AccueilAccès au siteRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer
Partagez | 
 

 2 - Premier sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: 2 - Premier sang   Mar 23 Mai - 20:13

Harakis & Rodrigue - 2 - Premier Sang


Les soldats couraient en hurlant, opérant un mouvement en pince pour protéger leur cible. Les émeutiers reculaient, en poussant des cris. Le chaos n'était pas loin.

Au milieux de tout ces hurlements, la Capitaine Alice venait de perdre connaissance, son bras tombant mollement le long de son corps, un dernier regard vers Rodrigue, qui tentait difficilement de la garder debout. Le jeune chasseur se sentit observé.

Un homme le dévisageait, l'épée au clair, portant les mêmes couleurs qu'Alice. Il était grand et fin, les cheveux d'un brin mi long tombant autour d'un visage propre et pointu, d'une beauté singulière. Son uniforme déparait avec ceux de ses congénères. Plus propres, moins renforcé, mieux taillés. Il lui faisait comme un long manteau d'officier. Et ses manières ne laissaient rien douter de ses origines.

Il semblait diriger les soldats, par le biais d'un autre soldat. Dans son autre main, un insigne aux mêmes symboles que l'armure de sa soeur.

"Sire ?"

Harakis dévisageait la tête du jeune voyou devant lui. Long et sec, à la musculature marquée, il portait de longues tresses brunes qui, malgré une attache en queue de cheval, lui cascadaient sur les épaules. Son visage allongé arborait une petite barbiche tressée sur les habits rapiécés courants du petit peuple de la Fourmilière. Des tatouages parcouraient son bras nus et ses yeux d'un bleu pur perçant attiraient le regard. Le reste de son visage était difficile à discerner sous toute sa crasse.

Il semblait tenir la Capitaine Alice comme si sa vie en dépendait.

"Sire !!"

Harakis détourna la tête. A ses cotés, le caporal qui l'avait aidé à rassembler ses hommes.

"La foule ne va pas tarder a se réveiller. Que fait-on !"


Autour des deux hommes, et du cercle de militaire les protégeant, un remugle commençait à prendre l'ampleur. Des armes de fortunes commençaient à apparaitre parmi les premiers rangs.

Notes:
 


Dernière édition par Smil (MJ) le Mar 23 Mai - 23:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Mar 23 Mai - 22:27

Rodrigue se grattait encore la trempe suite au petit coup délivré par Alice au moment où ça s'était déroulé. Cette simple fraction de seconde fut à la fois la plus courte et la plus longue de toute son existence. Le choc figea son corps un long moment, pratiquement une éternité à ses yeux, avant de finalement le libérer de son emprise, le laissant se jeter corps et âme vers Alice alors que celle-ci s'effondrait au sol.

Arborant une expression illisible sur son visage, Rodrigue serra désespérément sa sœur contre son torse, refusant à la fois de la laisser tomber au sol et de la regarder dans cet état de torpeur. Le regard rouge de fureur, le brun observait silencieusement le sol tandis que son esprit tentait de remettre les pièces du puzzle en place.

Il avait du mal à comprendre ce qui venait de lui arriver. L'idée même d'avoir le corps inanimé d'Alice entre ses bras lui était invraisemblable. Il trouvait même cela ridicule, au point où il commençait sérieusement à prendre en compte l'hypothèse selon laquelle tout cela n'était qu'un rêve. Seulement, l'armure froide qu'il tenait dans ses bras fit s'écraser contre lui l'implacable réalité. Sa sœur ne bougeait plus d'un pouce, elle était très certainement mourante.

Le corps tout aussi inanimé que celui de sa sœur, l'esprit du brun, lui, commençait à focaliser le flux de ses pensées dans une direction très particulière, qu'il avait observé à de nombreuse reprises chez d'autres individus. Sa conscience commençait tout simplement à chercher un responsable, une personne sur laquelle il allait pouvoir jeter son dévolu, ainsi que déverser son chagrin. Plusieurs silhouettes se bousculaient dans sa tête. Certaines apparaissaient, d'autres disparaissaient. Leur nombre chutait et certaines commençaient à s'afficher clairement devant ses yeux. C'est à ce moment-là qu'il mit un terme à son fil de pensée, se rendant compte de sa simplicité ainsi que de sa contre-productivité. Il fit donc chavirer le court de ses pensées, vers une voie plus saine et plus productive cette fois-ci.

Il se mit, tout naturellement, à chercher un moyen permettant de stabiliser l'état de sa sœur.

Que devait-il faire dans ce genre de situation ? Ou plutôt, que pouvait-il faire ? Lui, qui avait jusqu'alors passé toute sa vie à courir après des rongeurs et à cueillir des champignons. Que pouvait-il faire pour sauver l'unique personne qui comptait à ses yeux ? La réponse, aussi désolante soit-elle, se résumait en un mot : rien. Pas de le lui même, du moins. Ce qu'il devait faire était donc de demander de l'aide à une personne plus compétente que lui dans ce domaine.

C'est donc porté par cette énergie motrice que le visage trempé de sueur de Rodrigue se leva en direction de la foule. Le regard vacillant, il éleva la voix à l'attention de tout le monde, sans choisir de destinataire à son crie de secours.

- Un médecin... ! Y a-t'il un médecin ici !!? Cria-t'il, la voix clairement teintée de rage.

Le souffle coupé, Rodrigue observa de long en large la totalité des personnes qui les entouraient lui et sa sœur, remarquant au passage la forte présence de la garde de royale dans les lieux. C'est à ce moment-là que son cerveau se figea.

Il était entrain d'essayer, pourtant. Il tentait de toute ses forces de ne penser à rien d'autre qu'au moyen d'aider sa sœur. Mais pourtant, sa nature avait reprit le dessus.

Il visualisa à nouveau cette silhouette. Celle de l'homme qui était à l'origine de la situation dans laquelle il se trouvait. Il se remémorait de sa burne noire, brodée de rouge, ainsi que de l'orbe magique qu'il tenait dans la paume de sa main.

Puis, il explosa de colère.

- Tu va regretter ce que tu viens de faire, sale enfoiré ! Crois-moi, je vais faire de ta vie un enchainement sans fin de douleur et de regret. Tu ne paye rien pour attendre ! Hurla-t'il par la suite, comme s'il venait de libérer la bête qu'il avait en lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harakis
Aventurier
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 23/03/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Mer 24 Mai - 0:40

Par chance, l’insigne avait un véritable pouvoir visiblement. Peut-être moins dans une situation normale, mais dans la situation de crise où ils se trouvaient en ce moment, la plupart du monde voulait sûrement savoir quoi faire pour que cette situation arrête d’empirer de minute en minute. La population n’avait aucune idée de ce qui l’attendait si elle ne décidait pas de coopérer prochainement … et même les soldats ne le savaient pas en vérité. Il fallait faire vite … toujours plus vite pour éviter la saignée d’Hiloroth.
 
Par chance, les hommes qu’il avait devant lui était dirigé par un caporal et ce dernier semblait bien connaître ses hommes lorsqu’il leur donna l’ordre de formation. Harakis eu quand même un pincement au cœur lorsqu’il se fit appeler soldat … mais il n’avait pas de temps à perdre avec des détails de la sorte. Il était temps d’agir pour sauver sa Capitaine coûte que coûte.
 
À la perfection, les soldats se déplacèrent et la vague créa de l’effroi … ce qui était justement une bonne idée. Chaque seconde que les soldats de l’armée gagnaient, c’était une seconde de plus pour organisé leur retraite dans l’entrepôt et se barricader de nouveau pour accorder de meilleur soin si la Capitaine c’était blesser …
 
… et blesser était un mot léger lorsqu’il vit le bras pendant de la Capitaine. Il ne semblait pas y avoir de sang sur ce bras, mais à voir le sol à ses pieds, il n’y avait aucun doute qu’elle était en train de se vider et qu’elle aurait besoin d’aide d’un véritable médecin qui pourrait soigner cette plaie rapidement. Il connaissait bien un moyen d’arrêter la blessure de saigner, mais il n’était pas prêt à utiliser ce moyen qu’en dernier recours.
 
« Caporal! Si vous avez quelqu’un qui s’y connait un tant soit peu en médecine, faite-le venir ou bien envoyé chercher un médecin de terrain! Il est hors de question que je perde mon officier supérieur ce soir! »
 
Il regarda le jeune homme qui la tenait en ce moment et il devait avoir quelque chose entre eux pour qu’elle ait pris ce risque de dingue! Pourtant … il n’était pas certain … Enfin bon! Si elle avait décidé de le sauver, il n’allait pas commencer un long débat sur la marche à suivre. Qu’importe qui il était pour le moment, il ne semblait pas être un ennemi et c’est ce qui comptait le plus … en plus qu’il semblait savoir qui avait pu mettre la Capitaine dans un tel état.
 

« Soldats! Retraite organisé en gardant la population à distance! Nous reculons pas à pas pour protéger la Capitaine et le jeune homme! Pas de mouvement brusque. Les soldats à l’arrière, venez aidez ce jeune homme et la Capitaine à reculer! »

Quant à lui, il n’avait pas de temps à perdre. Il ne pouvait refermer ses plaies sans danger, mais il pouvait au moins lui permettre de retrouver conscience plus rapidement que la normal. Il concentra l’énergie vitale qu’il sentait autour de lui et la propulsa vers la Capitaine tout en psalmodiant ces invocations pour donner un regain d’endurance. Il ne connaissait pas grand-chose au corps humain, mais il savait que plus longtemps elle serait dans l’inconscience, plus son état s’aggraverait rapidement …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Mer 31 Mai - 23:21

Jets de dés:
 

Harakis se précipita sur la capitaine, pendant que Rodrigue criait sa colère. Ses mains attrapèrent sa tête inconsciente, alors qu'il psalmaudiait ses mots de pouvoirs, dans l'idée de lui redonner conscience. Le caporal sentit la magie affluer, mais il ne ressentit aucun effet, d'aucune sorte. La situation n'aidait pas à se concentrer correctement.

La foule approcha, désormais prête à faire une tête au petit groupes de soldats. Mais ceux ci avaient une mission, et étaient bien décidés à la mener à bien. Par l'aide conjuguée des ordres d'Harakis et de l'autre caporal, les soldats disparurent derrière leurs boucliers, opérant une manœuvre de repli stratégique. Rodrigue, qui tenait encore sa sœur entre ses mains, se retrouva poussé sans ménagement vers la porte de l’entrepôt, en compagnie du caporal à ses cotés. Des projectiles volaient de tout les cotés, venant se briser sur la ligne de boucliers.

Les soldats disparurent derrière la double porte avant même que les émeutiers n'arrivent au contact. Un rapide coup d’œil indiqua que personne parmi les soldats n'était blessé. Quelques contusions tout au plus. Par contre, au dehors, s'entendait les rugissements de la foule. Il était fort possible que cela ait été l'étincelle qu'attendait cette poudrière.

