cette route.

Puis, tout en veillant bien à ce que les porteurs de tranchoirs soient hors de vue, le bretteur se mit à siffler à l'attention de la première personne isolée qui entra dans son champs de vision. Son plan se résumait au fait d'attirer vers lui l'un ses confrères citoyens de la cités afin de les interroger au sujet des aléa de ce passage, puis de décider en conséquent de la marche à suivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1314
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Mar 18 Avr 2017, 1:04 am

Jet de dés a écrit:
Rodrigue (Investigation 14) : 16 Echec

"Ouaaais... Je me suis foulé la cheville en tournant sur un rocher à 50m. On imagine pas à quel point l'humidite rends le chemin glissant. J'imagine que je vais juste rentrer et faire comme si j'avais jamais été là."

"Pour être honnête, on a vu des ombres menaçantes au détour d'un rocher. Mon amie et moi avons couru comme des folles pour les fuir, mais maintenant, j'ai l'impression que c'était juste des ombres. Ma robe est déchirée de partout par contre, ça va être une plaie à reprendre."

"Il manquait un morceau de passerelle, j'ai trouvé ça trop dangereux, j'ai préféré faire demi tour. Adieu les richesses pour moi, bonjour la taverne."

"Je crois avoir vu des soldats. Ou alors c'était des morceaux de rails... Je ne sais pas. Je me suis retourné trop brusquement et je me suis pris le rocher derrière moi. Quoi, j'ai un oeil au beurre noir ? Mince..."


Oh, les gens parlaient. Mais Rodrigue n'eut pas vraiment la chance de trouver une seule information intéressante. Quoiqu'avec tout ces bras cassés, le chemin des éboulis ne semblait pas si compliqué. Une idée claire de la situation, un peu d'audace et de dextérité. Rien de bien difficile pour un athlétique gaillard comme lui.

Ou alors il y avait toujours le chemin le plus sûr, mais gardé. Ou rentrer. Ou peut être tenter sa chance de l'autre coté du quartier, parmi la clameur de la foule.

A propos de sureté, étais ce le reflet de l'or qu'il voyait dans les caisses portés par les voyous du Tranchoir ? Si ils ramenaient déjà des choses en provenance du quartier des Orfèvres, Rodrigue devait se dépêcher, car les gardes risquaient rapidement de boucler totalement l'accés. Il était temps de prendre une décision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Sam 22 Avr 2017, 12:03 am

Plusieurs réponses différentes émergèrent lors de son investigation. Mais pourtant, aucune d'entre elles n'était assez palpable pour lui offrir une vision clair du danger auquel il devait s'attendre.

Il allait donc devoir avancer à l'aveugle.

Comme toujours, Rodrigue allait méticuleusement éviter de croiser la route du gang des tranchoirs. Ces bons gaillards étaient de véritables poissons dans l'eau au milieu de toute cette agitation. A vu d’œil, leur organisation était attelée au cambriolage du quartier adjacent depuis un bout de temps maintenant. Il valait mieux éviter d’interférer avec leurs affaires pour le moment, surtout que le nom du jeune chasseur de rat figurait sur la liste noir du gang en question.

De ce fait, il ne lui restait plus que deux possibilités. La première étant de revenir sur ses pas afin de se rendre au quai central en passant par la rue principale, tandis que la seconde était de s'aventurer dans le passage hasardeux sur lequel il venait d'enquêter.

Quelques courtes secondes défilèrent avant que Rodrigue ne prenne finalement sa décision. Le regard encré sur le passage bouché, Rodrigue décida de relever le défi et de se lancer vers la voie qui mettaient en déroute les autres émeutiers.

Il n'avait aucune idée du danger qui l'attendait au bout de cette route. Mais, il était paré à montrer à la pleb que 'lui' avait le cran nécessaire pour mener à bien ses projets.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1314
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Mar 25 Avr 2017, 11:49 pm

Jet de dés:
 

Avec le pas léger du chasseur, Rodrigue s'engouffra discrètement parmi les décombres, sous le regard désabusé d'un groupe d'émeutiers en revenant. Il connaissait le quartier, pour y avoir dans le passé, fureté à la recherche de vermine. Et même si les éboulis étaient par instant labyrinthique, il aurait peu de chance de se perdre.

Mais ça c'était la théorie. En pratique, Rodrigue hésita plusieurs fois entre différents accés, sautant par dessus des fossés, escaladant un éboulis au mauvais endroit, etc. il croisa d'autres émeutiers, se cacha un instant pour échapper à un membre du gang des tranchoirs, avant de se rendre à l'évidence. Il était complétement perdu. Dans un dernier espoir, il decida de sortir à découvert, jugeant qu'il était suffisamment éloigné pour pouvoir pointer le bout de son museau à l'air libre.

Et il l'était, sans problème. Il déboucha sur une aspérité proche de l'autre bord, à peine a une trentaine de mètres. Il avait débouché beaucoup plus haut qu'il ne le pensait, et avait une vue imprenable sur le quartier. De ses hauteurs, il pouvait voir le passage plus sûr, en tout cas sa fin. Il pouvait voir les quelques membres du tranchoir présents en panique, et fuyant vers la sureté de l'impasse effondrée, jetant leurs biens mals acquis dans leur déroute. Il vit un détachement de soldats se rapprocher, tranchant les liens à leur suite, coupant l'accés à ce chemin. Une vingtaine de soldats à peu près étaient en train de repousser une petite foule depuis la Dalle, cette étrange place où on trouvait la population de gratte papiers et d'inspecteurs des mines.

Il put aussi voir la situation sur le Quai Central. Il vit des murs de pierres se former, bouclant les accés les plus éloignés du quartier, de l'Ile et de la Ruche, ainsi que les éclats brillants des armures de gardes se dévoilant au dessus de ces barricades improvisées. Il vit les ombres menaçantes de ce qui semblait être des mages sur le toit des batiments administratifs, attentifs et sinistres telles des gargouilles encapuchonnées. Il vit enfin la foule furieuse et galvanisée, qui repoussait une poignée de soldats en première ligne, les engloutissant presque entièrement sous le nombre. La masse se dirigeait vers l'est, depuis le quai central.