La Capitaine Alice fut allongée à même le sol, et le caporal s'approcha, débouchant une petite fiole cachée dans sa ceinture. Sans attendre, il la versa à même la blessure, le liquide rouge sang s'engouffrant dans l'armure en crissant comme un acide, des bulles de sang apparaissant par intermittence.

Deux secondes plus tard les yeux de la capitaine s'éveillèrent brusquement, et elle tenta par réflexe de se relever avant d'hurler de douleur en se tenant la poitrine. Elle haleta quelques secondes avant de tourner la tête autour d'elle, frénétiquement.

"Rodrigue ! Où es tu ?! Rodrigue !"


Échevelée, les yeux fous, les dents apparentes, elle semblait prise d'une terrible et réelle crise de panique. Cela ne sembla pas surprendre le caporal, qui rangea sa fiole dans sa ceinture avec un petit soupir, avant de se tenir à l'écart. Sa mission terminée, l'officier semblait plus préoccupé par ses hommes et sa place dans toute la bataille qui arrivait. Il s'éloigna en aboyant quelques ordres, laissant Harakis et Rodrigue gérer la situation.

Notes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Jeu 1 Juin - 15:38

Lorsque le soldat à la chevelure brune s'approcha de sa sœur, Rodrigue le braqua tout d'abord des yeux, suspicieux. Puis, après une brève réflexion, il décida de lui faire confiance. Il travaillait dans le même milieu que sa sœur, après tout. Il ne pouvait être que son allié.

Il continua donc à l'observer silencieusement, alors que la magie de l'individu affluait dans ses mains. Il attendait patiemment une réaction de la part de sa sœur. Cependant, plus les secondes défilaient et plus les chances de la voir ouvrir de nouveau ses yeux s'affaiblissaient.

Au final, rien se passa. Le soldat se releva et ses alliés se mirent dans une formation défensive avant de se mettre à le pousser lui et sa sœur en direction d'un entrepôt adjacent. Le voyou, comprenant ce qu'on attendait de lui, se releva, les mains chargés par le poids de sa sœur. Après quoi, il chargea à toute allure en direction de l'énorme double-porte qui se trouvait au bout de la formation militaire.

Une fois la porte franchit, le jeune traqueur de rat parcourra encore une poignée de pas avant de mettre un terme à sa course. Puis, suivant les instructions d'un des soldats à proximité, il posa Alice à même le sol et laissa l'individu en question s'occuper d'elle.

Par contre, il refusait catégoriquement de la lâcher des yeux. Il comptait bien veiller sur elle 24h/24 s'il le fallait. Il n'allait pas la lâcher d'une semelle, tant qu'elle était inconsciente. Anxieux, mais néanmoins conscient de son inutilité dans ce genre de situation, Rodrigue se tint à carreaux juste derrière la personne qui s'occupait de sa sœur. Il observait nerveusement celui-ci déverser un étrange liquide sur la blessure de sa sœur. Puis, une poignée seconde plus tard, la blessée se releva en sursaut et se mit à crier le nom du voyou.

Le concerné se releva aussitôt afin de lui être visible. Puis, tout en se dirigeant vers elle, il lui adressa la parole sur un ton sarcastique.

« Qu'est-ce que c'était que ça, madame la capitaine ? Tu n'a pas honte de te faire avoir par un sort aussi faible que celui-ci. Qui ne t'étais même pas destiné, d'ailleurs. »

Son sourire moqueur s’effaçait petit à petit, tandis que son regard éhonté oscillait sur le côté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harakis
Aventurier
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 23/03/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Sam 3 Juin - 18:23

Non mais … tous ces émeutiers ne pouvaient-ils pas se la fermer au final? Harakis pouvait bien comprendre pourquoi ils étaient en colère, et ils n’avaient pas complètement tort au bout du compte, mais la magie que tentait de mettre en application Harakis demandait de la concentration. Était-ce simplement le stress de voir son officier supérieur mourir devant lui sans en savoir la véritable raison?
 
Sentant la magie restée inopérante, il serra ses poings et se concentra alors sur les mouvements de masse. Le bain de sang commandé par le Commandant Tancred pourrait commencer d’un instant à l’autre.  Heureusement, le caporal savait coordonné ses hommes et le repli stratégique ce passa sans de blessé au sein de l’armée. Les soldats avaient pour ordre pour le début de ne pas attaquer directement la population … mais il se doutait bien que ces premiers commençaient à avoir les nerfs à vif.
 
Harakis ne restait pas trop loin de la Capitaine, mais comme sa magie n’avait pas fonctionné, il fut bien content que le caporal ait un moyen à sa disposition pour réveiller la Capitaine. Il ne s’y connaissait pas en alchimie, mais il ne pouvait nier que le liquide qu’avait utilisé le caporal avait été efficace à souhait. Revoir les yeux de la Capitaine le soulagea et il se promit de demander à caporal … un jour … la recette de cette potion ou bien tout simplement le nom d’un marchand qui pourrait lui en vendre.
 
Il resta en retrait tout en continuant de regarder le jeune homme que la Capitaine avait sauvé. Aux différents échanges qui s’en suivi, il était certain que les deux personnes se connaissaient. Le lien qui les unissait n’était pas encore clair, mais il devait être important. Peut-être la Capitaine allait lui expliquer lorsqu’elle aurait repris son souffle, mais ce n’était pas encore le moment. Ce qui importait, c’est qu’elle soit en vie.
 
« Merci Caporal. Vous et vos hommes avez fait un travail remarquable. »
 
Il sourit en coin et hocha la tête pour remercier de nouveau le caporal et se concentra de nouveau sur ce qu’avait dit le présumé Rodrigue. Ainsi … c’était un sortilège qui avait blessé la Capitaine … Harakis se demandait si ce n’était pas un des chefs de groupe qui avait fait ça. Si oui … et même si non … il y avait de puissants pratiquants au sein de cette révolte. La blessure n’était pas mineure et avoir des magiciens renégats allaient compliquer la situation.
 

Le temps tournait et même s’il ne voulait pas brusquer la Capitaine dans son réveil, il savait très bien que le Commandant Tancred ordonnerait bientôt le bombardement sur la population. Pour le moment … il observait, mais bientôt, il devrait lui aussi s’imposer.

_________________
Harakys Sylvaresta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Mar 6 Juin - 17:38

Lorsque Rodrigue se présenta, la capitaine tenta de nouveau de se redresser, mais hurla de nouveau de douleur en retombant sur le sol, sa main crispée sur le trou du plastron. Son visage était rougi par l'adrénaline, presque féral, mais elle réussit à reprendre un semblant de conscience supérieure, sa respiration saccadée, sifflante se calmant, peu à peu.

Elle émit un ricanement nerveux à la blague de son frère, qui se transforma immédiatement en un gémissement de douleur. Elle était en totale incapacité de bouger correctement. Cela ne l’empêcha tout de même pas de tourner la tête vers le jeune chasseur de rat, souriante.

"Tu sais que j'ai toujours été la favorite..."


Sa voix était rauque, et elle ne put parler d'avantage avant de tousser piteusement. Ses inspirations s'espaçaient à mesure que son corps luttait contre l'adrénaline et la perte de conscience.

Le caporal s'était éloigné après avoir accompli sa mission, sans même daigner jeter un regard aux remerciements d'Harakis. Une fois ses ordres posés, il s'était échappé par la porte donnant sur la foule, certainement pour vérifier par lui même la situation auprès de ses vrais chefs. Harakis avait pu voir une certaine gêne maussade dans ses yeux alors qu'il disparaissait. Le caporal, malgré son aide, ne semblait pas vraiment d'accord pour continuer à entendre un aide de camp.

Au dehors, le bruit commençait à monter. Hormis les cris, Harakis pouvait entendre le bruit de projectiles, bien plus lourds et nombreux qu'auparavant. Il semblait que la foule commençait à attaquer les barricades, mais les soldats ne ripostaient pas encore de leur pleine puissance.

"Harakis..."

C'était la capitaine. Elle l'appelait. Elle tentait de se relever péniblement, s'appuyant sur le jeune voyou, se mettant en position assise. Elle respira difficilement avant de redresser la tête, son regard de nouveau focalisé.

"J'espère que vous avez été plus attentif que moi. Avez vous vu ce qu'il s'est passé ? Ou qui m'a agressé ?"


Dernière édition par Smil (MJ) le Mar 6 Juin - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Mar 6 Juin - 19:33

Le genou à terre, Rodrigue se posa calmement à côté de sa sœur afin de veiller sur elle lors de son moment de faiblesse. A priori, malgré les soins administrés par le soldat, Alice souffrait toujours d'atroces douleurs affligées par sa blessure. Ce qui laissait croire au voyou que le liquide non-identifié de tout à l'heure n'avait pas pour effet de calmer le système nerveux. Mais, plutôt, de le simuler afin de forcer son réveil. Du moins, c'était l'analyse qu'il avait faite en voyant sa sœur se relever en sursaut pour finalement être prise de vertige et souffrir d'une tension à en crever le plafond.

Impuissant, le brun observait les petites mains frêles de sa sœur s'élever pour couvrir la partie trouée de son plastron. Il l'écoutait calmement, en portant d'avantage attention à sa respiration saccadée qu'à ses paroles décousues. Malheureusement, Rodrigue pouvait difficilement affirmer que les soins du soldat avaient améliorés l'état de la blessée.

Elle était sortit de son coma, certes. Mais, à cause de cela, son corps s'était vu privé d'un repos qui aurait pu lui être salvateur. De plus, le soldat ne lui avait rien donné afin de contrer la douleur. De ce fait, Alice s'était tout simplement relevée afin de subir la douleur de plein fouet. Il pouvait comprendre le fait que les soldats avaient besoin d'elle en ces heures sombre, mais tout de même, après tout ce qu'elle venait de subir, elle avait bien méritée de se reposer un instant. D'autant plus qu'avec tout le sang qu'elle avait perdue, elle n'allait certainement pas leur être d'une très grande utilité.

Silencieux, le jeune traqueur de rat prêta son épaule à la brune afin de l'aider à se redresser. Après quoi, il tourna son visage en direction de l'homme auquel elle adressa la parole, l'air grave.

Le regard inquisiteur du petit frère se posa sans gêne sur le minois du dénommé Harakis, le jaugeant de haut en bas avant de soupirer de désapprobation.

Il laissa suffisamment de temps au jeune homme pour s’exprimer à son aise avant de s’immiscer dans leur discussion.

« Un orbe magique qui tire des projectiles à la vitesse de l'éclair et un tatouage de serpent à corne. Ça te dit quelque chose ? » Répondit-il à son tour à la question d'Alice.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harakis
Aventurier
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 23/03/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Jeu 8 Juin - 22:47

Le temps passait et même si elle souffrait en ce moment, Harakis n’en doutait pas une seconde, il se doutait bien que si la population commençait à être bombarder pendant qu’elle se reposait, elle aurait encore plus mal. À moins qu’elle demande au Caporal, qui s’était dirigé vers ses hommes quelques instants plus tôt, de lui amener une civière et de l’amener devant le Commandant Tancred, ce qu’il ne croyait pas qu’elle allait faire connaissant son orgueil, ils auraient peut-être de la difficulté à empêcher le triste évènement.
 
Le jeune homme qui était à ses côtés le jugeait, mais Harakis en avait cure. Qu’importe ce qu’il pouvait bien penser de lui en ce moment. Il devait faire partie de ce genre de gens qui jugeait les gens sur leur naissance à place de juger par les actes et les paroles. Tant pis. Ce soir, c’était une révolte qu’il y avait à Hiloroth … pas une virée dans les différentes tavernes de la Ruche. Il n’était pas là pour se faire des amis, mais bien pour empêcher que la situation sociale empire.
 
La médecine n’était vraiment pas le domaine d’Harakis, mais comme l’alchimie quelques instant avant, il se doutait bien que quelques notions de premier soin n’auraient peut-être pas été de trop. En même temps … il ne pouvait pas tout savoir. Il avait choisi la tactique comme certain choisissait la médecine. Chacun son domaine!

Il sorti de ses pensées lorsque la Capitaine tourna son visage vers lui et l’appela. Il était temps de replonger dans la bataille visiblement. Il savait que la Capitaine ne serait pas d’attaque pour aller courir un marathon, mais ce n’était pas une raison pour qu’il fasse tout ce qu’il pouvait pour arrêter le tic-tac mortel. Il s’approcha donc et mis un genou un sol pour être à la hauteur de la Capitaine.  En voyant le regard déterminé qu’elle avait, il savait qu’elle prendrait des décisions pour Hiloroth.
 
« Je suis bien heureux de vous revoir les yeux ouvert Capitaine. Vous faites honneur à votre réputation en ayant sauté pour sauver ce jeune homme. Pour revenir sur un sujet plus sérieux, j’ai bien remarqué quelque chose. Les groupes que l’on voit depuis tantôt devant la barricade et qui semblent se mouver dans un chaos organisé, c’est qu’ils sont dirigés par quelqu’un.
 
Au centre de chacun des groupes, il y a quelqu’un qui est ignoré de tout le monde, mais c’est lui le chef! Il gesticule et parle et même si personne ne semble se préoccuper de ce qu’il fait, mais son unité, car c’est bien ce qu’ils sont, lui obéis au doigt et à l’ordre. Ils bougent tous en même temps, mais comme personne ne regarde les autres, le tout semble chaotique pour nous.
 
Je n’ai pas remarqué de signe distinctif qui pourrait les affiliés à un groupe, mais dans chaque groupe, il y a un leader … et ils sont tous humain. »
 
Il regarda de nouveau dans ses souvenirs en essayant de se rappeler s’il avait oublié quelque chose, mais rien lui vint. Il regarda la porte qu’il avait emprunté pour entrer dans l’entrepôt.
 

« Capitaine, j’ai entendu votre conversation avec le Commandant Tancred. Je sais que vous êtes une femme forte et une femme de valeur et qui a des bons principes. Par contre, le Commandant va sûrement bientôt ordonné à l’Armée de bombarder la population. Excusez-moi de vous privée d’un repos pour mieux vous remettre, mais nous … vous devez aller voir le Commandant avec cette information. Nous ne pouvons laissez la majorité de la population payé le gros prix … »

Harakis ferma les yeux un bref instant et ce concentra. Maintenant que la Capitaine avait repris conscience, il serait peut-être plus aisé pour sa magie de lui redonner un peu de vigueur. Il murmura quelques mots et laissa la magie faire son œuvre si elle voulait bien ce plier à sa volonté cette fois.

Spoiler:
 

_________________
Harakys Sylvaresta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Dim 11 Juin - 4:09

Harakis s'approcha pour appliquer son sort à la capitaine, mais celle ci recula son bras, lui lançant un regard sombre.

"Je ne suis pas en sucre, Sylvaresta... Et je n'ai pas besoin non plus de vos flatteries..."

Elle se retourna vers Rodrigue, ses traits se détendant.

"Je n'ai absolument rien vu de l'attaque, je vais donc devoir faire entièrement confiance à ce que tu as vu Rodrigue..."

Elle se repositionna en faisant une grimace.

"Ce n'était pas une orbe magique, très certainement. Un mage n'a pas besoin de maintenir une orbe de magie pour lancer un éclair... Mais par contre, une orbe de convection, comme ce qu'utilisent les guetteurs, ou mages de guerres..."

Ses yeux vinrent à la rencontre de ceux d'Harakis, elle savait qu'il savait.

"... Permet de supercharger un sort ... Enfin, ça dépend de la qualité. Dans les mains d'un mage, même médiocre, doubler, tripler la puissance d'un sort est bien suffisant pour tuer quelqu'un. Mais ce genre de matériel n'est pas facile à se procurer. Non seulement il faut une pierre d'une extrême pureté, mais il faut également les compétences pour en créer... Ou s'en servir. Bref ! Ce n'est pas le plus important maintenant."

Elle se massa la tempe, tentant de reprendre une bonne fois pour toute ses esprits, son regard se tournant vers son frère.

"Rodrigue... Cet éclair était pour moi. Un seul éclair à fait un trou dans ma poitrine, malgré mon armure. Je n'imagine même pas ce qui se serait passé si le sort avait dévié un tout petit peu sur la droite. Ce mage préparait une attaque d'opportunité. Coupez la tête et c'est tout un régiment qui tombe... Je... Bon sang, nous sommes tous en danger..."

La capitaine tenta de se relever, mais pris appui sur son bras sensible et tomba sur le coté, gémissant de douleur. Alors que l'on venait l'aider à la relever, elle chassa les mains, hurlant presque un "j'vais bien!" excédé. Quelques secondes plus tard, elle était droite, bien que chancelante, soufflant bruyamment sous la tension.

"Il faut prévenir le commandant. Ce n'est pas de petits groupes isolés. Ce n'est pas juste une émeute..."

Elle fit un pas vers la porte, qui lui décrocha un nouveau gémissement.

"Sylvaresta ! Partez devant préparer la communication. Rodrigue. Aide moi s'il te plait."

Sans attendre, la capitaine commença a avancer vers la porte en se tenant le poitrail, vers l'entrée de la forge royale, vers le miroir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harakis
Aventurier
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 23/03/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Mer 14 Juin - 23:57

Harakis recula la main lorsqu’elle lui lança le regard noir. Il n’avait fait ça que pour l’aider et puis il y avait la désapprobation dans le regard du jeune homme, Rodrigue selon les dires du Capitaine.  Tant pis. Au fond de lui, il savait que c’était une battante qui se battait avant tout pour la population d’Hiloroth que pour elle-même. Si elle avait sa position actuelle, c’est qu’elle avait fait beaucoup de sacrifice jusqu’à présent. C’était une dure qui voulait toujours se prouver autant à elle-même qu’à ses supérieurs.
 
« C’est comme vous voulez Capitaine. »
 
Néanmoins, il ne pouvait nier qu’elle aurait besoin de soin de plus longue durée lorsque tout ça s’arrêterai. Elle pourrait sûrement se reposer quand la révolte se calmerai et que la paperasse serait finie … sûrement que cette dernière partie n’était pas sa préféré.
 
Il écouta ce qu’avait à dire Rodrigue et hocha la tête en comprenant de ce qu’il parlait. Alice et lui avait déjà vu de tel orbe durant leur apprentissage à l’Ordre et c’était inquiétant qu’il en a un, voire plus dans le pire scénario, entre les mains des révoltés. Il ne faisait aucun doute pour Harakis qu’un groupe parrainait ou ce servait des émeutiers pour utiliser une puissance destructrice. Après ça … le gros du problème … était de savoir la puissance de base des magiciens qui s’en servait. Plus ils étaient puissants, plus ils pourraient faire de dommage.
 
(Par Lô … L’armure n’a pu rien tenir et peut-être que ce gars n’était pas à sa puissance maximum. Il peut peut-être faire tomber des bâtiments avec une telle puissance entre ses mains.)
 
À la voir se surmené pour être capable de se mettre debout en repoussant tout le monde qui voulait l’aider à se maintenir, Harakis ne pouvait avoir que du respect pour sa Capitaine. Elle méritait son poste amplement, qu’importe sa naissance ou sa beauté. Elle avait une prestance et quelque chose irradiait d’honneur chez elle. Elle insufflait le respect tout simplement. Ce n’était peut-être pas une mauvaise chose d’être son aide de camps, mais il n’avait pas pour autant envie de vivre dans son ombre. Il était sa propre personne aussi.
 
Il hocha la tête et salua légèrement la Capitaine avant de partir vers la porte qui allait le mener à la forge royale. Il allait la revoir bientôt, alors ça ne servait à rien de s’enfarger dans le protocole alors que la montre continuait à tourner. Il évita de déranger les soldats qui se trouvaient dans l’entrepôt et se faufila. La bataille faisait rage et il n’avait pas de temps à perdre.
 
Se remémorant l’endroit où il avait trouvé la capitaine quelques minutes avant avec les autres capitaines et le Commandant, il se dirigea. Il ne pouvait être sûr que tout le monde allait être au même endroit, mais ce qu’il savait, c’était qu’il avait besoin de trouver l’endroit où les armures semblaient être de meilleures qualités et les moins amochés : il avait besoin de trouver les Gardes Royaux. Le Commandant ne serait sûrement pas loin et sa Capitaine pourrait l’avertir de ce qu’ils avaient trouvés en ce si laps de temps.
 

Reste à savoir si l’information allait faire exploser la bombe qu’était le Commandant …

_________________
Harakys Sylvaresta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Jeu 22 Juin - 19:51

Le brun écouta silencieusement les explications de sa sœur. Selon elle, cet 'Orbe de convection' était un équipement plutôt notoire chez les mages, capable de décupler la puissance magique de son utilisateur. Pourtant, Rodrigue, lui, n'en avait jamais entendu parler. Sûrement un des démérites de sa non-scolarité à l'académie. Intrigué par cet objet aux caractéristiques si particulière, Rodrigue prêta tout particulièrement attention aux paroles de sa sœur. Après tout, il ne savait pas à quel moment ces informations allaient pouvoir lui sauver la vie. Cela étant d'autant plus valable maintenant qu'il avait en tête d'abattre l'homme au tatouage de serpent.

« Alice, tu n'est pas en état de te déplacer. Tu dois te reposer ! »

Une fois le briefing terminé, Alice s'appuya douloureusement contre le sol afin de se remettre sur pied. Inquiété par son sort, le jeune voyou leva son bras gauche dans sa direction afin de l'arrêter. Mais avant même qu'il ne puisse l'atteindre un soldat sortit de nul part vint prêter main forte à la blessée. Cette dernière, obstinée à se redresser par ses propres moyens, refusa prestement l'aide du militaire, le renvoyant brutalement là d'où il venait.