Mais ce qu'il ne vit pas, c'était qu'un petit groupe de soldats s'étaient infiltrés parmi les décombres. Et lorsqu'il entendit le bruit de ferraille des armures, il était trop tard. La pointe d'un casque, puis deux, puis les soldats qui venaient avec se dévoilèrent dans l'ouverture, regardant dans sa direction. Rodrigue se retrouva coinçé sur son aspérité.

"Eh toi là ! Mains dans le dos ! Ventre à terre ! Tu es en état d'arrestation !"

Cria l'un des encasqués, portant sa main gantée de métal à sa ceinture, hésitant entre des menottes de metal lourd ou une masse en métal. Il s'avançait dans la direction du chasseur de rat, son collègue à peine en retrait, jaugeant le terrain.

Le jeune voyou regarda autour de lui, en quête d'une sortie d'urgence. Sauter de l'aspérité était possible, mais il y avait bien dix mètres de dénivelé, et sur un terrain accidenté, il risquait de se faire très mal, sans compter les soldats en dessous. Une grue de chantier n'était pas trop loin non plus, la corde de son contrepoids à peine à un saut de lui. Il lui serait possible de contourner ces soldats et d'atteindre le quartier pour rejoindre la foule en train de se faire repousser. Il pouvait tenter de discuter avec les gardes, qui n'avaient l'air de faire que leur travail. Peut être que quelques mots bien trouvés suffiraient à se sortir de ce mauvais pas. Ou alors il pouvait sortir son poignard et grogner dans leur direction.

Dans tout les cas, il n'avait que quelques secondes pour se décider, ou le soldat qui arrivait déciderait pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Sam 29 Avr 2017, 2:45 pm

Au début, l'avancée du brun dans le territoire rocheux s'était fait sans complication aucune. Il évitait les endroits qui lui semblaient être fragile et s'appuyait sur les parties les plus solides du sol. Après une poignée de sauts et d’escalade en tout genre, il finit par apercevoir un membre du tranchoirs. Par réflexe, il se cacha derrière les décombres qui se trouvaient tout autour de lui, avant de finalement reprendre sa marche périlleuse.

Pour l'instant, son aventure au milieu des décombres s'était révélée être plus facile que ce que lui avait laissé penser les émeutiers à être passés avant lui. Un petit saut par-ci, un détour par-là et Rodrigue se retrouva en hauteur, un endroit où il pouvait contempler librement plusieurs points stratégique du quartier.

Le premier détail à attirer son attention fut les quelques membres du tranchoirs qui fuyait la garde tout en abandonnant leur butin durement acquis. L'attention de Rodrigue s'encra un long moment sur les objets abandonnés par les gangsters. Il essaya d'en deviner la nature ainsi que la valeur afin de décider si oui ou non, il devait faire un énième détour.

Une fois cela fait, il se mit à examiner les autres points d'intérêt qu'il avait à sa disposition. Le quai centrale était de toute évidence un véritable champs de bataille. Les magiciens s'acharnaient avec leur sorts à base de terre, tandis que la garde abattaient leur armes avec vigueur. Rodrigue était définitivement bien plus à l'aise à l'idée de récupérer le butin laissé par les tranchoirs plutôt que de se joindre à la mêlée, surtout qu'il n'avait rien à gagner dans ce combat.

Une fois la zone balayée du regard, le jeune chasseur de rat abandonna une bonne fois pour toute l'idée de rejoindre le quai central et détourna cette fois-ci son attention dans la direction du Quai des Orfèvres.

Pile à ce moment précis, une voix rêche l'interpella. Le ton autoritaire que prenait l'homme ne laissait pas de place au doute. C'était un garde de la ville.

Rodrigue ne bougea pas d'un pouce. Il préférait encore éviter que l'homme en question ne voie son visage. Rapidement, ses yeux balayèrent son entourage immédiat à la recherche d'une échappatoire. Plusieurs voies s'offraient à lui, mais la plus encourageante était de loin la grue qui se trouvait à un saut de sa position.

« Lapis. »

Faiblement, Rodrigue invoqua une rune de téléportation au niveau de ses pieds, matérialisée sous la forme d'un cercle magique noir. Il avait comme idée de garder cette position comme point de contrôle, ainsi s'il venait à se faire encercler par des ennemis ou s'il venait à tomber dans un piège, il pourrait toujours s'échapper en revenant ici. Également, il ne devait pas oublier la position du trésor laissé par les tranchoirs. Ce serait triste d'abandonner de la sorte une proie aussi facile.

Une fois cela fait, que son action soit réussit ou non, Rodrigue se jeta corps et âme sur la grue qui se trouvait à côté de lui. Puis, usant de son poids, il balança la corde vers l'horizon et se jeta éperdument vers l'inconnu.

Actions :
- Examiner le trésor laissé par les tranchoirs.
- Poser une rune au niveau de sa position actuelle.
- Se jeter sur la grue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1314
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Mar 02 Mai 2017, 2:30 am

Jets de dés:
 

Le jeune chasseur de rat laissa trainer quelques secondes son regard vers le chemin des voleurs au dessous de lui. Quelques caisses trainaient là, mais rien n'attira vraiment son regard. Tout au plus remarqua t'il qu'une de ces caisses contenait une sorte de poudre anthracite qui se déversait par les craquelures comme un sable grossier. Manifestement, il y avait des amphores dans les caisses, et l'une s'était brisée, déversant son contenu. Un butin étrange, dont il était assez impossible d'estimer la valeur. Et de toute façon, Rodrigue avait mieux à faire, et à trouver.