Anxieux mais néanmoins pas prêt à se mettre en travers de sa route, le petit frère de la capitaine se releva d'un seule coup avant de s'avancer jusqu'à son niveau.

Il ne l'avait jamais vu dans cet état. Le visage pâle, l'expression crispée et le ton ferme. Ce n'était définitivement pas l'Alice qu'il connaissait...

Continuant sur sa lancée, la brune donna un ordre au dénommé Sylvaresta, l'envoyant dieu sait où pour faire dieu sait quoi. L'air benêt, le jeune voyou se tint debout juste derrière sa sœur, zyeutant de temps à autre du côté des autres soldats. Ne sachant pas quoi faire de ses bras, il les colla contre ses hanches avant de pointer son regard désolé en direction du blanc-bec qui venait de répondre affirmatif à sa sœur.

« Dommage, tu était sur la bonne voie, pourtant... »

N'attendant pas spécialement de réponse de la part du jolie minois, Rodrigue n'exprima pas plus ses pensées. A la place, il fit un grand pas en direction de sa sœur afin de répondre à son appel. Puis, tout en posant le bras de cette dernière au-dessus de son épaule, il afficha un air sérieux et prit un ton narquois.

« Harakis pour les intimes et Sylvaresta pour le travail, hein. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Ven 23 Juin - 4:40

Alice, la sœur de Rodrigue, souffla avec irritation une mèche qui lui gênait la vue. Désormais maintenu par son frère, les deux avançaient lentement. Elle fit la moue à son commentaire narquois. Le caporal était déjà loin.

"Ça m'a échappé... Si je deviens familière avec mes hommes, ils ne se sentent plus pisser. Parfois, la simplicité fruste de la Fourmilière me manque..."

Disait elle en le regardant de coté, le sourire tout aussi narquois. Elle bougeait le moins possible le torse, et a raison. D'aussi prêt, Rodrigue pouvait voir que sa blessure lui traversait la poitrine de part en part, faisant deux trous dans l'armure, le sang ayant à peine coagulé la plaie, le moindre mouvement brusque menaçant de la rouvrir. Elle était consciente tout au plus, mais bien incapable de toute autre action pour l'instant. Elle serrait les dents sous l'effort, mais Rodrigue pouvait voir qu'elle se reposait très doucement sur lui. Elle pouvait marcher plus vite, mais ralentissais volontairement le pas. Sa voix se mua en chuchotement.

"Nous sommes tranquilles quelques secondes, alors écoute moi. Je veux que tu te sortes tes idées de vengeances de ton crâne de piaf, ok ? Si mes soupçons sont fondés, on a affaire à bien pire qu'un petit groupe de mages renégats. Et si ils ont réussi à m'avoir d'un seul coup, tu peux être sur qu'ils ne feront qu'une bouchée de toi."

Elle repris son souffle.

"Maintenant que c'est dit, je vais tout de même avoir besoin de toi. Tu as certainement pu voir le mage que quelques secondes, mais j'ai besoin que tu te remémores un maximum de choses sur lui. On va te poser la question, je veux que tu sois prêt."

Un pavé tomba à quelques pas, ce qui lui fit relever la tête vers la barricade. Rodrigue et Alice purent voir que les gardes avaient reculés d'un pas, et fauchaient de leurs armes des émeutiers bien plus entreprenants qu'auparavant.

"Oh Liths... Protégez nous."

La violence commençait à se déchainer.

---------------------------------------------------------------------------------
Harakis traça une ligne droite vers le parvis de la Forge, montant à l'assaut des marches à la rencontre des soldats. Ceux ci le bloquérent comme précédemment, sans aucun ménagement.

"Cette zone est réservée aux hauts gradés, soldat ! Retourne à ton poste !"

Deux soldats aux armures de plates complètes aux armoiries argentées lui barraient le passage de leurs hallebardes. Ce n'était pas des gardes royaux, mais ils étaient l'élite de la milice de la cité. Et cela voulait dire aussi qu'ils n'avaient que peu de connaissances pour les us et coutumes de l'armée.

Derrière eux, un capitaine de l'armée régulière se tenait devant le triple miroir, ses traits cachés à la vue. il semblait en grande discussion avec un homme chauve et borgne, dont le reflet flottait dans le métal poli. Une capuche se tenait à ses côtés, un guetteur, du grade de lieutenant.

La capitaine Alice venait de sortir de l’entrepôt, et se dirigeait vers l'escalier, aidé de son frère. Elle avait aussi besoin du miroir. Harakis n'avait que peu de temps pour trouver une solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harakis
Aventurier
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 23/03/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Ven 30 Juin - 22:03

Il ne fallait pas s’attendre à d’autre chose de la part de ceux qui gardaient le miroir … et sûrement l’accès au moyen de communication avec les véritables Hauts-Gradés de l’armée d’Hiloroth. Si Harakis avait été à leur place, il n’aurait pas plus laisser passer n’importe qui pour avoir accès à cet objet de puissance. En fait, il ne s’attendait à se pointer devant le haut commandement non plus. Comme les hommes venaient de le dire, il n’était qu’un simple soldat.
 
Par contre, il y avait quand même le temps qui continuait à couler et bientôt, le sol d’Hiloroth serait rouge. Ce n’était pas seulement l’accès qui allait lui être compliquer, mais aussi que le triple-miroir était aussi occupé en ce moment par deux personnes … donc une personne qui semblait avoir les atours d’un lieutenant du Guet. Il ne pouvait être certain, mais Harakis ne pouvait mettre de côté la possibilité que ce lieutenant était Raen. Il aurait très bien pu leur expliquer la situation en haussant le ton, mais il savait très bien que si c’était Raen, ça n’irait pas très bien.
 
Sa Capitaine lui avait expressément dit de ne pas empirer encore plus les choses avec le Guet et l’Ordre … si c’était possible en fait. Harakis n’avait ainsi pas d’autre chose que de mettre cette possibilité de côté pour le présent. Il n’avait simplement pas l’autorité nécessaire pour demander à l’accès comme ça. En regardant les deux hommes d’élites devant lui, il se doutait aussi que le terme « aide de camps » ou son badge, qui était accrocher à son armure, n’allait lui servir à rien.
 
La magie n’allait lui servir à rien ici … il n’y avait qu’à les convaincre eux qu’il avait besoin du miroir malgré tout et que c’était au-dessus de lui. Sans paraître arrogant. En vérité, il respectait ses hommes qui avaient, avec le temps, mériter la place qu’ils avaient maintenant aujourd’hui. Leur ambition et leur persévérance avaient fini par payer. Un jour … la persévérance d’Harakis pourrait peut-être payé et on arrêterait de juste voir sa naissance.
 
« Messieurs, je ne voulais pas accéder à cet endroit pour moi. Je connais bien ma position et ma position me demande de venir demander l’accès aux miroirs pour mon officier supérieur. Je comprends que les personnes ici présentes parle à quelqu’un d’important pour Hiloroth, mais mon officier supérieur, la Capitaine Alice, a besoin de parler avec le Commandant Tancred pour lui donner des informations de la plus haute importance pour éviter qu’Hiloroth sombre dans un bain de sang.
 
Je suis sûr que vous êtes d’accord avec moi si je vous dis que personne, que ce soit au sein de la milice ou de l’armée, n’a envie de voir mourir des gens innocents. Je ne vous demande pas de me laisser passer, mais je vous demande s’il serait possible d’aller expliquer la situation aux officiers présents pour leur faire comprendre la situation. »
 

En parlant, il avait eu un flash à qui parlait le Capitaine et le Guetteur : le Gouverneur. Un homme d’une grande importance et qui voulait tout aussi le bien de la Cité. Il avait déjà sauvé le peuple de Falryn autrefois en les guidant jusqu’ici … C’était un homme bon.

_________________
Harakys Sylvaresta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Ven 7 Juil - 18:28

Soutenant sa sœur du mieux qu'il le pouvait, Rodrigue avançait pas à pas dans la direction que lui pointait sa sœur. Au vue de la détermination dont elle faisait preuve, le jeune roublard n'avait visiblement aucune chance de lui faire changer d'avis. Cela semblait être dangereux que de la laisser se trimballer dans cet état, mais au moins, il allait pouvoir être à ses côtés pour veiller sur elle. Avec cette pensée-là en tête, il avait moins de difficulté à la laisser faire comme bon lui semblait.

« Hm ! Ne deviens pas nostalgique maintenant. Pas après tout ce que tu as fait pour en arriver là. »

Elle en avait fait du chemin, la petite Alice. A tel point qu'il ne le reconnaissait même plus dans son rôle de capitaine de l'armée. Et pourtant, leur dernière rencontre ne datait pas de si loin que ça. Son rôle, ainsi que la responsabilité qui lui incombait avait fait d'elle quelqu'un d'entièrement différent.

Extirpé de sa réflexion par les murmures de sa sœur, le regard de Rodrigue se mua d'un seul coup en un puits de paresse sans fond, tandis qu'un soupire vide de toute émotion lui échappait.

« Ouais, ouais. Je vais laisser les autorités compétentes se charger d'arrêter le malfrat. J'ai d'autres rats à fouetter dans tout les cas. »

Lâchait-il avant d'afficher une expression mêlant sourire tordus et grimace fatiguée. Sa propre blague l'exaspérait...

« Hm, son visage... Je ne vois pas trop comment le décrire. A part peut-être en disant qu'il a une salle gueule de terroriste... ? Oh ! Et il n'avait pas une expression à aller draguer de jolies nanas dans la rue. »

Il se grattait pensivement la barbe, essayant d'invoquer l'image de l'individu mystère dans son esprit. Après une courte seconde de silence, il acheva finalement sa phrase.

« Tu pense pouvoir le retrouver avec ça ? »

Une fois sa quête de reconnaissance faciale terminée. Rodrigue fut surprit en voyant une sorte de rocher s'écraser bruyamment à ses pieds. Il sursauta sous le coup de la surprise avant de faire à léger pas en arrière, laissant sa main libre se développer en même temps dans la direction de son arme de fortune.

Il grimaça en écoutant les prière de sa sœur, mais n'émit aucune objection par respect envers elle. Il pointa son regard vers l'énorme porte en bois avant de se préparer mentalement au combat avenir.

« Si tu veux sortir d'ici, alors tu n'as qu'un mot à dire. »

Il n'avait pas besoin d'en dire d'avantage. Sa sœur savait de quoi il parlait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Sam 8 Juil - 12:05

Alice regarda son frère en coin quelques instants, faisant une moue dubitative. Puis elle souffla d'exaspération une mèche de cheveu qui retombait sur son visage.