Le garde s'avançait, toujours sa main sur la garde de son épée, près à la sortir au moindre geste louche. Il ne remarqua pas les mouvements de mains du chasseur de rat, ni son incantation, continuant à demander sa soumission d'une voix calme et professionnelle. Mais Rodrigue non plus ne remarqua rien. En fait, il remarqua que rien ne se passait, que rien n'apparaissait. Peut être étais ce l'urgence, ou autre chose, mais son sort ne se lança pas, laissant à peine une odeur d'essence qui montait du sol. Le jeune voyou n'eut d'autre choix que de passer au plan B.

La grue n'était qu'à quelque mètres, et il arriverait à atteindre la corde du contrepoids avec un peu d'élan. Mais lorsqu'il tourna la tête pour évaluer la distance, le garde tourna la tête aussi, remarquant la grue. Il ne lui fallu qu'une seconde pour faire le lien. Yeux écarquillés, il se retourna vers Rodrigue.

"Fais pas l' con, petit !"


Trop tard, le chasseur de rat s'était élancé. Se donnant de la vitesse, il parcourut un pas avant de sauter, échappant de justesse à la paume gantée du garde, qui s'était élancé aussi pour l’empêcher d'agir. Il resta une petite seconde dans l'air avant de tomber juste au bord du contrepoids, manquant de chavirer et attrapant la corde des deux mains pour se redresser. Le poids soudain d'un objet étranger débloqua le mécanisme fragile qui maintenait la petite grue en place, lui donnant l'inertie nécessaire pour tourner sur elle même, dans un grand mouvement de pendule, impossible à contrôler.

Alors que les gardes vociféraient sans aucun espoir de se faire entendre, le jeune voyou entama une course descendante vers le quartier, son poids étant suffisant pour faire pencher la balance délicate de la grue. Passant quelques secondes au dessus du gouffre beant où reposait la bête d'acier, il pu voir que toute une population d'émeutiers était en train de sortir de la dalle, repoussé par une ligne de front conséquente. Au moins une cinquantaine de soldats avec boucliers, ainsi que des mages en renfort. Ils étaient en train de resserrer l'étau par le bas, et Rodrigue passa par dessus la ligne de défense, avant d'être obligé de sauter dans la foule, de peur que son véhicule de fortune ne retourne vers les gardes.

Le jeune voyou était désormais dans la foule, qui courrait en désordre vers le quai central sur le long parapet qui longe le coté Est d'Uful, remontant vers l'administration des mines, et le Quai Central. Au sud, les soldats étaient en train de sécuriser le chemin, bloquant l’accès à la place de la Dalle, ainsi que le chemin des mineurs que Rodrigue venait d'emprunter. Au nord, les émeutiers se rassemblaient, jetant pavés, charbons, minerais à la tête des soldats, qui avançaient inexorablement par le sud, bien protégés derrière leurs boucliers, physiques et magiques. Ils convergeaient vers le Nord, ou un brouhaha massif se faisait entendre, concert d'invectives, de rage, et de harangue partisanes. A l'ouest, le gouffre, descendant sur facilement 30m jusqu'au géant endormi. A l'est, les hauts murs, à même la caverne, des administrations des mines dont les anciennes portes de pierre naine résistaient très bien à l'assaut peu organisé des poignées d'émeutiers qui tentaient de trouver une issue.

Rodrigue était sain et sauf, caché dans la foule. Mais avec le quartier qui se refermait, ses choix semblaient considérablement se limiter. Le quai central n'était plus très loin ceci dit, et la foule n'avait pas l'air d'avoir de soucis à s'y presser. On aurait dit que les combats avaient cessés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Ven 05 Mai 2017, 12:35 pm

Des amphores, voilà ce qu'il pouvait distinguer depuis sa position. A priori, ces caisses pouvaient contenir tout et n'importe quoi. L'une d'entre-elles s'était même brisée en tombant, déversant son contenu sur le sol. Divers babiole gisaient ça et là à proximité du bout de bois. Rien n'attirait particulièrement son attention. C'était sûrement une prise à faible gain dont les tranchoirs s'étaient appropriés histoire de ne pas rentrer les mains vides. Une fois le constat fait, Rodrigue détourna son attention du trésor abandonné, décidant lui aussi que ces objets ne méritaient pas de risquer sa vie pour eux. Il se concentra donc sur sa situation actuelle.

Le lancement de son sort avait échoué. Aucun cercle magique n’apparut sur le sol. Un soupire lui échappe, alors qu'il se décide de passer à la seconde étape de son plan.

Il n'avait pas une seconde pour s'attrister sur son destin, ça devait être un de ces jours, où il ne pouvait rien faire de bon. C'était la seule explication qu'il pouvait trouver à cette suite d'échecs consécutives. Le jeune traqueur de rat finissait rapidement par se jeter sur la vieille grue qui se trouvait sur sa droite. Cette fois-ci, le destin lui céda la victoire. Glissant promptement le long de la corde, Rodrigue laissa la vieille machine le guider dans sa descente de la parois.

Le poids supplémentaire ajouté par le traqueur fit tourner la machine dans certains angles auquel il ne s'attendait pas. Étant en manque d'option, il laissa les vents le porter tout en faisant de son mieux afin d’accélérer la descente. Finalement, il fût obliger d'abandonner son moyen de transport avant que celui-ci ne le porte dans la direction de la garde. Il sauta donc au milieu de la foule, se reprenant au niveau du sol, puis se relevant rapidement afin d'évaluer la situation.

Au vu des bâtiments avoisinants, sa chute l'avait menée du côté du quai central, sa destination d'origine. De plus, il semblerait que la bataille qui opposait la garde royal aux émeutiers avait prit fin. Ce qui lui laissait le champ libre afin d'examiner les lieux.