"Ouaip... Un coup dans l'eau quoi.", elle émit un petit sourire narquois :"Et moi qui croyais que les corbeaux étaient observateurs. Encore un mythe qui s'envole."

Elle ne faisait plus mine de se reposer sur lui. Rodrigue pouvait sentir qu'elle marchait désormais à un rythme correct, sans support nécessaire. Elle grimaçait toujours à chaque pas, mais il sentait qu'elle avait profité de sa faiblesse pour le tenir à l'écart, le temps de quelques mots.

Elle évita maladroitement un second pavé qui vint s'éclater à leur pieds. Ses yeux se portèrent au delà des barricades, inquiets.

"Nous devrions rejoindre le caporal. Il est trop tard pour tout arrêter. Mais on peut peut être encore en changer l'issue..."

Ses pas se firent plus rapides, plus actifs.

---------------------------------------------------------------------------

Jets de dés:
 

Les mots alertes du caporal prirent les gardes de court, qui se regardèrent quelques secondes avant de le scruter à nouveau.

"Oui, euh, bien sûr, c'est vrai que personne ne veut voir des innocents mourir, euh."

Son collègue jetta un œil à l’arrière, avant de regarder à nouveau son insigne.

"Il ne ments pas, je vois son capitaine arriver. On doit le laisser passer."

"Mais les ordres ?"

"On le laisse passer. J'préfère prendre un jour de corvée que devoir expliquer mon rôle dans le massacre de plein de gens."

"On voudrait pas se faire remarquer, oui."


Les deux armoires à glaces se déplacèrent pour laisser la place à Harakis, le caporal ayant le champ libre pour monter jusqu'au miroir. En quelques pas, il fut à portée de vue de l'étrange ustensile. Tout en fer et en cuivre forgé, il s'ouvrait sur lui même, dévoilant trois longs miroirs légèrement incurvés vers l'intérieur. Chacun semblait être suffisant pour faire apparaitre une personne. C'était un Ansible, un appareil de communication magique instantanée. Pour avoir été à l'académie, Harakis reconnaissait l'objet de loin, mais c'était la première fois qu'il pouvait en admirer un en personne. Ce n'était pas étonnant, non seulement l'objet était rare et très cher à fabriquer, mais son intérêt stratégique était inestimable. Que la ville en possède plus d'un était déjà un accomplissement.

La figure du gouverneur apparaissait, seul, dans le miroir central. Long et charpenté, chauve et l'oeil gauche couvert d'un bandeau protecteur, le gouverneur Sixte se tenait droit, sa main reposant sur son sceptre traditionnel. Il portait des habits légers, sans armure. Il n'était très certainement pas proche d'un quelconque front. Harakis le vit se taire, l'apercevant arriver à travers le miroir. Le guetteur était encapuchonné, silencieux. Le capitaine continuait, sans s'être rendu compte de la présence du caporal.

"Entendu gouverneur, je ferais passer le message. Merci de votre attention sur ce sujet."

Le gouverneur fit un signe de désintéressement, souriant.

"C'est normal capitaine... Je vois un homme arriver à notre rencontre, peut être est ce important ?"


Les deux hommes se retournèrent, dévisageant Harakis. Le caporal reconnu immédiatement l'oeil sombre et intimidant de Raen Davis, son rival. Fin et athlétique, le visage coupé à la serpe, son menton long pointait sous la capuche de son habit sombre de Lieutenant du Guet, jugeant silencieusement le caporal. Un capitaine de l'armée régulière se tenait à ses cotés. Tout en armure et en insigne. Il regarda Harakis un moment avec dégoût avant de reprendre une attitude neutre. Il était d'un certain âge, arborant des cheveux tirés en arrière par les huiles de coiffage et une moustache à la mode chez la petite noblesse. Mais Harakis ne le reconnaissait pas.

Il n'eut pas vraiment le temps de les observer d'avantage non plus, car Raen l’apostropha sèchement, ses dents se dévoilant dans un sourire suffisant.

"Vous voyez bien que nous sommes occupés, aide de camp ! Revenez plus tard."

Aide de camp dans sa bouche sonnait comme un camouflet supplémentaire pour le caporal. Évidemment, son rival avait repéré immédiatement son insigne, et se délectait de sa déchéance. Toute son attention se portait sur le caporal, ainsi que celle de l'autre capitaine. Sixte regardait toujours en arrière.

----------------------------------------------------------------

Alice et son frère arrivèrent à leur tour devant les deux miliciens, qui se mirent en position pour leur bloquer le passage. Il suffit d'un regard de la capitaine pour qu'ils les laissent passer, avec des excuses.

Cela ne les empêcha pas de dévisager Rodrigue comme s'il était un rat sur un table de victuailles. Mais ils se gardèrent bien de dire quoi que ce soit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harakis
Aventurier
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 23/03/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Mer 12 Juil - 23:54

Harakis souris aux deux miliciens qui avaient décidés d’écouté sa demande. Utilisé les mots étaient souvent une bien meilleure façon de faire avancer les choses que la simple force brute. De toute façon, dans le cas présent, Harakis n’aurait rien pu faire et il aurait terminé dans une tâche ingrate si fallait qu’il se croie meilleur que d’autre. Il remercia ainsi les deux hommes d’un hochement de la tête et avança tranquillement vers l’objet de communication.  Sa Capitaine ne devait pas être très loin derrière lui, alors au moins il y avait un premier obstacle de franchie.
 
Tout en avançant, il en oublia les deux miliciens pour concentrer son observation sur l’objet enchanté devant lui. Il en avait entendu parlé à plusieurs occasions durant ses cours, il en avait même vu de loin, mais ce retrouvé auprès de l’un était quand même exceptionnel. La puissance et les enchantements qu’il fallait pour créer un tel objet en faisant un objet très rare et très précieux. Il savait que ce n’était pas lui qui allait s’en servir directement … mais il savait aussi qu’on le voyait en voyant la mine du gouverneur qui changea. Il arrêta donc à cet endroit, comprenant qu’il n’avait pas besoin d’aller plus loin pour que sa présence soit remarquée.
 
Le Gouverneur avait une bonne réputation au sein de la ville, sinon au yeux d’Harakis. Il avait fait beaucoup pour aider la race humaine dans un moment de déchéance et il méritait le respect. De plus, il était plus prêt du peuple que la plupart des nobles. Il n’était peut-être pas noble de naissance comme l’entendait la tradition du Royaume, mais ces actes parlaient pour lui et ainsi, le gouverneur était sûrement plus noble que bien des nobles de l’ancien royaume.
 
Malheureusement, les deux personnes qui parlaient avec le Gouverneur n’était pas aussi noble de cœur visiblement. Bien sûr … il fallait bien que son grand et cher ami Raen soit là pour le narguer encore. Il aurait pû répliquer à ce qu’il venait de lui dire, mais à part lui donner la satisfaction, cela ne lui servirait à rien. Avoir une attitude beaucoup plus respectable en surface allait faire bouillonner Raen. Il n’était pas là pour lui, mais pour l’objet.
 
Quant au Capitaine qu’il était avec lui, il avait clairement devant lui un noble qui avait eu son poste en raison de sa naissance ou bien qui voulait flatter dans le sens du poil la noblesse en place. Dans tous les cas, il était sûr qu’Alice le détesterait. En se remémorant rapidement ce que sa Capitaine lui avait dit quelques heures avant, il plaignait vraiment le Capitaine, mais il garda un visage poli pour ne pas manquer de respect devant tous ses hommes qui lui étaient supérieurs.
 
« Mes salutations Gouverneur, Capitaine, Lieutenant. »
 
Il les salua comme le voulait leur rang tout en les regardant dans les yeux, à l’exception de Raen. Ce n’était pas pour le narguer, simplement pour ne pas le provoquer. Enfin, il espérait que son rival allait voir ça comme symbole de soumission.
 
« Je ne désire pas vous faire perdre votre temps, mais je viens au nom du Capitaine Alice des Magelames. Elle ne devrait pas tarder à arriver et elle désire utiliser l’Ansible pour communiquer des informations stratégiques au Commandant pour éviter que cette révolte fasse plus de mort inutile. Je peux comprendre que les informations que vous avez sont aussi importante et je m’excuse de vous déranger dans votre entretien Gouverneur. »
 
Il se retourna pour voir si la Capitaine était encore loin, pour savoir s’il devait reculer pour leur laisser leur intimité, mais la voyant dépasser les deux miliciens, il soupira légèrement. Le jeune homme la suivait toujours, mais elle avait pris de l’assurance et marchait seule maintenant.
 
« La voilà justement. Capitaine. »
 

Il avait dit ce dernier mot en la saluant et en reculant d’un pas pour la laisser passer. Il remercia d’un signe de la tête le jeune homme de l’avoir aidée. Il ne savait pas encore la relation entre les deux, mais le dénommé Rodrigue devait avoir la confiance de la Capitaine pour qu’il soit là.

_________________
Harakys Sylvaresta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Mar 18 Juil - 14:34

Le regard hésitant du brun se braqua un long moment dans la direction de l'énorme double porte en bois qui les séparaient de l'enfer. Il se demandait combien de temps il allait falloir aux émeutiers pour percer les lignes de défenses militaires, ainsi que l'impact qu'allait avoir les projets d'Alice sur tout ce jolie bourbier.

"Tout arrêter", "En changer l’issue". C'était les mots clés qu'il avait retenue dans ces paroles. Que pouvait-elle bien vouloir dire par là ?

Sentant le poids de sa sœur se détacher du sien, Rodrigue fut prit d'inquiétude. Son regard chavira d'un seul coup dans la direction de la blessée, prêt à la récupérer au cas où elle viendrait à chuter. Cependant, le visage pâlichon de sa sœur était bel et bien conscient, elle donnait même l'impression d'avoir récupérer un peu plus ses forces et qu'elle s'en servait pour se tenir droite d'elle même. Le jeune traqueur restait silencieux, laissant sa sœur prendre l'initiative en le guidant vers une autre partie du bâtiment.

Au fil de leurs pas, Alice reprit petit à petit du poil de la bête, pour finalement se remettre à marcher toute seule. Son frère ne dit rien en réaction à cela, il préférait la laisser faire comme bon lui semblait. Et puis, il valait mieux pour elle de ne pas gâcher inutilement son souffle. Si elle souhaitait reprendre son autonomie, alors ainsi soit-il. Tout ce que Rodrigue pouvait faire était d'évoluer à ses côtés tout en restant paré à la soutenir au moindre signe de défaillance.

Après une petite poignée de minutes, le duo arriva finalement devant deux gardes, dont les habits trahissaient leur profession de milicien. En premier temps, les deux individus leurs barrèrent la route, mais après un second coup d’œil, ils finirent par les laisser passer. De toute évidence, ce n'était pas le charisme sans faille du traqueur qui leur avait fait changer d'avis. Pas au vue des regards méprisants qui le transperçait de long en large.

En réponse à leur arrogance, le brun grogna de façon audible tout en défiant du regard les deux miliciens, l'un après l'autre. Puis, le poing serré, Rodrigue passa entre les deux individus tout en étant prêt refaire une beauté à l'un comme l'autre à la moindre provocation.

« Haha! Je sens qu'on va bien s'amuser. Alice, quelque chose me dit que la discussion qui aura lieu là-bas va être barbante, alors va-y toute seule. Moi, je vais rester ici. » Lui dit-il avec un sourire suffisant sur les lèvres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Jeu 20 Juil - 1:17

Jets de dés:
 

Rodrigue sentit une tape ferme mais affectueuse l'attraper derrière la nuque. Alice souriait :

"Oh non ! Tu viens jusqu'au bout, mon loulou. Tu es la seule personne qui a pu voir mon agresseur, on va vouloir t'interroger. Ça t'apprendra à aller chercher le danger."

Rodrigue sentit sa sœur se détacher de lui, à peine quelques mètres après les deux gardiens. Elles s'étaient redressés, grimaçant une dernière fois de douleur avant de reprendre l'air fier et nonchalant que le jeune voyou reconnaissait. Son visage se ferma imperceptiblement lorsqu'elle repéra le capitaine à côté du miroir. Juste un peu. Elle semblait ne pas vraiment l'apprécier.

Celui ci retournait presque la même expression aux deux enfants de la Fourmilière, mais lui ne cachait pas son dégout, bien visible sur son visage... Une capuche se tenait non loin, du genre de celles que Rodrigue avait pu voir sur les toits. Le jeune voyou connaissait les Guetteurs de l'Ordre de loin. C'était la première fois qu'il en voyait un d'aussi près. Comparé aux mages qui venaient s'encanailler dans la Fourmilière, il y avait quelque chose de dangereux dans sa posture, dans ses vêtements. Il ressemblait un peu à ces dangereux assassins solitaires qui trainaient dans les endroits les plus dangereux du quartier. Jusqu'à ces étranges manières de prédateur. Si tout les guetteurs lui ressemblaient, ce n'était pas étonnant qu'ils fassent peur aux bonnes gens de la cité. Il y avait comme une joie malsaine dans son regard, celui ci rivé sur le col de l'aide de camp de sa sœur. Rodrigue connaissait le sentiment : Il y avait du trouble entre les deux, et au moins l'un des parti ne s'en cachait pas.

Harakis vit monter la capitaine vers le groupe. Elle avait repris des couleurs, et se tenait de nouveau droite et prête à commander. Elle lui adressa un petit salut d'appréciation.

"Merci caporal. Capitaine. Lieutenant."

Les yeux d'Alice s’agrandirent légèrement en apercevant la silhouette dans le miroir.

"Gouverneur ?.."

Celui ci acquiesça, tout sourire.

"Capitaine Alice. Votre aide de camp nous a indiqué que vous aviez une information importante à transmettre au haut commandement. Puis je vérifier cette information avec vous ?"

Alice resta interdite quelques instants, avant de reprendre ses esprits. Elle sembla réfléchir rapidement aux informations nécessaires.

"Cela est plutôt de la prérogative du commandant, si vous me permettez Gouverneur."

"Oh certainement, capitaine Alice, c'est surtout pour corroborer les informations de votre aide de camp. Vous pensez pouvoir encore sauver la situation ? Éviter des morts inutiles ?"


Harakis senti l'attention du capitaine sur son échine. Peut être en avais t il trop dit ? La capitaine souffla doucement avant de répondre.

"Il est peut être trop tôt pour le dire, mais par recoupement d'informations, nous avons une piste sur les potentiels meneurs de cette révolte. Le commandant Tancred attends une mise à jour de la situation de ma part à ce sujet."

Le gouverneur sembla réfléchir, massant son menton calmement. Rodrigue avait du mal à cerner le personnage. N'étais ce pas le roi qui contrôlait la cité ? Toute cette politique lui passait par dessus la tête. Par contre, il remarqua le collier de dents de prédateurs qui sortait par intermittence de son habit. Ça il reconnaissait. C'était l'ornement traditionnel des Dranglois. Il était déconseillé de s'attaquer a cette ethnie dans la Fourmilière. Rodrigue comprenait pourquoi.

"Intéressant en effet. Permettez moi de participer à votre réunion. Je préfère avoir les informations à la source pour pouvoir coordonner la milice correctement. Vous me comprenez certainement... Gentilhommes ! Si vous nous permettez."

Le signal était à l'attention de Raen et de l'autre capitaine, qui s’inclinèrent légèrement en silence avant de s'éloigner, Raen ne pouvant s'empêcher de lancer un regard goguenard dans la direction d'Harakis. Rodrigue, Harakis et Alice se retrouvèrent seul devant le miroir. Le gouverneur fit un petit geste de la main. Cela le fit disparaitre du miroir central pour apparaitre sur le coté. Alice s'avança et toucha le miroir, se concentrant.

Une forme se dessina rapidement dans le miroir, une sorte de salle de pierre, avec beaucoup de soldats autour d'une table. L'un d'entre eux se retourna vers le miroir. Massif, grand mais pas trop, d'un tour d'épaule impressionnant, portant une armure ouvragée aux armoiries du royaume de Balithar. Il portait sur la tête une couronne d'or fin. C'était la première fois que Rodrigue apercevait une tête couronnée. L'homme s'approcha du miroir, décidé.

"Capitaine Alice au rapport, commandant !"


Parla officiellement Alice, opérant le salut militaire habituel. Le commandant répondit d'un geste de la main.

"Capitaine. Je croyais vous avoir dit de vous occuper de vos troupes. J'espère que c'est important. Gouverneur ? Que faites vous là ?"

"Je me tiens au courant, commandant. Si les informations de la Capitaine sont vrai, je préfère pouvoir agir immédiatement."


L'oeil du commandant frisa légèrement. Il n'aimait manifestement pas cette rupture de la chaine de commandement. Harakis connaissait bien l'attention du commandant pour les règles hiérarchiques. Elles étaient prises très au sérieux par l'ensemble de l'armée et à raison : personne ne pouvait dénier leur utilité pour assurer le commandement et le transfert d'informations.

"Eh bien, j'imagine que c'est important. Capitaine, je vous écoute."

"Nous avons découvert un groupe potentiel de mages qui semblent contrôler les mouvements de foules. J'aurais voulu corroborer nos observations avec l'inspecteur Gavras, si vous le permettez."

"Bien sûr. Deux secondes."

Le commandant Tancred se retourna, hélant dans la salle. Une silhouette se détacha de la table, avançant avec la vigueur lente des vieilles personnes. Aidé d'une canne qu'il pointait adroitement, il s'approcha du miroir. Harakis et Rodrigue purent voir un petit homme vouté à la figure sympathique, son crâne chauve brillant à la lueur des torches de la salle. Il portait une magnifique moustache, et des favoris d'une blancheur douce. Ses yeux semblaient profond, sages, mais se couvraient de la pellicule blanche de la vieillesse.

"Vous m'avez appelé commandant ?"

"Le capitaine Alice vient faire état d'un groupe de mages qui mèneraient la rébellion, Gavras. Ca vous dit quelque chose ?"


Harakis et Rodrigue purent voir un sourire franc et sinçére apparaitre sur le visage du vieil homme. Il regarda plus ou moins dans la direction d'Alice. Elle lui souriait en retour.

"Il existe beaucoup de groupes de mages dans la cité, commandant. Je vais avoir besoin de plus d'informations. Capitaine, que pouvez vous me dire à leur sujet ? Toute information sera utile."

Alice salua derechef.

"Bien sur, voici mon aide de camp Harakis, et mon frère, Rodrigue. Les évènements ont fait qu'ils ont été aux premières loges pour faire leur information."

Elle fit un signe de la main aux deux hommes a ces cotés, les laissant prendre la parole. Harakis remarqua le regard focalisé des trois hommes, attentif. C'était la première fois qu'il allait s'exprimer devant les représentants de toute la puissance d'Hiloroth. Certains soldats passaient leur vie sans avoir vu le commandant. Pour Rodrigue, quelque chose était surprenant. Chacun avait posé son regard sur lui alors que sa sœur le présentait. Aucun n'avait émis la moindre émotion négative envers sa personne. Le vieux le regardait même avec une certaine chaleur, si c'était possible. Que des têtes couronnées ne le méprise pas... Il pouvait faire une histoire d'un jour comme ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Sam 22 Juil - 14:17

Contraint par l'emprise de sa sœur, Rodrigue rendit son sourire à la brune avec une pique de soumission au fond du regard.

« D'accord, d'accord. Sans violence, s'il te plait. » Lui dit-il tout en refaisant face à leur destination d'origine.

Une fois arrivé au bout de leur itinéraire, le duo tomba nez-à-nez avec le joli minois de tout à l'heure. Harakis Silva-machin-chose, si sa mémoire ne le trahissait pas. Celui-ci semblait se prendre le bec avec les deux individus qui lui faisaient face, plus un troisième dont le reflet apparaissait dans une sorte de triple miroir aux allures d'engin de communication.

Le traqueur se tenait mollement sur le côté de sa sœur, légèrement en retrait par rapport à elle. Puis, comme s'il s'agissait d'un rituel ancestral, il se redressa d'un seul coup tout en provocant du regard un à un tout les individus qui le dévoraient des yeux.

Le casa nova fut le seul à en être dispensé.

Alors qu'il zyeutait un à un les pseudo-militaires qui lui faisaient face, l'attention du brun fut attiré par l'individu encapuchonné qui s’encanaillait avec jolie-frimousse un instant plus tôt. Sa posture, ainsi que son aura ne lui disaient rien qui vaille. De plus, étant donné les méfaits de la dernière personne encapuchonnée à avoir croisée sa route, l'instinct de Rodrigue lui hurlait de vérifier l'identité de cette personne tant qu'il en avait l'occasion.

Il se devait au moins de vérifier son pressentiment.

Au même moment, un long échange avait lieu entre Alice et le borgne chauve dont l'image se réverbérait sur le miroir central. Le traqueur comprenait à moitié ce dont ils parlaient, mais tentait vaguement de suivre leur conférence tout en gardant un œil sur leur entourage.

Après moult va et viens, la présence du noble Rodrigue fut convoquée.

Sa première réaction fut un lourd soupire d’incrédulité destiné à l'attention de sa sœur, son regard goguenard reflétait clairement ses pensées : Tu veux que j'adresse la parole à cette bande de ballots ?

Puis, comme pour jauger l'étendu de l'infection, le traqueur se tourna en direction du triple miroir afin d'examiner les nouilles qui s'affichaient dessus.