Le brun jaugea rapidement les mouvements de la garde. Ces derniers semblaient s'être mis en tête de barrer les routes empruntées par les émeutiers, sûrement dans le but de mettre un terme à leur agitation. N'ayant aucune envie de se faire prendre dans le traquenard de la garde, Rodrigue se jeta vers l'avant, entamant une course folle dans la direction du quai central qui contre toute attente avait été épargné par les barricade des protecteurs de la ville.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1314
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Lun 08 Mai 2017, 2:10 am

Jets de dés:
 

Rodrigue traça dans la foule, mettant de la distance entre les lignes de gardes et lui même. Se faufilant entre les émeutiers, jouant de l'épaule et de son pied agile pour changer brusquement de direction lorsque les mouvements de foules se modifiaient subitement. Il ne lui fallut pas longtemps pour voir les étranges piliers évasés du quai central, à l'architecture définitivement naine ainsi que les funiculaires de mines, vide de tout chariots. Cet endroit, en général assourdissant du bruit des roues de métal sur le métal filant à divers endroit du quartier, était aujourd'hui assourdissant du bruit d'humains en colère. La foule hurlant et criant vers les désormais hautes palissades de pierre qui se dressaient dans les rues avoisinantes. Il y avait trop de monde, Rodrigue dut s'arrêter.

Il avait progressé jusqu'au carrefour du quartier administratif. Le centre d'administration des mines culminait au dessus de lui, étrange fusion entre bâtiments et caverne, les fenêtres découpées directement à même la roche, menant vers ce qui était tout un immeuble taillé à même la roche. Des ombres furtives se dressaient aux fenêtres et sur les toits. Le tatouage sur le dos de la main du voyou le démangea un peu, alors qu'il se rappelait connaitre ces figures. Il semblait que les Guetteurs avaient fait du toit du bâtiment administratif l'un de leurs points de vue. Rodrigue n'était pas resté très longtemps en contact avec les mages de l'académie, mais l'habit sombre du Guetteur ainsi que leur étrange similitude avec des prédateurs dont rien n'échappe, s'était ancré dans sa mémoire.

Il n'eut pas vraiment le temps de détailler la palissade de pierre juste à coté. Car une poigne solide lui empoigna l'épaule, le tirant avec force vers l'arrière. Titubant, il se retrouva entouré par cinq voyous aux couleurs rouges et ocres, le regardant avec curiosité. La brute qui l'avait jeté en arrière, fit craquer ses phalanges, l'air mauvais.

"Tiens donc ! Regardez ce que l'on trouve dans tout ce foutoir ! Au moins cette journée sera bonne à quelque chose, camarades."

Il était titanesque, dépassant facilement Rodrigue, plutôt grand, de deux bonnes têtes. Son crâne était chauve, en pointe, brillant dans les lueurs de la caverne; ses yeux petits comparé à sa massive tête, d'un brun foncé presque noirs, mauvais; ses oreilles se détachaient visiblement, lui donnant une tête d'éléphant pâle et son sourire balafré par une horrible cicatrice dévoilait une dentition incomplète.

"Salut Ciel ! Comme je suis content de te trouver. Je mourrais d'envie de terminer notre discussion, si brusquement interrompue la dernière fois."

Oh, cette brute n'avait pas besoin de se présenter. Rodrigue avait en face de lui Belle Gueule Panice, l'un des lieutenants du Boucher. Pas très malin, mais sacrément rancunier, la cicatrice lui dévisageant la gueule était du fait du jeune voyou. Un cadeau accidentel de l'époque où Rodrigue avait eu ses problèmes avec le Tranchoir. Ca n'avait pas arrangé ses affaires. Le Tranchoir n'aurait jamais osé attaqué sa famille, personne ne s'y risquait. Mais Rodrigue savait que les rues de la Fourmilière n'étaient pas les plus sûres pour lui. Plus que de raison, il gardait un œil dans le dos. Belle Gueule Panice était l'une de ces raisons.

Voyant l'air méchant et près à en découdre des cinq gangsters, la foule avait fait un joli cercle autour d'eux, comme pour s'éloigner un maximum des ennuis, et des brillants tranchoirs pendant à leur ceinture. Rodrigue était entouré par le Lieutenant, ainsi que quatre sous-fifre, qu'il n'avait jamais vraiment rencontré. Ceux ci le regardaient, le jaugeant du regard avec désinvolture. Aucun d'eux ne semblait considérer le chasseur de rats comme un danger, leurs tranchoirs sagement rangés.

Le sourire du géant se fit carnassier. Il savourait l'instant.

Note:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Sam 13 Mai 2017, 4:13 pm

Agile, Rodrigue se faufila aisément au milieu de la foule. Ses pas le menèrent rapidement vers l'entrée du quai central, qui comme il s'en doutait, avait vu de biens meilleurs jours. La population hurlait de colère. Le jeune chasseur de rat, lui, ne prêtait pas particulièrement attention aux réclamations de la foule. Le pourquoi du comment de la chose ne l'intéressait nullement. Son regard était tourné vers les toits des immeubles adjacents, où les mages s'étaient posés quelques instants plus tôt. Il balayait minutieusement la zone avec son regard à la recherche d'une tête encapuchonnée, qui de par sa présence pourrait lui indiquer si oui ou non il était entrain de se diriger dans un piège tendu pas la garde.

L'attention disparate,  le jeune traqueur ignora complètement la sensation de malaise qu'il ressentait au niveau de sa main droite. Tout au plus, il se mit à gratter le dos de sa main, tandis que son visage examinait anxieusement les alentours.

A peine eut-il le temps de baisser la tête que son épaule fut tirée vers l'arrière, puis jeté au centre de la rue. Aussitôt qu'il repris son équilibre, ses yeux croisèrent les regards mauvais que lui dirigeait cinq membres des tranchoirs qui venaient de l'encercler. Le premier lui adressa la parole, tandis que les autres continuaient à le zyeuter comme du gibier.