Le borgne, ainsi que la tête couronnée restaient de marbre devant son introduction. Comme s'ils avaient quelque chose de plus important à faire que de s'éhonter face à sa présence... Ou alors, ils n'avaient tout simplement aucun préjugé à son égard. Il avait entendu parler de ce genre de spécimen, des rumeurs prélevant de la fiction selon lui. Dire qu'il avait potentiellement face à lui deux mammifères apparentés à cette espèce lui faisait un drôle effet.

Cependant, le pire du groupe était le vieil homme, qui semblait le regarder comme un... petite fils ? Rodrigue ne put s'empêcher d'afficher une mine dégoutée tout en pointant du doigt la petite figure barbue du vieillard.

« Il avait un tatouage de serpent à corne, vieil homme. *ahem* Arrête de me regarder comme ça, c'est dégoutant. *ahem* Il possédait également un orbe de convection. *ahem* Dégoutant. *ahem* »

Il hurlait presque les parties informatives de son discours, avant de baisser la voix lorsqu'il exprimait les parties personnelles. Sa posture passait également de "droit comme un i" à "sur le point de s'évanouir de fatigue" selon le ton de sa voix.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harakis
Aventurier
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 23/03/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Jeu 27 Juil - 22:56

Maintenant il pouvait prendre du recul. Bien sûr, il aimait être au-devant des évènements, mais lorsqu’il était question de rencontrer le Haut Commandement et le Gouverneur dans un si court laps de temps, il était bien de savoir véritablement quoi dire pour ne pas être – encore plus – la risée d’Hiloroth. La Capitaine était là pour informer ses supérieurs, alors qu’il n’était là que pour la seconder. Certes, il avait vu certains éléments, mais il avait tout expliqué à la Capitaine.
 
Il resta stoïque lorsqu’il senti le regard rivé sur lui de la part d’Alice. Le commandement avait bien parlé de bombarder la population si le tout ne se calmait pas, alors oui, il avait utilisé les mots nécessaires pour attirer l’attention. S’il n’était pas capable de transmettre leurs informations, il n’y aurait rien qui pourrait empêcher l’ordre d’être donné et de voir les rues d’Hiloroth devenir des rivières de sang.
 
Lorsque le visage du Commandant apparu sur l’Ansible, Harakis se raidit pour se mettre au garde à vous. Harakis faisait peut-être de la petite noblesse, mais le Commandant Tancred faisait partie des puissants du Royaume et il était hors de question de faire un mauvais pas devant lui. Le Gouverneur avait aussi son importance, mais le Commandant de l’Armée … c’était quand même un tout autre niveau. Si, lorsqu’il aurait fait ses preuves, Harakis voulait monter dans la hiérarchie, il ne fallait que le Commandant aille une mauvaise opinion de lui.
 
Harakis le savait bien … bien sûr que la compétence compte dans l’armée, mais les relations comptent aussi pour beaucoup. La Capitaine Alice était néanmoins la preuve vivante qu’on n’avait pas besoin d’avoir une cuiller d’argent dans la bouche pour prouver qu’on pouvait être un bon officier.
 
Il écouta l’échange entre la Capitaine, le Commandant et l’Inspecteur. Échange court, mais néanmoins, Harakis restait à vif pour voir s’il n’y avait pas certains éléments importants à retenir de cet échange. Il y avait le sourire entre Alice et l’Inspecteur, mais Harakis supposa que ce n’était qu’une forme de politesse entre les deux personnes.
 
Ce qui le surpris plus, c’est quand elle les présenta au Commandant et à l’Inspecteur, mais aussi qu’elle annonça que ce jeune homme était son frère. Tout se mettait en place maintenant. C’était compréhensible pourquoi elle avait pris tant de danger pour le sauver. S’il avait vu sa jeune sœur en pleine bataille, il se doutait bien qu’il aurait fait son possible pour la sauver.  C’était quand même à se demander ce qui avait séparé le frère et la sœur pour que l’une devienne Capitaine et que l’autre ne la suive pas. Enfin, chacun ses ambitions, il n’était pas là pour juger.
 
Lorsque Rodrigue prit la parole, il se doutait bien que ce n’était pas le genre d’information … ou du moins la façon de le dire qui plairait au Commandant. Ensuite … à savoir comment Alice n’aimait pas la noblesse, il se pouvait bien que cette attitude soit partagée. Il le laissa donc commencé, mais il fit assez court. Trop? Enfin, ils le sauraient dans quelques instants.
 
Il s’avança de nouveau en saluant militairement toutes les personnes qui pouvaient le voir en ce moment à travers la glace. Le respect de la hiérarchie comme on dit …

« Commandant, Inspecteur, Gouverneur. Les groupes ne sont pas aussi désorganisés que nous le pensions au début. Tout le monde semble aller un peu partout, mais ce n’est pas le cas. Au centre des différents groupes de 20 à 50 personnes, il y a toujours quelqu’un qui semble complètement perdu et qui gesticule et crie des choses que personne ne semble écouter autour de lui. 



Pourtant, à force de regarder certains groupes, je me suis rendu compte que leur mouvement à une cohésion d’un groupe qui suit bien les ordres. Ils doivent utiliser un code bien précis que je n’ai pu écouter, mais je peux vous assurer que tous les groupes obéissent à l’ordre d’un agent au centre. Je n’ai pas eu de difficulté à identifier les autres leaders des autres cellules après avoir remarqué cet élément.
 
Information que je considère quand même importante : tous les chefs de cellule sont des humains, il n’y aucun dirigeant qui fait partie d’une autre race. »
 

Il resta droit tout en faisant deux pas en arrière pour se retrouver à son ancienne place. Il y aurait peut-être des questions maintenant … ou des ordres.

_________________
Harakys Sylvaresta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Mar 8 Aoû - 11:46

La réaction de Rodrigue ne passa pas inaperçu, pas une seconde. Mais la réaction fut plus mitigée qu'attendue. A peine un roulement d'yeux de la part du Commandant et du Gouverneur, avec ce regard mature désabusé sur les enfantillages de la jeunesse. Gavras, le vieux, se contenta de glousser silencieusement, ses yeux quittant à peine le jeune chasseur de rat.

Ils n'intervinrent pas directement, préférant écouter d'une oreille attentive le rapport bien plus formel d'Harakis. Encore une fois il n'y eut pas vraiment d'émotions. A peine peut être un regard de considération de la part du Duc Tancred à l'égard du jeune caporal. On sentait que ces manières étaient plus correctes pour le commandant. 

Rodrigue pouvait sentir le regard courroucé de sa sœur lui brûler l'arrière de la nuque...

Le commandant fut le premier à interrompre le silence, ses yeux roulant d'exaspération avant de se tourner vers Gavras.

"Cela sens la préparation minutieuse et à grande échelle, une stratégie et donc une vision. J'imagine que cela à un rapport avec la magie..."

Gavras hocha de la tête, plongé dans ses réflexions.

"En effet, en effet. Ou en tout cas, la magie sers d'outil dans cette entreprise. Je ne m'y connais pas personnellement dans le domaine, mais les quelques informations grappillé par nos vaillants jeunes protecteurs sont déjà suffisantes."

Ses yeux s’élevèrent, venant à la rencontre d'Harakis et de Rodrigue.

"Tout vos éléments vont vers le schéma classique d'une société secrète. Le tatouage flamboyant centré sur le visage, l'utilisation des gens comme d'une masse docile, l'organisation et la recherche d'opportunités. Tout mène vers une société cachée. Je pencherais même pour un culte en particulier, au vu du tatouage."

Le gouverneur ricana : "Vous ne pensez pas au Culte des Dragons."

"Tout juste, gouverneur."
, répondit Gavras, avec un sourire en coin.

"Ce culte a été déclaré hérétique par le conseil des 11, à la création de la cité. Les inquisiteurs en chassent les rares membres comme on se débarrasse de la vermine. Je ne peux pas croire qu'un culte aussi insignifiant ait été capable d'une organisation de telle ampleur."

"Oh, si l'on embrasse sa place dans la chaîne du pouvoir, Gouverneur, alors les moyens de notre survie sont évidents. Vous même devriez le comprendre, j'en suis sur."


La pique toucha le visage amusé de l'homme d'état, qui fit une petite grimace de défaite, avant de redevenir impassible et silencieuse. La politique interne de la ville passait largement au dessus de la tête de Rodrigue, mais pour Harakis, l'allusion était claire. Tout le monde savait que le gouverneur actuel d'Hiloroth avait usé de son influence profonde envers les Argentés, pour se positionner comme interlocuteur privilégié dans les affaires de la cité, au moment où les Humains étaient au plus vulnérable. Une sorte de second pouvoir à peine moins puissant que la Couronne s'était ainsi crée. On pouvait imaginer les remous que cette double puissance propageait dans toute la cité.

L'inspecteur Gavras repris sa réflexion :

"Le tatouage de serpent cornu est la représentation classique d'une vouivre. Juste cette information suffit déjà à réduire nos choix a ce culte. Mais cela rends la tâche plus compliquée."

Il se tourna vers le Commandant.

"Je n'ai pas de solution directe, commandant, mais le capitaine Alice nous a peut être donné les clés pour comprendre les éléments de cette révolte. Puis je suggérer une ligne d'actions secondaires ?"

Le Duc Tancred leva un sourcil.

"Bien sûr ? Cela vas t il nous aider, inspecteur ?"

"Sur le long terme, certainement. Il serait intéressant de remonter l'ensemble des événements connus à cette heure, jusqu'à leur source, dans le quartier de la Fourmilière. Maintenant que nous avons une idée de notre réel antagoniste, il serais utile d'en trouver la source. La capitaine Alice ayant le plus d'informations à ce sujet, peut être pourrais elle être détachée pour cette mission ?"

La capitaine sembla vouloir dire quelque chose, mais le commandant Tancred ne lui laissa pas le temps de répondre :

"Impossible, le capitaine est nécessaire pour maintenir l'ordre dans le Creuset. Notre ligne de défense est déjà très étirée. Je ne peux pas me permettre de perdre un capitaine dans ces moments."

"Dans ce cas...", Gavras tourna sa tête vers Harakis et Rodrigue. "Peut être un aide de camp du capitaine ? Aidé dans sa recherche par une personne ayant la même histoire que notre capitaine ?"

Les yeux du vieil homme étaient sérieux. Il regardait les deux hommes, attendant leur réponse. le Commandant se frottait le menton, pondérant sa décision. Alice se taisait également, un conflit intérieur se peignant sur son visage. Le gouverneur semblait trouver le temps long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Ven 11 Aoû - 20:07

Rodrigue pouvait le sentir, son discours n'avait pas réussit à captiver la galerie. Les hommes d'importances gardaient leurs masques d'impassibilité tandis que leurs regards circonspect se posaient sur le visage du dénommé Harakis. Ce dernier leur fit part d'un rapport en bonne et due forme, digne du militaire qu'il était.

Le brun évitait toujours de trop se prendre la tête avec ce genre de futilité. Il se fit donc purement et simplement oublier en tournant légèrement son visage sur le côté, laissant les fonctionnaires d'état faire leur travail en paix.

Son plan marchait plutôt bien. Si ce n'était pour la soif de sang qu'il ressentait juste derrière lui, ce qui était plutôt mauvais signe. A partir de cet instant précis, Rodrigue allait devoir éviter de se retrouver seul dans la même pièce que sa sœur. Simple question de survie.

Une fois le rapport d'Harakis achevé, le borgne, le couronné et le vioc se mirent à débattre au sujet de l'identité de leur ennemi, puis à controverser quant à la marche à suivre afin de les renverser. Au final, ils en arrivèrent à la conclusion suivante : Moi et le casa nova devions enquêter sur les ennemis du royaume afin de mettre un terme à la révolte. Un plan simple, clair et concis, si ce n'était à un détail près : Rodrigue n'était pas un militaire et par conséquent, il n'avait aucune obligation de répondre aux ordres du bon, de la brute et du truand.

Aussi, il fallait dire que Rodrigue n'aimait pas vraiment faire dans la charité. Il leur aurait bien demander d'allonger la monnaie en échange de ses services, mais la rage meurtrière qu'il ressentait au niveau de sa nuque lui faisait penser que c'était une mauvaise idée que d'ouvrir la bouche en ce moment.

Donc tout d'abord, Rodrigue échangea un regard discret avec sa sœur. Puis, en se servant d'un langage optique simplifié au maximum, il lui demanda ce qu'il devait faire. Après tout, ces personnes-là étaient ses supérieurs à elle, et il ne voulait surtout pas gâcher sa carrière avec sa nonchalance. Après, il ne comptait pas vraiment la laisser décider pour lui, il souhaitait simplement avoir son avis sur la question.

Même si, au fond de lui, le traqueur se fichait bien de la manière dont la situation allait se désamorcer. Après tout, avec ou sans le support de cet aide de camp, Rodrigue comptait bien retrouver le chacal qui s'en était prit à sa sœur. Qu'il soit poussé par son désire de vengeance ou par son devoir envers ses compatriotes, cela lui importait bien peu. Rodrigue savait qu'il n'allait pas avoir la conscience tranquille tant qu'il n'avait pas mit la main sur l'ordure qui avait osé blesser sa sœur. Il avait aussi pas mal de question à lui poser. Car, cet histoire de culte et de tatouage lui semblait bien louche.

En second temps, le brun jaugeait du coin de l’œil la réaction de son potentiel acolyte. Bien qu'il ne savait rien du zigoto, le fait qu'il travaillait sous les ordres de sa sœur faisait de lui un individu de confiance. De plus, son entrainement de militaire risquait d'être un atout dans ce genre d'entreprise.

Mais, encore une fois, avec ou sans lui, la traque allait avoir lieu.

« Je ne fais pas partie de l'armée. Donc, j'ai du mal à comprendre la moitié de ce que vous dites. Mais, par contre, ce que je comprends, c'est que vous demandez à un novice et à un aide de camp de suivre les traces de l'homme qui à lui seul a réussit à mettre au sol ma sœur et d'ensuite débusquer la totalité de son organisation et ce, durant le siège qui a lieu en ville en ce moment même. Alors, laissez-moi vous poser une question, vieil homme, êtes-vous sûr de ce que vous faites ? »

Il était beaucoup trop tôt pour que Rodrigue puisse répondre présent à l'appel de l'armée. Il devait tout d'abord être sûr d'être entre de bonnes mains, sans quoi, il lui était préférable de faire cavalier seul.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Smil (MJ)
Admin
avatar

Messages : 1373
Date d'inscription : 04/11/2015

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Sam 26 Aoû - 17:03

Le vieil homme au nom de Gavras se gratta le menton, pensif.

"Novice, cela dépend dans quel sens, jeune homme. Mes yeux vieillissants ne sont pas encore suffisamment aveugle pour ne pas remarquer les détails d'une vie difficile dans les quartiers pauvres d'une cité. Vous êtes bien plus compétent pour un job d'investigation dans la Fourmilière que chacun d'entre nous, si vous voulez mon avis. Parce que vous connaissez le terrain. Mais j'imagine que ce point ne vous avait pas échappé."

Il se tourna vers Harakis, resté silencieux.

"Et en ce qui concerne votre potentiel collègue, vos yeux ne suffisent pas mais c'est un caporal qui vous accompagnera. Sa capacité actuelle d'aide de camp de votre soeur n'enlève en rien sa capacité et ses compétences, au contraire. Mais j'imagine qu'il pourra lui même vous l'expliquer. D'ailleurs à ce sujet, j'imagine que vous, caporal Harakis n'avez aucune objection à cette mission ?"

Harakis semblait un peu figé, mais il n'hésita pas. D'une voix claire, avec cette rigueur militaire enseigné dans les écoles d'officier, il annonça :

"Je vis pour servir le royaume."

Simple, précis, et suffisant pour le commandant qui acquiesça en direction du jeune caporal. Le vieil enqueteur revint porter son attention sur Rodrigue.

"Le caporal Harakis est le pivot de cette mission. En tant que Magelame, il possède autant une compétence martiale que magique, ainsi que l'expérience pour comprendre notre ennemi. Vous, jeune homme, avez l'opportunité de l'aider considérablement dans cette mission par votre connaissance du quartier et de ses habitants. C'est un rôle indispensable pour ce qui vous attends."

Il repris quelques secondes de silence, reprenant sa respiration. Alice en profita pour poser une question pressée :

"Si je peux me permettre, inspecteur Gavras. Deux personnes seulement risque d'être dangereux pour une mission de ce genre. Ces mages sont puissants et dangereux et Rodrigue a raison sur ce point. Ne devrais je pas les accompagner ?"

L'inspecteur sembla réfléchir à nouveau. Il poussa un soupir résigné.

"Je crains que ce ne soit pas possible, quand bien même vos responsabilités de commandement disparaissait, capitaine Alice. Nos ennemis vous connaissaient de vue, lors de leur attaque. Il est fort possible qu'ils vous reconnaissent également si vous entrez dans leur territoire. Non, la meilleure solution reste d'envoyer un couple de bons éléments.

Ceci étant, je dois être clair sur ce sujet. La mission consiste à découvrir nos ennemis, infiltrer leurs rangs et dévoiler leurs plans. En ce qui concerne leur destruction totale, la ville se chargera de cela. Quand à l'étrangeté de cette mission à cet instant précis, comprenez notre situation. Notre armée est un barrage contenant l'inondation. Elle tiendra, un temps, mais risque d'être débordée si l'on ne trouve pas la source pour la boucher. Ceci est votre rôle, et vous comprendrez son importance capitale."


Il y avait une étincelle dans ses yeux, ainsi qu'un petit sourire. L'inspecteur semblait avoir choisi ses mots avec soin. Il se redressa un peu, sa main serrant sa câne, ses yeux rivés sur le jeune chasseur de rat.

"Votre rôle, jeune homme, est primordial, car vous êtes le seul à avoir vu de près l'un de nos ennemis. Sans vous, il nous sera difficile de faire quoi que ce soit contre la source, avant d'avoir pacifié complètement le quartier. Je n'ai pas besoin de vous expliquer ce que cela signifie, n'est ce pas ? Mais la décision vous appartient. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodrigue
Aventurier
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 03/04/2017


Passion accumulée: 1

MessageSujet: Re: 2 - Premier sang   Mer 30 Aoû - 15:29

Rodrigue ne pouvait qu'être admiratif devant toute la force persuasive dont faisait preuve le vieux Gavras. Étant lui même un amateur du domaine, il se trouvait dans l'obligation d'admettre sa défaite face à une technique aussi élaborée et maîtrisée que celle du vieillard. Après, il fallait également dire qu'il n'avait pas besoin de grande chose pour changer son fusil d'épaule.

L'air serein, il hocha la tête de haut en bas avant de reprendre la parole, juste après Harakis.

« Hm, je suppose que ce serait anti-climatique de refuser après toutes les louanges dans lesquelles vous me baignez. Je dois admettre que votre éloquence est des plus impressionnantes, vieil homme. Il soupire, l'air ironiquement défait. Puis, reprend la parole sur un ton théâtrale. Je veillerais à mettre un terme à cette mascarade. »

Il allait essayer, tout du moins. Il savait bien qu'il n'avait rien à y gagner au bout du compte. Mais, son cœur s'emballait étrangement à l'idée d'abattre les idéaux du chien qui s'en était prit à sa sœur. Cette entreprise s'annonçait jouissive.

En parlant d'idéaux, le casa nova semblait être prêt à mettre sa vie en jeu afin d'imposer les siens. Du moins, c'était l'impression qu'avait Rodrigue en plongeant son regard dans le sien. De plus, le militaire se révéla être en possession d'un grade bien plus imposant que celui de simple sous-fifre à sa sœur. Ça, non, l'aide de camp d'Alice possédait un grade suffisamment important pour pouvoir se détacher de l'ombre de cette dernière. Le caporal de la division des mage-lame, donc, d'après la présentation de Gavras, était un homme capable et expérimenté. Que de louanges de la part de ce vieil homme. Non pas qu'un grade ait une quelconque importance au yeux du traqueur, mais il devait avouer que c'était assez impressionnant pour quelqu'un ayant le même âge que lui.

Par la suite, Alice s'opposa à l'accord général, en suggérant l'idée d'accompagner le duo afin de leurs porter assistance. Proposition qui fut aussitôt rejeté d'un revers de la main par le vieil inspecteur Gavras, qui était bien décidé à prendre le partie de la tête couronnée.

Rodrigue le remerciait intérieurement pour avoir empêché la formation du trio. La présence de sa sœur aurait inévitablement mis en péril l'épanouissement de son ambition. Aussi, il fallait avouer qu'Alice ne vivait pas la meilleur de ses journées, et que son état actuel ne lui permettait pas de se défendre, encore moins de passer à l'offensif lorsque l'heure en viendrait à cela. La tête ridée devait certainement penser la même chose, d’où sa conclusion finale.

Après coup, le discours en revint à son point d'origine ; Même question, réponse différente.

« Allez, ne perdons pas de temps. Sinon, les pistes vont se tarir. » Dit-il plus à l'attention d'Harakis que du pépé.

Le point de départ de cette enquête ne pouvait être autre que l'endroit où s'était faite agressée la capitaine des mage-lame. De là, le duo allait pouvoir prendre en chasse l'un des nombreux officiers de terrain du culte. Mais, avant de partir, le traqueur dirigea son attention une dernière fois en direction du triple miroir, afin d'adresser au groupe «La» question importante de la journée.

« Vous n'auriez pas une épée de rechange, par hasard ? La mienne s'est cassée. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

2 - Premier sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Don de sang
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Le discours du premier ministre J E Alexis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes d'Arathiel :: Le coin RP :: Les Flammes de la Révolte-