Rodrigue l'écouta. Il fit un léger pas en arrière tandis que sa main gauche se posait sur la paume de son épée. Après réflexion, il parvint à la conclusion que rien n'allait le sauver de cet assaut. La foule fit un cercle autour de Rodrigue et de ses assaillants, tandis que la garde était occupée ailleurs.

Un contre cinq. Ce n'était définitivement pas un combat qu'il pouvait gagner. Il devait donc trouver un moyen de s'échapper. Premièrement, il tenta à nouveau de poser un cercle magique au sol, ayant le même effet que la dernière fois.

- Lapis.

Après quoi, il dégaina son épée et se mit en position de combat.

- Eh bien, soit, mon ami. Parlons !

L'épée en avant, Rodrigue tourna sur lui même avant de se jeter sur l'individu qui se trouvait dans son dos. Il avait choisit de commencer avec le larbin se situant le plus loin que possible du géant dans l'espoir de retarder le plus possible sa confrontation avec l'élément le plus imposant du groupe. Sa stratégie était simple, mais efficace. Cela allait lui permettre de gagner du temps en attentant une ouverture.

Actions :
- Poser une rune au sol. (Mots utilisés : Espace & Distance)
- Attaque à l'épée contre un larbin. (Celui qui se trouve derrière lui)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1314
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Dim 14 Mai 2017, 6:05 pm

Jets de dés:
 

Doucement, Rodrigue posa sa rune sur le sol. Celle ci s'imprima dans un reflet immatériel dans la poussière du sol. Elle ne tiendrait pas très longtemps, mais elle était là, prête à être utilisée. Le jeune chasseur de rat pourrait revenir à cet endroit d'un claquement de doigts magique, si jamais il devait se téléporter.

Les voyous autour de lui ne virent rien, trop occupés à faire les gros bras. Ils n'étaient pas vraiment convaincu de la possibilité de perdre une confrontation, aussi, quand Rodrigue se tourna brusquement, jetant son épée sur le coupe-jarret derrière lui, personne ne s'y attendait. Celui ci tenta d'échapper à l'attaque, mais il était trop tard, et il cria de douleur alors que la lame lui rentrait dans l'épaule. De rage il réagit, aidé par son camarade le plus proche, mais mal préparés, Rodrigue n'eut aucun mal à éviter leurs lames.

"Que... Attrapez le les gars ! Y'a une prime sur ce crétin si on le ramène vivant !"

Beugla Belle Gueule derrière le chasseur de rat qui senti instantanément le cercle se resserrer. Le coupe-jarret blessé se tenait l'épaule, fragilisé, penchant vers son camarade, laissant un espace dans leur cercle où Rodrigue pouvait se faufiler. Si le chasseur de rat ne saisissait pas cette chance, il risquait d'être attaqué de tout les cotés.

Initiative pour le tour suivant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Lun 15 Mai 2017, 1:40 pm

Cette fois-ci le sort de Rodrigue fut lancé avec succès. Heureusement pour lui car, sans cela, il n'avait aucune idée de comment échapper à ses agresseurs. Une fois la magie mise en place, le brun virevolta en direction d'un des sbires ennemis et échangea quelques politesses avec lui. Son camarade le plus proche tenta de lui venir en aide, mais le jeune traqueur de rat fut assez rapide pour éviter leurs attaques combinées.

Concentré, le regard du brun jaugeait constamment les mouvements de ses ennemis. Il restait aux aguets, mais jamais, il ne s'arrêtait de bouger. Il devait absolument éviter de se faire prendre par derrière et pour cela, son jeu de pied ne devait en aucun cas être mit à l'arrêt.

- Hé, le gros ! Ne le prend pas mal, mais tu ressemble vraiment à un tonneau de bière, en ce moment. Tu crois être quelqu'un d'important, en donnant des ordres à ces macaque ? Avoue-le, tu les envoies sur moi car tu as peur de me faire face à la loyale.

Il lui donnait peut-être bien du dos en ce moment. Mais, le regard de Rodrigue était spécifiquement pointé dans la direction du lieutenant du Boucher. Il essayait de provoquer le chef du groupe en remettant en question son autorité. Étant aux côtés de ses subalternes, le grand gaillard allait très certainement tenter d'imposer sa domination d'une manière ou d'une autre. Du moins, c'était sur cette corde-là qu'essayait de tirer le filou.

Sans attendre la réaction de géant, Rodrigue se jeta une nouvelle fois sur l'adversaire qui lui faisait face. Celui-ci chancelant du côté de son camarade le plus proche, il laissait une brèche dans le filet tendus par son groupe.

L'épée en avant, Rodrigue croisa le fer avec le blessé tout en jouant du pied afin de se mettre derrière-lui. Il n'essayait pas spécialement de le blesser, son attention étant tout particulièrement mobilisée du côté de son jeu de pied. Pour le reste, ses sens étaient aux aguets, prêt à esquiver ou à utiliser son adversaire comme bouclier humain contre les potentiels assauts de ses camarades.
Actions :
- Provoquer Belle Gueule.
- Contourner le sbire blessé tout en croisant le fer avec lui.
- L'utiliser comme bouclier humain si possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1314
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Mar 16 Mai 2017, 12:53 am

Jets de dés:
 

La phrase fit écarquiller les yeux du géant. Il resta interdit une petite seconde avant de grogner méchamment.

"Oh je vais apprécier arracher ce sourire de ton visage."

Frappant ses poings il s'élança vers Rodrigue, suivi de près par les deux acolytes. Rodrigue ne lui laissa pas le temps de l'atteindre. Il suffit au jeune voyou d'une seule passe d'arme pour assommer le voyou blessé avant de passer derrière lui, son acolyte frappant le corps inconscient de son camarade plutôt que le chasseur de rat. Rodrigue se trouvait désormais le dos à la foule qui se pressait toujours autant.

Quelque chose se passait, quelque chose qui faisait plus peur à la foule qu'un affrontement en son sein. Coincé contre ce mur d'émeutiers, Rodrigue supporta l'assaut suivant avec difficulté. Belle gueule le rata de peu, son poing massif vrombissant au dessus de sa tête et il réussit à parer un coup en propulsant le corps inconscient de sa cible sur l'un des autres voyous, le faisant trébucher. Il fut moins chanceux pour le dernier, qui usant du plat de sa lame, lui colla une droite brutale et douloureuse en plein dans la tempe.

Ce fut le moment où quelque chose se passa dans la foule. Elle commença à bouger brusquement, emportant Belle gueule, ses sbires, et Rodrigue vers le Quai central, incapables de résister à l'incroyable pression de la foule. Un coup d’œil lointain permis au chasseur de rat de voir les lignes de l'armée. Ceux ci avaient sacrément avancés !

Il se trouvait désormais dans le quai central. Où qu'il portait les yeux, il y avait des barricades de pierres, des mages stationnés sur les toits et les structures, le brillant des armures des gardes qui se reflétaient dans les torches. Et la foule, plus compacte que jamais.

Un chant partisan se faisait sentir, des hérauts qui ne disaient rien au chasseur de rat de la Fourmilière, haranguaient la foule, la galvanisant. Celle ci grondait, enflait, et la pression augmentant, semblait sur le point d'exploser. Mais Belle gueule était toujours là, et deux de ses sbires toujours avec lui.

Rodrigue avait l'avantage de la vitesse, il le savait. Mais les trois brutes pouvaient revenir facilement au contact, et continuer à le harceler. Ce n'était pas sûr qu'il supporte beaucoup d'autres assauts groupés de ce genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Mar 16 Mai 2017, 7:23 pm

Son adversaire étant toujours sonné par la douleur, Rodrigue parvint à le déséquilibrer et à le pousser sur le côté d'une seule passe d'arme. Le brun sauta légèrement en arrière afin de reprendre son équilibre avant de foncer à nouveau sur son adversaire sonné. Seulement, cette fois-ci il ne l'attaqua pas. D'un jeu de pied habile, il déséquilibra son ennemi suffisamment pour qu'il se retrouve sur la trajectoire de frappe de son acolyte. Résultat, le tranchoir du dernier arrivant pénétra la chair de son pauvre camarde et le fit sombrer dans l'inconscience.

La suite fut très chaotique. Belle Gueule tenta de le matraquer avec son poing. Seulement, la lenteur du grand gaillard laissa suffisamment de temps au chasseur de rat pour esquiver son coup en sautant sur le côté. Par la suite, le quatrième participant se jeta à son tour sur lui, le ratant de peu également. Fatigué, Rodrigue ne put malheureusement pas esquiver à temps l'attaque du dernier individu, qui lui colla un violent coup dans la trempe. Heureusement pour le brun, ce fut le plat de l'arme qui venait de s'écraser contre son visage, non pas que cela soit moins douloureux pour autant.

Se reprenant hâtivement du choc, Rodrigue constata l'agitation qui prenait la foule et décida de profiter de l'occasion. Pas une pas deux, qu'il virevolta sur lui même avant de se jeter dans le tas. L'arme rengainée dans son fourreau, il poussa et tira comme il le pouvait afin de faciliter son avancée dans cette énorme concentration d'individu.

De temps à autre, il jetait un regard vers l'arrière afin de déterminer la distance qui le séparait des membres du tranchoir, mais également de la garde royale qui semblait avoir formée une barricade un peu plus loin derrière eux.

Un soupire lui échappait alors qu'il se rendait compte de son erreur. Pourtant, il le savait. Il savait que c'était un traquenard. La garde ne pouvait pas avoir quittée les lieux juste comme ça. Non, ils étaient entrain d'attendre. Ils avaient tendus leur filet et maintenant, il étaient entrain de remonter le poisson.

Le filet étant les murailles crée par les magiciens et le poisson étant... Eh bien, eux.

Prit au piège, les émeutiers se mirent à chanter en chœur un étrange hymne. Celui-ci devait certainement avoir un lien avec leurs revendications, à portée politique, de toute évidence, au vu de leur organisation.

Un coup d’œil vers l'arrière permit au brun d'apercevoir l'imposante silhouette de Belle Gueule qui se rapprochait dangereusement de sa position. La tête baissée jusqu'au niveau de son torse, Rodrigue tenta de semer ses poursuivants en profitant de la foule qui venait tout juste de les engloutir. Sa trajectoire penchait de plus en plus du côté des bâtiments qui se trouvaient sur le côté. Il espérait ainsi, à terme, escalader l'une des habitations du quartier, puis y pénétrer afin d'y trouver refuge.

Ainsi, lorsque ses pas le mèneront jusqu'au muret, il comptait aussitôt entamer sa grimpette, commençant depuis le point le plus proche de la première ouverture qui s'offre à lui. En même temps, il comptait également observer les mouvements de la garde et jauger la distance qui les séparaient de la foule, ainsi que de la rune qu'il avait posé quelques instants plus tôt.
Actions :
- Traverser la foule en direction d'un mur, un vrai. Sneaky Sneaky~
- Escalader le mur, en direction d'une fenêtre quelconque.
- Observer les mouvements de la garde et la position de la rune.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1314
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Ven 19 Mai 2017, 12:09 pm

Jets de dés:
 

Rodrigue n'avait pas trop le choix. Là où il se trouvait, les bâtiments les plus proches étaient les entrepôts attenant au centre de triage du Creuset, long édifice longeant le quai central. Il n'était plus très loin, mais cela l'amenait proche de la rangée de gardes, derrière leurs longs boucliers, qui se tenaient en ligne bien droite sur les barricades magiques, qui d'aussi prêt, ressemblaient à des glissements de terrain artificiel. La foule était compacte, mais restait éloignée des barricades. Ce n'était pas très complexe à comprendre, derrière leurs boucliers, la plupart des soldats tenaient de longues épées, bien suffisantes pour couper les doigts ou les mains qui auraient l'intrépidité de se présenter.

Mais les entrepôts avaient l'air fermés, juste à coté. Barricadé plutôt. Les lourdes portes cochères, capable de faire sortir les énormes wagons de transport vers la Ruche ou l'Ile étaient tellement épaisses que personne n'osait vraiment tenter de les percer. Mais les murs étaient en grosse pierre irrégulière, avec largement suffisamment de prises pour pouvoir monter jusqu'aux premières ouvertures d'aération. Ce n'était certainement pas la solution optimale. Il n'y avait pas d'étages de l'autre coté, juste le grand vide de l'entrepôt. Mais en étant futé, Rodrigue arriverait à passer autant entre les soldats que les gangsters à ses trousses. Et puis il n'avait pas tant le choix que ça en terme de bâtiments à disposition.

Le jeune chasseur de rat fendit la foule, jouant des coudes et de son jeu de jambe pour se frayer un passage. Il y avait une sorte d'étrangeté dans la foule, si près des barricades. Les habitants semblaient comme en transe, invectivant les gardes, leurs jetant tout les projectiles qui leur venaient à la main. On aurait dit une énorme machine bien huilée, qui agissait presque d'une seule voix. C'était intriguant, mais leur relative indifférence aux agissement du chasseur de rat arrangeait bien la progression de ce dernier.

L'inconvénient c'est qu'elle arrangeait aussi celle de ses poursuivants. Belle Gueule notamment traversait la foule comme un couteau dans du beurre, un rictus tellement affreux sur le visage que les gens sur son passage préféraient se pousser plutôt que de résister. Rodrigue allait vite, mais Belle Gueule avançait sans résistance aucune. Il gagnait du terrain.

Le chasseur de rat arriva en trombe sur la porte barricadée et se jeta sur le mur attenant, l'escaladant en vitesse. Ses pieds trouvèrent difficilement des prises, mais il réussit tout de même à monter deux mètres avant qu'une énorme pogne se saisisse de sa jambe. Il eut le le temps de voir un rictus triomphant apparaitre sur l'horrible visage de son adversaire avant que celui ci ne le décolle du mur, comme on arrache un lierre, tentant de le projeter sur le sol. Mais Rodrigue réussit par miracle à se libérer de sa prise, et dans un roulé boulé de dernière minute se retrouva de nouveau debout, prêt à agir.

Il y avait moins de foule si prêt du mur, mais Belle Gueule lui barrait désormais la route, ses mains larges comme des plateaux ouvertes, prête à servir si le chasseur avait l'idée de retenter l'expérience. Derrière lui, deux des compères de la brute arrivèrent, essoufflés mais vigilants, et encerclèrent de nouveau Rodrigue, chacun ayant sorti leurs armes. Belle Gueule exultait.

"Je suis là Rodrigue, a la loyale, comme tu le demandes. Vas tu enfin te battre comme un homme ? Ou vas t on encore devoir te chasser comme le rat que tu es ?"

La brute n'eut pas le temps d'ouvrir de nouveau la bouche. Un étrange crissement se fit entendre d'en haut, comme le glapissement d'un renard. La seconde d'après, une forme tomba à ses pieds, son choc déversant un véritable cyclone de flammes autour d'elle et de Rodrigue, balayant l'espace alentour. Belle Gueule vola contre le mur s'assommant contre une pierre. Les voyous alentour furent projeté dans la foule. Toute la population alentour se vit projeter en arrière, tombant les uns sur les autres comme le blé faucher par le paysan. Rodrigue était incapable d'une telle puissance magique. Mais la signature de ce sortilège ne laissait pas de doutes sur sa provenance.

Une jeune femme en armure lourde, l'épée au clair, se redressa rapidement. Sur son visage on voyait sa peur et sa colère se battre dans une expression complexe mais tellement familière. Elle se précipita sur Rodrigue, lui attrapant le visage, l'examinant. Ses yeux, à moitié couverts par des cheveux d'un brun doux, tombèrent rapidement sur le coquard issue de la rixe précédente. Ils s'humidifièrent perceptiblement, remplis d'inquiétude.

"Tu es blessé ? Tu vas bien ? Qu'est ce que tu fais là ? Pourquoi es tu là ?"

Alice, sa sœur Alice, portant tout les insignes de son rang, de son grade, de son appartenance à l'armée, se trouvait devant lui. Elle le regardait comme s'ils étaient seuls au monde au milieu de ce cercle de personne balayées par sa magie, qui tentaient de reprendre leurs esprits avec difficultés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Dim 21 Mai 2017, 6:14 pm

La course-poursuite fut longue et exténuante, ce qui se reflétait clairement dans les mouvements de bras et de jambes de Rodrigue lors son ascension de la façade. Il avait beau être habitué à ce genre d'exercice, cette fois-ci, il ne parvenait tout simplement pas à dépasser l'obstacle à la vitesse souhaitée. A cause de cela, son poursuivant finit par le rattraper et à l'arracher du mur, le faisant inexorablement tomber à terre. Néanmoins, lors du processus, Rodrigue parvint miraculeusement se libérer de la prise de son assaillant et à s'écarter de lui grâce à un habile saut sur le côté.

Une fois son équilibre rétablit, Rodrigue leva promptement son menton afin d'observer les trois silhouettes qui commençaient à l'encercler.

De toute évidence, il était revenu à la case de départ. Même si cette fois-ci, il y avait moins d'ennemi à gérer que la dernière fois.

Instinctivement, la main gauche du bretteur se posa sur la paume de son épée. Les sens aux aguets, il ne manqua pas à remarquer la tornade de feu qui arrivait droit sur ses adversaires. Accompagnée d'un drôle de crissement, la silhouette flamboyante s'abattue violemment contre les trois brigands, envoyant deux d'entre eux sur la foule, tandis que le dernier s'écrasait lourdement contre la façade de l’entrepôt. Ignorant royalement les trois individu qu'elle venait de baigner dans les feu de dieu, la nouvelle arrivante fonça aussitôt dans la direction du brun

Répondant à son instinct d'auto-préservation, les deux bras de Rodrigue se levèrent en croix devant lui afin de stopper la jeune femme qui arrivait droit dessus, pour finalement se raviser au dernier moment.

Cette trogne anxieuse qui lui faisait face ne lui était pas inconnue. Il devait même dire qu'il s'attendait à la voir ici, au milieu de cette folie.

L'expression à mi-chemin entre l’embarras et le soulagement, Rodrigue baissa lentement ses bras avant de répondre aux inquiétudes d'Alice.

- C'est à dire que personne n'a pensé à me filer le mémo disant qu'il allait y avoir une insurrection après le déjeuner. Alors, une fois mon sandwich terminé, je me suis retrouvé à le digérer en fuyant une bande de bouchers sociopathes.

Et à chercher un moyen de tourner la situation à son avantage. Mais, il n'allait jamais révéler cette partie-là de sa personnalité à sa sœur. Le regard qu'elle portait sur lui risquait de changer.

Pour l'heure, il se contentait de sourire bêtement en se grattant l'arrière du crane. Se demandant s'il devait ou non se sentir embarrassé par l'attention qu'il était entrain de recevoir.

- Et toi ? Tu n'est pas sensée... Disons, mettre un terme à la dite insurrection ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1314
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: Rodrigue - 1 - Folie Urbaine   Mar 23 Mai 2017, 7:04 pm

"Stupide petit corbeau..."

Des larmes de soulagements se faisaient sentir dans le regard d'Alice, alors qu'elle l'étudiait encore, relevant un dread brun qui lui couvrait la tempe, examinant sa blessure. La main de sa soeur sur son visage s'était arrêté de trembler, elle commençait à se calmer, après l'adrénaline de l'instant précédent. Ses yeux se fronçèrent imperceptiblement.

"Je le savais. Je savais que je te trouverais dans tout ce chaos. Ne pouvais tu pas pour une fois rester sagement à la maison ! Tu vas nous tuer à nous faire peur de la sorte !"

Elle enfonça son doigt ganté dans la tempe bleue du jeune chasseur de rat. Ce n'était pas si violent, mais la douleur était réelle, comme un rappel familial. Sa soeur était en colère, même si elle avait du mal à l'exprimer en face de lui. Ses yeux étaient insoutenables de désaprobation, ce qui obligea le jeune voyou à détourner la tête, au moins quelques instants.

Ses yeux parcoururent les alentours. Alice avait sonné au moins une vingtaine de personnes autour d'eux, qui gisaient inconscient sur le sol. Rodrigue avait rarement vu ce genre de prodige magique, même de sa part. Le degré de contrôle nécessaire pour arriver à un résultat aussi propre, sans aucune réelle blessure, était impressionnant. Mais il y avait beaucoup d'autres gens alentours qui se relevaient difficilement. Ayant été au centre de l'oeil du cyclone, Rodrigue ne pouvait pas le sentir, mais tout les signes indiquaient l'incroyable désorientation des gens autour d'eux.

Le reste de la foule par contre, commençait à se reveiller. Le jeune chasseur remarqua les émeutiers grogner, discuter vivement entre eux, brandir leurs armes, les regarder d'un oeil noir. Ils n'allaient pas foncer immédiatement, mais ça ne saurait tarder. L'étrange cercle de sécurité qu'Alice avait crée ne tarderait pas à s'écrouler.

Quelque chose attira le regard de Rodrigue, un mouvement dans la foule. Furtif, un homme s'avançait entre les gens, comme un serpent dans le sable. Il attrapa l'épaule d'un émeutier, dont l'expression changea immédiatement de haine brute à respect solennel. Il se poussa sans même qu'on ai à lui demander, dévoilant la silhouette de l'homme, portant une longue bure de couleur sombre, brodée d'un rouge sanguin. Une orbe se formait dans sa main droite !

Le jeune chasseur n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit. La main se dressa soudainement, et un rayon d’énergie furieux s'en échappa, frôlant de peu le jeune voleur. Le temps sembla se ralentir, alors que Rodrigue n'arrivait pas à détourner ses yeux du mage : Son visage était sec, le menton en pointe sans le moindre poil, sous un nez aquilin et des yeux d'une étrange couleur violette, presque lumineux. Il avait un rictus triomphant, les canines apparentes, levant le menton tout en lançant son sort. Un étrange tatouage, comme une tête de serpent à cornes lui montait le long du cou, se terminant sur sa joue.

Puis il sentit quelque chose de mouillé sur sa joue, chaud, à l'odeur de fer. Reprenant ses esprits il tourna les yeux. Sa sœur le regardait toujours, du sang perlant au coin de sa bouche. Sa main libre remontait le long de son ventre, de son torse, jusqu'à un trou fumant dans son armure qu'elle tenta de couvrir. Rodrigue n'eut que le temps de l'attraper avant que ses jambes ne lâchent sous son poids. Les yeux de sa sœur, fixés par le choc, se refermant de secondes en secondes.

Ce fut à cet instant que la lourde porte de l’entrepôt s'ouvrit avec violence, faisant déferler tout un régiment de soldats...

Le mage au tatouage avait disparu dans la foule.

Citation :
Fin du chapitre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rodrigue - 1 - Folie Urbaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La folie des BAM ! [FINI]
» Agriculture en zone urbaine face au deficit d'infrastructure
» L’argent conduit à la folie !
» Crise de folie... |Libre|
» Orks en guerre urbaine...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes d'Arathiel :: Le coin RP :: Les Flammes de la Révolte-